Interview Solo Banton

Révélé par le label anglais Reality Shock, Solo Banton est un chanteur que l’on apprécie tout particulièrement à Culture Dub, l’un des plus talentueux et généreux de cette nouvelle scène anglaise. Régulièrement en tournée en France, nous en avons profité pour l’interroger sur son actualité et ses projets à venir…

Solo Banton

En France, les gens te connaissent depuis quelques années, mais beaucoup ignorent que tu chantes depuis ton plus jeune âge. Peux-tu nous raconter tes débuts dans la musique ?

Mon grand frère avait un sound system et j’ai chanté pour lui pour la première fois à l’âge de 11 ans. Depuis, j’ai toujours été dans la musique en continuant les sound systems, mais je n’ai jamais cherché à devenir chanteur et à être enregistré. J’ai plutôt produit et écrit pour d’autres chanteurs.

Ton premier album « Walk Like Rasta » (Reality Shock Records) t’a rapidement fait connaitre. Comment s’est passé la rencontre avec Kris Kemist, patron du label ?

C’est Deadly Hunta qui m’a fait rencontrer Kris Kemist. Je faisais un titre pour Deadly qui le connaissait et qui lui a demandé de jouer de la guitare sur le morceau. Quand nous étions en studio, j’ai commencé à chanter au micro et Kris a dit : « Je vais t’enregistrer » et j’ai finalement accepté!

Ton nouvel album « Higher Level » (lire la chronique) est sortit il y a qeulques semaines, peux tu nous en parler ?

« Higher Levels » sort chez Reality Shock Records et plusieurs producteurs ont travaillé dessus. Il me montre sous un aspect versatile, et parle de la capacité à atteindre le haut niveau dans tout ce que l’on entreprend.

En parallèle à ces albums, tu as sortit beaucoup de singles avec différents producteurs dont Jahtari, Dubkasm, Riddim Tuffa et récemment Part2style ou encore Dub Invaders, comment choisis-tu ces collaborations ?

Ce sont tous des amis. Quand tu as une bonne connexion avec quelqu’un, faire une bonne chanson devient plus facile. Tous ces producteurs ont des styles différents, et c’est ce qui me plait en tant qu’artiste, faire des choses variées, c’est comme ça qu’on évolue.

En live, on t’a vu également avec beaucoup de sound systems, sélecteurs, et autres chanteurs. Avec qui rêverais-tu de partager la scène ?

J’ai effectivement collaboré avec beaucoup de personnes, et c’est vraiment une grande joie de partager ces moments sur scène avec tant de personnes talentueuses… Avec qui j’aimerai vraiment ? Je vais faire un concert en Octobre où sera présent Anthony B (ndlr : interview réalisée début octobre), j’espère pouvoir monter sur scène avec lui! Ou encore d’autres héros comme Johnny Osbourne, ou Buju Banton ce serait énorme.

Récemment, on t’a également entendu avec Benny Page sur le titre « Dangerous ». Reggae, Dub, Jungle, Dubstep, Drum & Bass : rien ne te fais peur ?

Hahahaha… Non je n’ai peur de rien! J’aime la musique de manière générale. Donc si un beat me plait et que je me sens capable de faire une bonne chanson dessus, alors je le fais! Si Jah m’a donner ce cadeau alors je dois l’utiliser et non le gaspiller.

Vous allez justement jouer ensemble avec Benny Page à Paris en novembre pour la soirée Skank It Up. Quelques mots pour donner aux gens l’envie de venir ?

Skank It Up sera une big session! De la bonne musique, d’excellents artistes, des bonnes vibes dans un superbe endroit : j’attends ca avec impatience. J’ai déjà joué à Glazart une fois et c’était vraiment cool, donc je sais que ce sera pareil cette fois-ci. Venez nous rejoindre!

Que peux t’on te souhaiter pour la suite de ta carrière ?

J’essaierai simplement de me perfectionner encore davantage, de donner aux gens de la bonne musique avec un message positif. Je veux aussi donner plus de shows avec mon groupe pour présenter un show complet.

Giving Thanks to the most high, « merci ».

Solo Banton

Interview réalisée par Julien « Loob ». Photos DR.
Merci à Solo Banton, et à Morgan pour la connexion!