Live Report – Bagnols Reggae Festival #1 – Bagnols-sur-Cèze (30)

Retour sur le Bagnols Reggae Festival qui célébrait sa première édition à Bagnols-sur-Cèze les 26, 27 et 28 Juillet 2018 avec une programmation impressionnante rassemblant stars du Reggae et légendes du Dub comme Jimmy Cliff, Ken Boothe, Jah Shaka, Aba Shanti-I et bien d’autres. Welcome to Kingston-sur-Cèze !

Ken Boothe

Ken Boothe

 

Jeudi 26 Juillet :

C’est parti, je me rends à la scène principale pour l’ouverture du festival dans une douce ambiance Reggae avec le chanteur Max Livio et son superbe band, tandis que petit à petit le parc Rimbaud se remplit. À 19h, The Viceroys & BRF All Stars débarquent sur scène avec maintenant un public plus garni et très observateur du show qui se déroule sous ses yeux. Le Roots de ce mythique trio vocal jamaïcain a résonné dans les cœurs de tous les festivaliers !

Joseph Cotton

Joseph Cotton

Du côté de la scène Dub Club – un Dub corner sonorisé par les 24 scoops de Blackboard Jungle - Roots Attack arrive à attirer le public avec une ambiance qui ne cessera pas de monter jusqu’à la fin de la session. Le grand Joseph Cotton est présent à leurs côtés, et prendra même un grand plaisir à venir chanter au coeur du public. Cerise sur le gâteau, on a également le droit à un dub fi dub entre Roots Attack et Blackboard Jungle juste après !

À 20h45, je pars en direction de la Main Stage pour assister au concert de Misty In Roots, groupe de Reggae britannique de renom, comme le sont Steel Pulse et Aswad, entre autres. Plutôt rares en France, les anglais ont livré une belle performance, et comme toujours très militante !

Entre temps du côté Dub ClubDub Judah propose aux festivaliers un Live riche et bien pensé. Dub Judah est un artiste extrêmement complet, il est notamment multi-instrumentiste, producteur, chanteur, auteur, compositeur, arrangeur, interprète et bassiste du groupe Twinkle Brothers… Bref, une légende du Dub UK ! La sono de Blackboard Jungle balance toujours plus de grosses basses et euphorise ainsi le public, et d’autant plus avec l’excellente performance de la chanteuse Soom T ensuite !

C’est au tour de Jimmy Cliff de plonger le festival dans un océan de bonnes vibes. Tous les festivaliers suivent le rythme d’un pas vif et joyeux, bercé par les plus grands titres de cette légende du Reggae jamaïcain. Un show envoûtant qui a offert une connexion incroyable entre l’artiste et son public ! La première soirée du festival se clôture côté Main Stage avec Anthony B qui interprète des titres connus de tous les amateurs de Nu Roots, pendant que du côté du Dub Club, Blackboard Jungle envoie un son toujours aussi propre avec Nish Wadada et Earl 16 au micro. La combinaison musicale idéale pour finir en beauté !

 

Joe Pilgrim

Joe Pilgrim

Vendredi 27 Juillet :

Comme tous les jours, nous avons rendez-vous dès 17h avec Blackboard Jungle, parfait pour finir de « chiller » après le camping ! Sur la Main Stage c’est Joe Pilgrim & The Ligerians qui ouvrent les festivités avec une prestation qui ne manque pas de mettre en jambe les festivaliers pour la suite de la soirée ! Du côté du Dub Club, Blackboard Jungle laisse la main à Zion Gate dont le son conscient et spirituel raisonne avec justesse,renforcé par les lyrics du chanteur Ras Mac Bean.

C’est impatient de voir Skarra Mucci en live que je me dirige à la Main Stage à 19h. Dès les premières notes, c’est un déferlement d’énergie positive, l’artiste se donne vocalement et la foule est là pour le féliciter. À 20h45, Ken Boothe prend le relai. « Mr Rocksteady » interprétera entre autres les superbes ‘Let the Water Run Dry’ et ’Speak Softly Love’. Le chanteur impressionne son public notamment lorsqu’il fait un grand discours de paix et d’amour. J’ai, bien évidemment, assisté ensuite au show de la chanteuse Jah9 & The Dub Treatment. Une très bonne représentation avec quelques pépites comme le titre ‘Feel Good’ ou ‘Steamers a Bubble’.

Il est déjà 22h30 et je dois me rapprocher rapidement de la scène Dub pour ne pas manquer les premières tunes du grand Jah Shaka. Une fois ses grands drapeaux de Sélassié mis en place, il commence. L’espace entre les trois stacks de 8 scoops est complètement investi, tout le monde est au rendez-vous pour assister à cette performance mémorable.

Déjà 00h15 et je me déplace du côté de la scène principale pour voir la grandiose Dezarie ! Là encore une prestation exceptionnelle qui force le respect, et un excellent choix du programmateur, d’autant plus que c’était la première date en Europe de l’artiste.

Retour au Dub Club, Jah Shaka est passé à la vitesse supérieure et joue alors la big tune ‘Everliving’ de Moa Anbessa avec Prince David. J’assiste au spectacle depuis l’espace artiste et j’ai pu me rendre compte de l’incroyable montée en pression du public. Jah Shaka a littéralement transformé le parc en un immense trampoline sur lequel tout le monde bondit ! Pas moins de trois heures de set pour clôturer en beauté cette seconde soirée du Bagnols Reggae Festival avec parmi les last tunes, le terrible ‘Mistry Babylon’ de UK Principal.

 

Samedi 28 Juillet :

Pour le dernier soir du festival, c’est plein d’énergie que j’assiste à l’ouverture de la Main Stage avec Marcus Gad & Tribe. Il est 17h45, l’ambiance est déjà là, et de plus en plus de monde se rassemble devant la scène. À 19h45 c’est Nkulee Dube - la fille de la star du Reggae africain Lucky Dube (R.I.P) – qui prend le relai avec ses jolis titres. D’abord choriste et danseuse, l’artiste sud-africaine s’oriente vers une carrière de chanteuse et c’est tout à son honneur !

Weeding Dub

Weeding Dub

Du côté de la scène Dub Club, c’est Nucleus Roots qui se charge du warm up. Groupe phare de la scène UK, le crew de Manchester est représenté en DJ Set par Paul Lush, accompagné des chanteurs et Mc’s Ossie Gad, Simon Dan et UK Principal. Un show avec des tunes exclusivement Steppa sort des 3 murs de son, et les chanteurs rugissent comme des lions pour créer un parfait équilibre avec les grosses basses !

Ijahman Levi, un des artistes les plus mystiques du Reggae Jamaïcain, est présent ensuite sur la Main Stage pour cette pour cette première édition. Avec pas moins de 28 albums à son actif et une reconnaissance internationale, ce fervent rasta est une référence incontournable en matière de Reggae Roots et nous livre un show de qualité.

A 22h35, direction le Dub Club pour assister au Live de l’incontournable Weeding Dub ! Le dubmaker est pour l’occasion accompagné du chanteur Oulda, l’un des nombreux chanteurs présents sur son dernier – et excellent – album, « Another Night Another Day » (lire la chronique). Le duo remporte un franc succès dans le public et auprès des professionnels présents.

Tout le monde attendait Alpha Blondy pour le dernier soir, et c’est bien l’artiste qui réunira le plus de foule. Tout le monde chante, on assiste à un grand moment de partage et de musique dans les règles de l’art ! Peu après minuit, c’est à Julian Marley que revient la tâche de clôturer les concerts côté Main Stage. Réel showman, le chanteur fait danser la foule dans un style Reggae moderne, teinté de Hip-Hop.

Je me rend une dernière fois au Dub Club pour assister à la performance de l’immense Aba Shanti-I qui clôture le festival. Véritable légende du Sound System UK, Aba Shanti nous a tous impressionné avec un show singulier, entre Roots et Dub Stepper bien puissant. Plus de trois heures de good vibes, se finissant par les cris d’encouragement des festivaliers pendant près de 10 minutes.

Nostalgique du Garance Reggae Festival et avant cela du Jamaican Sunrise et du Ja’Sound, la relève d’un grand événement Reggae au parc Rimbaud de Bagnols-sur-Cèze est bel et bien prise en main avec le Bagnols Reggae Festival ! Avec de très grands noms de la scène Reggae internationale et une scène Dub de qualité idéalement mise en valeur par les 24 scoops de Blackboard Jungle, le public a répondu à l’appel puisque pas moins de 20 000 festivaliers sur les 3 jours ont assisté à cette belle première édition. Rendez-vous l’année prochaine !

Live Report : Martin Chartier pour Pull-Up MAG & Culture Dub
Mis en forme et arrangé par Loob
Photos : Florent Daviot (toutes les photos ici)