Interview du Stand High Patrol

Si il est un sound qui se démarque ces derniers temps, c’est bien le Stand High Patrol. Les bretons développe un son original, savant mélange de dub stepper, digital, dubstep et trip-hop, qualifié de « dubadub ». Rencontre avec les 3 mousquetaires du dub avant leur prestation au Garance Reggae Festival.

stand high patrol-dubadub sound-pupajim

Stand High Patrol

Culture Dub : Pouvez-vous vous présenter rapidement ?
Mac Gyver : Nous sommes le Stand High, voici Rootystep, le sélecteur, Pupa Jim, mc et « build-dubber » (le gars qui fait des dubs), et moi-même Mac Gyver, opérateur.

D’où venez-vous exactement ?
Rootystep : On vient tous d’endroits différents en fait. Moi je viens de Guingamp, Jim de St Brieuc, et Théo (Mac Gyver) vient de Rennes. On est partagé entre Brest et Rennes pour les études et le travail.

Alors pourquoi avoir choisit Brest pour organiser vos soirées « Dubadub Residance » ?
Rootystep : En fait ca fait très longtemps qu’on rêve de faire des soirées à Brest parce que c’est une ville qu’on adore et où il y a une bonne ambiance. On a eu l’occasion de rencontrer une fille de Brest qui s’appelle Virginie qui organisait déjà des soirées et qui aimait bien ce qu’on faisait. Du coup, nous avons monté ensemble une résidence à la Carenne. Maintenant, on est au Vauban, c’est un lieu qu’on adore, qui est super beau et qui a depuis longtemps une identité musicale, jazz notamment.

Comment êtes-vous venus au dub ?
Rootystep : Personnellement, j’ai toujours écouté beaucoup de reggae. Le premier album qui m’a fait connaître et aimer le dub c’est « New chapter of Dub » du groupe Aswad. Et puis on a fait pas mal de soirées en Angleterre, c’est comme ça qu’on a découvert la culture sound system. Après on écoute également plein d’autres styles de musique.
Mac Gyver : Moi j’ai eu un gros coup de cœur pour un live de Mad Professor à Barcelone quand j’avais 15 ans, ca m’a vraiment marqué. Il y a aussi Iration Steppas avec l’album « Original D.A.T ». C’est un pas qui s’éloigne du reggae tout en gardant sa sonorité.
Pupa Jim : C’est comme ça qu’on a voulu faire du reggae mais autrement que ce qui se fait d’habitude.

Quand avez-vous crée le Stand High Sound ?
Rootystep : Théo et moi étions ensemble au lycée, et on a commencé a acheté pas mal de disques. On a créé le sound en 2001. Puis ca c’est fait au fur et à mesure…
Mac Gyver : On a acheté des vinyles pendant plusieurs années, et en 2004 on a rencontré Jim qui était Mc et qui commençait déjà à faire du dub. Assez vite on a mélangé des sélections vinyles avec les dubs de Jim, et en 2006 on ne jouait plus que ses prods et des morceaux d’autres producteurs, des dubplates.

pupajim - stand high patrol

Pupa Jim (Stand High)

Pupa Jim, quels sont tes inspirations pour créer un morceau ?
Pupa Jim : Je puise pas mal dans les années 1980, tout les enregistrement Jah Tubby’s où tu retrouves pas mal de nos influences. Après on intègre aussi tout ce qu’on écoute : du hip-hop, du dubstep… Mais la grosse influence reggae c’est surtout le digital anglais : Saxon, Jah Tubby’s…

C’est comme ça qu’est né le « dubadub » ?
Rootystep : En fait c’est Tena Stelin qui a fait une dubplate pour nous, où il disait que nous ne faisions pas du rub-a-dub mais du « dubadub ». C’est également lui qui nous a appelé les 3 mousquetaires (ndr : en anglais, les « dubadub muskateerz »), ça nous a bien fait déliré et du coup c’est resté. Après le son en lui-même c’est quelque chose qu’on a toujours revendiqué, le fait d’être toujours original, de ne pas faire comme les autres parce que tu n’arriveras jamais à faire aussi bien. Donc il faut faire son truc, après ca marche ou ca marche pas…

Votre dernière production (Dubadub Definition / Maga Dog) est sortie uniquement en digital. Est-ce un choix délibéré ?
Pupa Jim : On sort toujours nos productions en digital, pour rendre accessible la musique à tout le monde, notamment ceux qui n’ont pas de platine vinyle. C’est aussi une question financière, l’argent vient de nos poches donc si on vend bien en digital, cela nous permet de financer un vinyl par la suite. C’est avant tout pour ca.

La production précédente (TV addict / Business of War) s’est bien vendu non ?
Pupa Jim : Franchement, tout ce qui est ventes en digital, ce n’est pas génial…
Rootystep : Ca t’aide à payer les frais, après… ca ne te paye pas un Maxi.

Comment avez-vous été playlisté sur Radio Nova ?
Pupa Jim : J’écoute beaucoup Radio Nova sur Brest, et j’ai envoyé des morceaux comme ça, pour voir ce qu’ils en pensaient… Et une semaine plus tard, le titre passait à la radio. C’est partit comme ça.

J’ai entendu dire que le single TV addict / Business of War avait été le plus vendu dans la catégorie reggae en 2010, c’est vrai ?
Tous Ensemble : … On ne sait pas, peut-être !
Mac Gyver : Sur Itunes Store, il a été pendant un mois numéro 4 et numéro 2 des ventes…dans la catégorie reggae en France, pas dans toutes les catégories ! Après c’est juste des chiffres…

Pensez-vous que vous allez continuer à produire des vinyls ?
Tous ensemble : Ah oui oui carrément !
Pupa Jim : Même si ca prend du temps… On a chacun nos boulots respectifs, la musique c’est juste notre passion.

Comment voyez-vous votre avenir ?
Pupa Jim : Nous à la base on veut que ca reste un plaisir. On ne fait pas ca du tout pour gagner de l’argent.

Est-ce que les gens vous reconnaissent dans la rue ?
Rootystep : Non, non ! Et ce n’est pas ce qu’on veut de toute façon. C’est un style de musique qui est underground. Par exemple, prend ce festival (ndr : le Garance Reggae Festival), il y a 10 000 personnes, prend un gros festival de musique actuelle, il y a beaucoup plus de monde !

mac gyver - stand high

Mac Gyver (Stand High)

Justement, qu’est ce que ca vous fait de jouer au Garance Reggae Festival ?
Rootystep : On est super content, on est déjà venus en tant que public, et même en tant que bénévole il y a quelques années. Après toutes les scènes sont les mêmes, que tu joues dans un bar devant 30 personnes ou dans un festival reggae, on prend les choses de la même façon. L’essentiel c’est qu’on se fasse plaisir !

Ce soir Ma-Kaya est annulé, du coup vous allez joué plus longtemps ?
Rootystep : Et on va jouer du Ma-Kaya surtout !
Pupa Jim : Ouais, ils ont eu un accident de voiture… ca fait chier. On les connaît bien en plus, on les a déjà invités à Brest.
Mac Gyver : On a aussi joué avec eux à Paris et à Genève.
Pupa Jim : Puis on les a vus en Angleterre souvent.
Mac Gyver : Du coup, ils nous envoient leurs morceaux, depuis 2005-2006. C’est des gars super cool.

Avec qui aimeriez-vous jouer ?
Rootystep : Il y’avait Martin Campbell mais on l’a fait y’a 8 jours ! Après y’en a plein…
Mac Gyver : On a joué avec des anglais, mais on ne s’est pas croisés tant que ça. Il y avait une session de Jah Tubby’s ici il y a 5 ans, avec tous les mc’s, on avait bien kiffé… Depuis on a joué avec Dixie Peach (ndr : l’un des mc de Jah Tubby’s) à la dernière Rennes Dub Station.
Pupa Jim : Nous on est plus proche de l’humain. Si on s’entend bien c’est cool. Par exemple,  avec OBF on est super potes musicalement et humainement, c’est le top ! On ne cherche pas forcément les gens, c’est plus des rencontres qui nous intéressent…
Rootystep : C’est d’abord amical, après musical.

Comment voyez-vous l’évolution du dub ?
Rootystep : La preuve en est ce soir, il y a plein de monde ! Il y a de plus en plus de sound systems avec des sons différents et ça c’est super bien. C’est important d’avoir chacun son style et d’avoir une scène dub plutôt varié. Une soirée ou il n’y aurais que nous, même moi ça pourrait me gonfler ! Je serais plus content d’aller à une soirée ou il y’a nous avec O.B.F par exemple, c’est un autre style, c’est mieux.

Merci à Mac Gyver, Rootystep et Pupa Jim de nous avoir accordé du temps pour cette interview. Big up à Morgan et au Stand High Patrol !

Interview réalisée par Julien « Loob » Zasso au Garance Reggae Festival 2010.

Retrouvez cette interview et bien d’autres dans le fanzine Culture Dub Hors Série « spécial 10 ans » !