Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours – Épisode #7

AlexDub, activiste de la scène Dub depuis les années 90’s, vous partage en plusieurs parties sa passion pour l’Histoire du Dub de la Jamaïque des années 60’s jusqu’à aujourd’hui… « Culture Dub, L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours » . 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) - Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.1)

Culture Dub - L'Histoire du Dub de ses origines à nos jours

Culture Dub – L’Histoire du Dub de ses origines à nos jours

 

Lire ou Relire l’Épisode #1 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #2 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #3 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #4 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #5 (cliquer)
Lire ou Relire l’Épisode #6 (cliquer)

1ère Partie : les racines du dub en Jamaïque (1967-1980)

3) Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son (part.1)

Pendant que King Tubby forme les ingénieurs des années à venir au King’s Tubby Studio Of Dub, et que sa machine à graver le vinyles tourne à grand rendement tellement la demande des Sound Systems est grande, d’autres acteurs du monde musical jamaïcain se passionnent pour les re-mixes de versions. A partir du début des années 70, des producteurs souvent reconnus pour avoir déjà produit de nombreux hits aussi bien Ska, Rock Steady où Reggae, vont se mettre à commander un grand nombre de Dubs.

Presse Kingston - Photo Rob Buschgans

Presse Kingston – Photo Rob Buschgans

 

Effectivement, depuis quelques temps un nouveau style se repend dans les sound systems de l’île, c’est à cette période que le mot Reggae (Reggay)
apparaît pour la 1ère fois. Un rythme plus lent, au son plus profond que le Rock Steady, aux paroles plus militantes avec l’introduction de percussions, le skank de la guitare est bien mis en avant et le 3ème temps est plus accentué que les autres.

Les producteurs font enregistrer aux ingénieurs de nombreuses versions avec des groupes résidant en studio pour ensuite faire poser des chanteurs sur ses instrumentaux. D’innombrables artistes font la queue devant les studios de Kingston, ils passent une audition très souvent dans la cour, et s’ils sont retenus, rentrent tout de suite dans le studio d’enregistrement où le groupe les attend et ont une seule chance, une seule prise pour sortir le meilleur d’eux-mêmes et laisser une trace dans l’histoire du Reggae jamaïcain.

Aquarius Dub

Aquarius Dub

La composition de chaque groupe de musiciens de studio, la façon de jouer de ceux-ci, la direction artistique du producteur et le mixage de l’ingénieur, donnent la caractéristique du son et la marque de chaque studio, reconnaissable à l’oreille pour les passionnés et font la différence une fois les versions gravées en Dub-plates et jouées en Sound System.

Cette compétition entre activiste du monde de la musique jamaïcaine pousse les musiciens, qui enregistrent 10 à 12 heures par jour avec pour seule pause celle du déjeuner, à découvrir de nouvelles façons de jouer. Les ingénieurs mixent avec beaucoup de créativité et de folie, voir même de psychédélisme, pour sortir des Dubs. Nous découvrirons bientôt ces mixs innovants de l’autre côté de l’Atlantique et ils resteront les perles du genre en inspirant les musiques électroniques des années à venir comme la Drum’n Bass et la Jungle…

The Message Dubwise

The Message Dubwise

Les 1ers albums Dub en Jamaïque (mais aussi dans le Monde) vont apparaître à la fin de l’année 72 et sont pressés en quantité limitée car ils se vendent très chers (trois à quatre fois le prix d’un album Reggae). Souvent on cite comme premier album sortit, ne regroupant que des versions dub, le 33t « Aquarius Dub » , joué par le groupe les Hippy Boys, produit et mixé par Herman Chin-Loy, cousin de Leslie Kong. Cet album sort début 73 et contient  les versions instrumentales re-mixées (en douceur) de ‘East Of The River Nile’ et de  ‘Cassava Piece’ renommée plus tard ‘King Tubby Meets the Rockers Uptown’, des morceaux composés par Horace Swaby plus connu sous le nom d’Augustus Pablo avec qui Herman Chin-Loy travaille depuis 1966.

Mais n’oublions pas le sublime album produit par Prince Buster à la fin de l’année 72 sous le nom « The Message Dubwise » qui sans doute est le 1er opus dub en Jamaïque. On y retrouve des superbes versions de morceaux reggae de cette période agrémentés d’effets (assez doux à côté des albums Dub qui suivent) et surtout d’un superbe mixage de question réponse entre la piste rythmique et celle des mélodies,  réalisé par Prince Buster lui-même.

Java Java Dub

Java Java Dub

L’album ouvre sur le dub ‘Swing Low’ de la chanson ‘Revolution Come’ de Big Youth et se poursuit avec l’énorme version du morceau reggae des AbyssiniansSatta Massa Gana’ (à écouter impérativement). On retrouve deux medleys Dub, mélange de plusieurs morceaux, le premier ‘Java Plus’ regroupe des compositions de Pablo Black, le second clôture l’album avec des productions de Big Youth pour le label de Prince Buster. Cet album est trop méconnu et pourtant nous livre les ingrédients incontournables du Dub.

Blackboard Jungle Dub

Blackboard Jungle Dub

Deux autres opus se disputent cette place de 1er album Dub, le « Java Java Dub » mixé par Errol ‘ET’ Thompson, produit par Clive Chin et le sublime « Blackboard Jungle Dub » mixé par King Tubby et produit par Lee Scratch Perry, tous deux sortis en début d’année 1973. Rajoutons le très rare « Dub Serial » mixé par Errol ‘ET’ Thompson et produit par Joe Gibbs, qui sort plus vers la fin de l’année 73. 5 albums qui s’arrachent sur le marché anglais et qui sont les prémices de l’aventure du Dub et de très nombreux albums produits dans les 40 années qui suivent !!!

Voici quelques-uns de ces producteurs, de ces ingénieurs, de ces groupes et des studios qui, durant les années 70′s vont apporter une immense pierre à l’édifice d’un mouvement qui ne cesse de prendre de l’ampleur, le Dub.

A l’intérieur de chaque groupe qui enregistrent en studio on retrouve souvent les mêmes musiciens, le nom change, souvent donné par le producteur pour démarqué celui-ci de ses concurrents. Commençons avec Bunny ‘Striker’ Lee, l’ami de King Tubby, qui avec Carlton Patterson sera le premier a fréquenter l’ancienne salle de bain du 18 Dromilly Avenue transformée en studio. Bunny a pour originalité de produire beaucoup de riddims avec son groupe fétiche, les Aggrovators. Il n’a pas son propre studio d’enregistrement mais il emprunte du temps et  loue les locaux aux propriétaires de ceux-ci, avant d’aller remettre les cassettes à son ami, le maître du Dub, King Tubby !!!

Errol Et Thompson

Errol Et Thompson

Producteur : Bunny Lee
Ingénieur    : King Tubby
Groupe      : The Aggrovators

Bunny ‘Striker’ Lee se fait d’abord connaître sur la scène musicale jamaïcaine en produisant plusieurs hits Rock Steady avec Slim Smith ou The Uniques.

Bunny Lee a une oreille de génie pour reconnaître les morceaux qui toucheront le public en Sound System. Pour avoir ses propres versions et suivant l’argent disponible, il achète des cassettes 2 pistes de morceaux déjà enregistrés, souvent des rythmiques produites par Studio OneTreasure Isle, mais il loue aussi les studios d’enregistrement pour un temps donné, paye des musiciens, l’ingénieur et enregistre ses propres versions. Bunny lee commence par fréquenter le studio de Clive Chin, le Randy’s Studio sur North Parade à Kingston puis celui des frères Hookim, Joseph et Ernest qui ont monté le Channel One Studio sur Maxfield Avenue.

Randy's Studio 17

Randy’s Studio 17

 

Pour ses propres sessions d’enregistrement Bunny Lee s’entoure des musiciens de prestige qui sont accrédités sur de nombreux disques sous le nom des Aggrovators. On retrouve dans ce groupe de studio à composition variable, suivant leur disponibilité, Robbie Shakespeare, Aston Barrett ou Lloyd Parks à la basse, Carlton Santa Davis à la batterie, Winston Wright, Bernard Touter Harvey ou Ansel Collins à l’orgue, Tony Chin ou Winston Bowen à la guitare rythmique, Earl Chinna Smith à la guitare lead, Bobby Ellis à la trompette, Tommy McCook au saxophone ténor, Lennox Brown au saxophone alto et Ossie Hibbert, Keith Sterling ou Errol Tarzan Nelson au piano.

The Aggrovators

The Aggrovators

On se retrouve prochainement dans « Culture Dub, L’histoire du Dub de ses origines à nos jours »  avec l’Épisode #8 : 1ère Partie : les Racines du Dub en Jamaïque (1967-1980) - Une histoire de producteurs et d’ingénieurs du son ! (part.2)

Big Up,
AlexDub

Auteur:

Dj Producteur Reggae / Dub / Cumbia Dub / Dubstep - Fondateur de l'Association Djahkooloo en 1999 (Production, Management et Label d'Artistes) - Fondateur du concept Culture Dub depuis 2000 (Dreadzine Culture Dub, Webzine Culturedub.com, Label Culture Dub Records...), Organisateur des fameuses Nuits du Dub depuis 2005 et animateur de l'émission Culture Dub sur Radio Pulsar depuis 2002 et sur Party Time depuis 2013 ... Membre du Culture Dub Sound !.....