Interview Johnny (Outlook Festival)

Depuis notre expédition en Croatie en 2011 (lire le report), nous n’avons cesser de faire l’éloge du festival Outlook à nos lecteurs, auditeurs et dub friends! Rencontre avec l’un des créateurs du plus grand festival européen dédié au sound system et à la bass music.

Outlook Festival 2013

Outlook Festival 2013

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Salut, je m’appelle Johnny et je suis l’un des directeurs des festivals Outlook et Dimensions en Croatie.

Quand et comment as-tu découvert le dub ?

J’écoute du reggae et du dub depuis mon plus jeune âge grâce à ma sœur, mais je n’avais jamais vraiment compris cette musique jusqu’à mon entrée à l’université et la découverte du sound system d’Iration Steppas à une soirée SubDub de Leeds. Je m’en souviens parfaitement bien. J’ai réellement ressenti la musique et ca a complètement changé ma compréhension et – par conséquent – ma vie !

Fort Punta Christo

Fort Punta Christo

Comment vous est venu l’idée de créer le festival Outlook ?

C’est vraiment le fruit d’un heureux hasard… C’est un couple de Liverpool qui est parti en Croatie pour créer le festival The Garden et qui après quelques années a décidé d’inviter des promoteurs anglais pour qu’ils organisent leurs propres festivals. Heureusement, cette information est venue jusqu’à moi grâce à un ami, et nous avons pris à cinq la décision de tenter l’expérience. Nous ne l’avons jamais regretté !

Pourquoi avoir choisit la ville de Pula en particulier ? 

Après la deuxième édition du festival Outlook, nous avons voulu trouver un nouveau site car le premier à Pag ressemblait plus à une sorte d’Ibiza alors que nous voulions quelque chose de plus « roots ».  Nous avons donc recherché un nouveau lieu, et nous sommes littéralement tombé amoureux du Fort Punta Christo à Pula… Le reste appartient à l’histoire !

En quelques années, Outlook est devenu le festival dont tout le monde parle, et où tout artiste ou producteur désire aller jouer. N’est-il pas trop dur alors de faire la programmation ? 

C’est très difficile car chaque artiste programmé est choisi avec attention.  En tant que promoteurs nous retirons une certaine fierté de nos line up. Ce sont les seuls arguments que nous avons ! Cette année encore nous avons un line up très diversifié. A la base nous sommes inspirés par la culture sound system & l’héritage de la musique jamaïcaine des années 60. Cela nous amène à programmer du dub, du reggae, de la drum’n bass, de la jungle, du dubstep, du UK garage. Nous programmons aussi des artistes plus techno ou des sons électroniques plus expérimentaux.

Peux-tu nous en dire plus sur la programmation 2013 du Outlook Festival ?

Cette année nous avons décidé de renforcer notre programmation hiphop en invitant : Mos Def, Talib Kweli, Jay Eletronica, The Pharcyde, Pharoahe Monch, Joey Badass… Nous continuons aussi de programmer le meilleur de la scène reggae internationale (Rodigan, Anthony B…) et les incontournables du sound system dub européen (Mungo’s Hi Fi, Iration Steppas…). En ce qui concerne la programmation plus « électronique » on aura aussi du beau monde avec : Bonobo, Digital Mystikz, Andy C, Rustie, Shy FX, RL Grime, Todd Edwards, XXYYXX, Dusky, Boddika, Jackmaster, Machinedrum and LTJ Bukum… et plein d’autres… Assez pour dire que nous attendons tout ca avec impatience !

Cette année, il y a de nouveau une multitude de soirées de lancement (Outlook Launch Party) partout dans le monde, dont une se tiendra à Glazart au mois de mai (plus d’infos ici)… Selon toi quel public est le plus réceptif au dub et à la bass music de manière générale ? 

L’amour pour cette musique s’étend au monde entier, Outlook organisant une centaine de soirées avec des line-ups et des capacités différentes. Mais la chose la plus hallucinante quand tu t’occupes de ce festival, c’est l’amour provenant de toutes ces personnes de pays et de cultures différentes, chaque année ca me surprend.

Gentleman's Dub Club

Gentleman’s Dub Club

Que penses-tu de la scène dub française ?

Le dub et le reggae ont toujours eu leur place en France. Personnellement, j’écoute High Tone et Dub Inc depuis plusieurs années, ce qui m’a amené vers d’autres artistes comme Stand High Patrol ou Kanka. C’est stupéfiant d’écouter du dub français car on y retrouve les mêmes éléments que le dub de Jamaïque et que le UK dub, mais avec une approche différente, plus moderne. Je me souviens de la première fois que j’ai vu jouer OBF au Garance Reggae Festival, ils m’ont tués avec leurs tunes, je n’avais jamais entendu ça auparavant !

Que penses-tu de la situation du dub aujourd’hui ? Quel est son avenir ?

C’est une musique underground, je ne peux pas la voir mourir comme n’importe quel autre musique à la mode.  Le dub est profondément ancré dans nos sociétés, il est fait par et pour des personnes qui aiment vraiment cette musique. Le dub vit parmi toutes les autres musiques et demeure une inspiration pour beaucoup de musiciens et de producteurs. Le Dub s’est installé dans nos cœurs et c’est pourquoi il y restera.

Question subsidiaire : quel est ton récent coup de cœur musical ?

En fait, je suis également chanteur dans le groupe Gentleman’s Dub Club et DJ sous le nom de JohnnyBeGoode ! Actuellement, j’adore jouer le titre « Pon Mi Head » de Lutan Fyah, et Rhythm and Sound avec Cornell Campbell « King In My Empire » : un classique mais toujours aussi efficace !

Interview réalisée par Julien « Loob » Zasso.
Merci à Johnny et à Morgan. Longue vie à l’Outlook Festival!