Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours – Épisode #11

AlexDub, activiste de la scène Dub depuis les années 90’s, vous partage en plusieurs parties sa passion pour l’Histoire du Dub de la Jamaïque des années 60’s jusqu’à aujourd’hui… « Culture Dub, L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours » . Épisode #11 - 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) - Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.5 : Channel One)

Culture Dub - L'Histoire du Dub de ses origines à nos jours

Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours

 

Producteurs   : Joseph ‘Joe Joe’ & Ernest Hookim
Studio            : Channel One
Ingénieurs     : Syd Bucknor, I-Roy et Barnabas
Groupe          : The Revolutionaries

 

Sly and Robbie - Channel One

Sly and Robbie – Channel One

 

Les deux frères Hookim, Ernest et Joseph ‘Joe Joe’ sont entrés dans le monde de la musique jamaïquaine au début des années 70′s en montant leur société de distribution de Juke-boxes, diffuseurs de musique, avant de créer au 29 Maxfield Avenue à Kingston en 1972 le studio Channel One qui va devenir mythique avec ses productions d’un nouveau genre.

Ranking Barnabas - The Cold Crusher

Ranking Barnabas – The Cold Crusher

Ce qui va aussi faire la force de Channel One, c’est la réunion de deux sublimes musiciens, formant la paire mythique de la rythmique, deux créateurs de génie, le bassiste Robbie Shakespeare et le batteur Sly Dunbar plus connus sous le nom de Sly & Robbie.

Kenneth Hookim

Kenneth Hookim

Après six mois de travaux et l’installation des machines par Bill Garnett, le studio des frères Hookim ouvre, équipé d’un quatre pistes, de micros Nueman, Sony et AKG pour la batterie et d’une console américaine API. Syd Bucknor est le premier ingénieur attitré des frères Hookim pour les enregistrements des sessions reggae mais le cousin de Coxsone n’a pas le brin de folie nécessaire à la création de mix dub. De plus il n’optimise pas les possibilités que lui offre la modernité du studio équipé d’un filtre MCI pour jouer sur les fréquences des basses. Quelques artistes  reprochent au nouveau studio de ne pas produire un son de grande qualité. Après une année aux commandes, Syd Bucknor quitte Channel One et il est remplacé par Barnabas.

Il faut la venue du deejay I-Roy, élève et remplaçant de U-Roy au sein du Sound System Tubby’s Hi-Fi, dans les locaux de Channel One pour profiter pleinement du matériel et des effets dont est pourvu le studio, comme l’équalisation ou les filtres. Il devient même l’arrangeur officieux du studio après avoir emmené les frères Ernest et Joseph ‘Joe Joe’ chez King Tubby pour leur faire découvrir comment celui-ci utilise ses machines. Se sont les deux autres frères Hookim, Kenneth et Paulie, qui dirigent le Channel One Sound System au sein duquel Ossie Hibbert sélecte les dernières productions réalisées en studio. Une histoire de famille !

The Revolutionaries : le style Rockers

Robbie Shakespeare fait partie à l’époque des Aggrovators, le groupe de studio qui enregistre pour Bunny Lee, alors que Sly Dunbar participe à la première formation des Upsetters montée par Lee Scratch Perry avant d’être remplacé par Carlton Barrett. Ils se sont déjà côtoyés lors des sessions de Bunny Striker Lee, quand Sly Dunbar remplace le batteur Carlton Santa Davis au sein de la formation  des Aggrovators pour accompagner Linval Thompson ou Leroy Smart. C’est au studio Channel One des frères Hookim qu’ils vont donner le meilleur d’eux même et adapter leur jeu à la musique Dub.

The Revolutionaries

The Revolutionaries

 

Le groupe de studio résidant du Channel One se nomme The Revolutionaries. On y retrouve Lowell Sly Dunbar à la batterie, Robbie Shakespeare parfois remplacé par Bertram Ranchie McClean et Lloyd Parks à la basse, Radcliffe Dougie Bryan et Bo Pee Bowen à la guitare, Robbie Lyn et Ossie Hibbert au clavier, Uziah Sticky Thompson et Noel Scully Simms aux percussions et aux cuivres oeuvrent Herman Marquis, Vin Gordon et Tommy McCook.

Lors d’une session d’enregistrement I-Roy et Ernest Hookim (passionné de batterie) vont suggérer à Sly Dunbar de faire un double ‘clap’ avec la caisse claire, et par magie le résultat procuré combiné avec la réponse de la basse de Robbie Shakespeare va donner le son qui va rendre si célèbre Channel One.

Right Time

Right Time

Sly Dunbar et Robbie Shakespeare vont apporter un nouveau genre musical et transformer le romantisme du Rock Steady en rythme « Rockers » militant. Le « double drumming », une innovation de Lowell Sly Dunbar, sera inspiré des coups de feu tirés à répétition par les M.16 des « gunmen », les hommes armés du ghetto. Le premier morceau enregistré avec cette innovation du batteur est ‘Right Time’ des Mighty Diamonds. Le style  rockers est créé, il est à l’origine du stepper qui arrivera quelques années plus tard et fera lever les genoux d’un grand nombre de danseurs !

Ajouté à la rythmique rockers des passages de cuivres et de claviers mixés avec des échos et une réverbération au maximum, un filtre pour donner de la profondeur aux basses fréquences et du phaser sur la batterie et vous obtenez des superbes Dubs aux noms révolutionnaires comme ‘MPLA’, ‘IRA’, ‘Angola’ ou ‘SNCC’ qui prennent place sur la face A de 45t.

Aggrovators meets Revolutionaries At Channel One

Aggrovators meets Revolutionaries At Channel One

De nombreux producteurs viennent enregistrer leurs versions, jouées par les Revolutionnaries, au Channel One Studio, qui leur apporte une grande qualité d’enregistrement. Ensuite ils se rendent au studio de King Tubby, ils enregistrent les voix et cela pour deux raisons, le prix beaucoup plus attractif mais aussi la qualité du travail de Tubby sur les prises de voix… A chacun sa spécialité !!!

Sur l’album « Aggrovators meets Revolutionaries At Channel One » sorti en 1977 par Striker Lee, on retrouve sur la face A du 33t les cinq morceaux mixés à Channel One et sur la face B les cinq autres morceaux mixés au studio de King Tubby. D’ailleurs cet album représente bien le militantisme du Dub avec sur la pochette au fond teinté d’explosions, 3 rastas armés qui tirent dans tous les sens (peut être contre Babylon) reproduits en musique par les effets mixés sur les Dubs.

Sur la version CD, le fond est devenu rouge et les rastas sont passés aux armes lourdes (mitrailleuses) ! De plus cet opus nous montre bien que les musiciens des différents studios jouent souvent ensemble et nous retrouvons les même noms sur de nombreux albums Dub des années 70 accrédités aux Aggrovators et aux Revolutionaries.

Revolutionaries Sounds

Revolutionaries Sounds

Channel One est le premier studio a utilisé les versions Dub pour ensuite faire poser les chanteurs dessus, au contraire de ce qui se faisait jusqu’à maintenant, où l’on prenait les versions instrumentales des morceaux chantés pour ensuite les Dubber. Les albums Dub de la période I-Roy et des frères Hookim à Channel One sortent sur le label familial, Well Charge. Le plus connu étant bien sur  l’album « Revolutionaries Sounds« , avec les morceaux ‘MPLA’, ‘Leftist’ et ‘ Angola’, avec sur la pochette du 33t la tête du Che Guevara en gros plan, une idée de Joe Joe Hookim.

Le morceau ‘MPLA’ est le Dub de la chanson ‘Shool Days’, une reprise d’un standard de Rythm and Blues américain ‘Freedom Blues’ composé par Little Richard.

Jonkanoo Dub

Jonkanoo Dub

Ernest Hookim se trouve souvent en studio participant aux enregistrements ou mixant de nouveaux, alors que Joseph ‘Joe Joe’ Hookim s’occupe plus de la partie « business » et du label. On lui doit le choix des jaquettes des vinyles produits par Channel One. On retrouve l’origine des immigrés jamaïcains, l’Afrique, sur le dessin de la pochette du 33t des Revolutionaries, le superbe « Jonkanoo Dub« . On y voit un danseur africain en habit et masque traditionnel Zulu, et les titres des 10 Dubs sont tous en rapport avec l’histoire de l’Afrique du Sud : ‘Spirit Of Biko’, ‘Shango’ ou ‘Spirit Of Shaka’. Channel One, un label militant !

Les frères Hookim sortent aussi le superbe « Vital Dub Strictly Rockers » sur lequel on découvre les versions Dub des morceaux des Mighty Diamonds, Album qui fait la réputation de Sly & Robbie. Barnabas s’éclate derrière la console de Maxfield Avenue et déstructure les versions au point que les Dubs ne ressemblent quasiment plus aux versions instrumentales comme ‘Eastman Skank’ originalement produit sous le nom ‘Ballistic Affair’. L’ingénieur va lui aussi introduire des sons venant de l’extérieur dans ses mixs comme un klaxon puissant de voiture sur le Dub du morceau ‘Natty A General’ de Dillinger.

Sur l’opus   »Revival Dub Roots Now« , produit par les Hookim, sont compilés les Dubs des morceaux de Leroy Smart, des Heptones et des Wailing Souls, soutenus par des effets terribles ajoutés sur la batterie de Sly Dunbar.

Revival Dub Roots Now

Revival Dub Roots Now

 

On se retrouve prochainement dans « Culture Dub, L’histoire du Dub de ses origines à nos jours »  avec l’Épisode #12 : 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) - Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.6)

 

Big Up,
AlexDub

Auteur:

Dj Producteur Reggae / Dub / Cumbia Dub / Dubstep - Fondateur de l'Association Djahkooloo en 1999 (Production, Management et Label d'Artistes) - Fondateur du concept Culture Dub depuis 2000 (Dreadzine Culture Dub, Webzine Culturedub.com, Label Culture Dub Records...), Organisateur des fameuses Nuits du Dub depuis 2005 et animateur de l'émission Culture Dub sur Radio Pulsar depuis 2002 et sur Party Time depuis 2013 ... Membre du Culture Dub Sound !.....