Live Report – Dub Camp Festival 2015 – Le Pellerin (44)

Après une première édition particulièrement réussie (lire le report), difficile pour l’association Get Up de faire encore mieux, et pourtant…  Nos reporters vous racontent leur Dub Camp Festival version 2015, illustré en photos et vidéo !

Sound Meeting Arena

Sound Meeting Arena

 

Comme l’an passé, ce sont 3 chapiteaux qui ont été installé aux bords du canal de la Martinière dans la petite commune du Pellerin près de Nantes. Afin de vous raconter au mieux cette seconde édition, nous avons décidé de confronter les points de vue de Loob, habituel reporter pour Culture Dub, et de Johann, pour sa première expérience au Dub Camp en tant que festivalier. Le récit croisé de cette cuvée 2015 commence maintenant…

JOUR 1 :

Johann :

Brother Culture

Brother Culture

Les portes pour cette première soirée ouvrent à 17 heures, et il fait super chaud ! Le programme étant chargé, je commence par aller à la Sound Meeting ArenaChannel One débute tranquillement sa première partie de set avec une sélection bien Roots.

Du côté de la Outernational Arena, c’est Manasseh qui joue, accompagné de Brother Culture. L’Original Rasta MC chauffe le public qui répond déjà bien présent !

On reste une bonne heure ici avant de retourner vers la Sound Meeting Arena voir les premières parties des sets de Blackboard Jungle et de Jah Tubbys ! Chacun joue environ 40 minutes, dans deux styles assez différents et sur leur sono respective. J’ai quand même un faible pour celle de Blackboard Jungle personnellement !

Premier passage ensuite à la Dub Club Arena, puisque les Bush Chemists débarquent, avec King General, encore du bon son anglais comme on aime ! Juste après c’est Kanka qui prend le relais pour jouer plusieurs tunes de son dernier album, notamment l’énorme ‘Stepper Style’ en extended version avec la flûte de Don Fe, terrible !

On a ensuite le choix entre les 3 scènes, je retourne à la Sound Meeting ArenaChannel One est nettement plus énervé que toute à l’heure, warrior style ! Blackboard Jungle prend le relai, on entend l’énorme ‘Rasta We Rasta’ de Danny Red résonner, puis c’est au tour de Jah Tubbys de faire sauter la foule. La dernière heure sera un Dub Fi Dub de haute volée entre les 3 Sound Systems, on en prend déjà plein les oreilles et on part se coucher en ayant hâte du lendemain !

Loob :

YT

YT

Arrivé un peu plus tard sur le site, mon parcours ce vendredi soir est quasiment le même que Johann, et tout ça sans concertation ! Après un petit tour rapide sous les 3 chapiteaux déjà bien remplit en cette fin d’après-midi, c’est vers la Dub Club Arena sonorisée par le Kürün Positive Bassline que je décide de me dégourdir les jambes.

Les Bush Chemists sont au complet, Dougie à la sélection, Chazbo à la control tower et au mélodica, et Culture Freeman et King General qui se relaient au mic. Après une grosse partie Digital Dub, le Stepper reprend le dessus, idéal pour annoncer Kanka.

Pour sa dernière date de l’année avant de se renfermer en studio, Kanka est comme d’habitude accompagné de son bassiste Chris B, et seront rejoint un peu plus tard par le versatile YT. Bien que ce soit la première fois qu’il joue ensemble, l’ensemble fonctionne très bien et le set s’achève sur le puissant ‘Disconnect Yourself’.

Le public est bouillant, et la chaleur monte encore d’un cran puisque c’est OBF qui enchaine derrière ! Cette année, ils sont sans leur sono, mais avec un renfort de choix en la personne de Charlie P. Le jeune MC est en grande forme et la combinaison avec Shanti D est excellente. Wicked & Wild !

Avec tout ça, on en oublierait presque les autres chapiteaux ! Juste le temps d’apercevoir un court passage du set de Dubkasm et Afrikan Simba, et de prendre une bonne dose de basses devant la nouvelle sono de Blackboard Jungle, que ma première soirée s’achève en mode dubplate style avec Eric au contrôle de son Kürün Positive Bassline.

Découvrez quelques extraits vidéos des deux premières journées du Dub Camp Festival 2015 :

vignette

Video YouTube:

Dub Camp Festival 2015 – Live Extracts – © Culture Dub

publié par

JOUR 2 :

Johann :

Le lendemain le soleil est toujours au rendez vous, et c’est tant mieux puisque c’est encore une grosse journée qui nous attend avec pas moins de 12 heures de son d’affilée ! Les portes ouvrent à 15 heures et beaucoup de festivaliers sont déjà prêts à entrer. Le samedi affichait d’ailleurs complet, peut-être l’effet Stand High

Kebra Ethiopia Sound

Kebra Ethiopia Sound

Pour ma part ça sera direction la Dub Club Arena en ce début de journée puisque beaucoup de groupes assez rares dans le coin sont programmés ce samedi. On commence donc avec Chalice Sound System, qui nous met du bon gros Dub direct !

Direction ensuite la Sound Meeting Arena où ça commence tranquillement, d’abord avec Stand High, puis avec Mungo’s Hi Fi, accompagné Charlie P et YT en grande forme !

Je retourne ensuite sur la Dub Club Arena, puisqu’une partie de la prog est inratable pour moi ! D’abord c’est Kebra Ethiopia Sound qui vient jouer du bon Roots, pour finir sur une ambiance plus Steppa. La foule se met à danser comme dans leurs vidéos qu’on peut trouver sur le net, pour un moment qui restera mémorable !

Juste après eux c’est Alpha & Omega qui prend le relai, une performance assez énorme, pour une session bien profonde. En live, c’est Christine Omega et Jonah Dan qui représentent cette mythique formation au style si particulier. Meditative seen !

Suite de ce marathon du Dub, c’est sur l’Outernational Arena qui m’intéresse particulièrement puisque King Alpha entre en scène. Encore une session énorme, les amateurs de grosses basses se sont régalés !

On finit la soirée en Sound Meeting, d’abord avec Stand High qui nous joue ses classiques ‘Commando’, ‘Geography’Merry à la trompette les accompagne parfaitement, ou encore l’énorme ‘Rub a Dub Anthem’.

Mungo’s Hi Fi revient ensuite, et on finit sur un énorme Dub Fi Dub entre les 2 groupes. On entendra notamment ‘Automatic Attack’ sur le riddim de ‘The Bridge’ du Stand High, puis Charlie P et YT en mode freestyle, du très haut niveau ! Le chapiteau est en ébullition pour cette dernière heure, malheureusement il est déjà l’heure de couper le son pour ce soir…

Loob :

YT & Charlie P

YT & Charlie P

Cette seconde journée commence tranquillement au rythme des sélections vinyles Early Reggae de Roots Atao, membre à part entière du Stand High en configuration Sound System comme c’est le cas aujourd’hui sous le chapiteau Dub Meeting Arena.

Avant de prendre comme tout le monde une sacrée vibes jusqu’à 3h du mat, un passage par le Uplift Corner s’impose. C’est une des nouveautés de cette seconde édition, un espace consacré à des interviews publiques, et le premier à s’y coller c’est Mc Oliva de Blackboard Jungle, pour raconter en détail ce qu’est le quotidien d’un Sound System. Cultural !

Comme Johann, et comme pour de nombreux festivaliers qui ont vu les fameuses vidéos de Kebra Ethiopia Sound, j’opte pour la Dub Club Arena. Arrivé parmi les premiers, c’est l’occasion d’entendre la fin du set de Roots Youths emmené par DJ Kullar et sa sélection déjà bien ruff.

Mais le moment qu’il ne fallait pas rater, c’est bien le premier show en France de Kebra Ethiopia et son University of Steppas ! Car c’est bien d’un show qu’il s’agit : tandis que le sélecteur/opérateur Doc Inity prend en main le préamp de Chalice Sound System, ses comparses se faufilent parmi le public, pour une fois la session commencée mettre l’ambiance et montrer les pas de danse aux festivaliers. Très vite, tout le monde se prend au jeu, et nous assistons à un moment unique. Voici le vrai sens du mot communion !

Quittons cette ambiance magique pour rejoindre l’Outernational Arena, sonorisée ce samedi par les grenoblois du Roots Collective. Ce sont leurs voisins lyonnais Rootikal Warriah qui sélectent les dernières nouveautés Roots & Stepper, accompagnés au micro par Jah Tool et le temps d’une tune par Joe Pilgrim.

Les Stepper Addicts sont aux anges avec les 5h qui suivent, rien que ça ! Au programme : Ma-Kaya de Birmingham et les londoniens King Alpha. Deux duos survoltés, dubplates et prods maisons à gogo, le chapiteau se soulèverait presque !

Pour terminer cette seconde soirée, quoi de mieux qu’un Dub Meeting entre Stand High Patrol et Mungo’s Hi Fi ? La Sound Meeting Arena est pleine à craquer, les bretons et les écossais sont survoltés ! Au cœur de ce Dub Fi Dub mémorable, on retiendra la dédicace de Marina P à ses deux sound systems de cœur, juste avant d’entonner le hit qui la fait connaître, ‘Divorce à l’Italienne’.

Pupajim (Stand High)

Pupajim (Stand High)

JOUR 3 :

Johann :

King Shiloh Sound System

King Shiloh Sound System

Déjà le dernier jour de festival, mais encore un programme copieux ! A 15h on est reparti sur le site du festival, direction l’Outernational Arena Paul Axis nous fait admirer sa magnifique sono Valv-A-Tron, conçue à la manière des premiers sound systems des années 60. Une sélection Reggae Roots pointue, parfaite pour débuter l’après-midi !

Word Sound & Power Sound System

Word Sound & Power Sound System

Partons ensuite pour la Sound Meeting Arena est son programme vraiment alléchant, avec les 3 sound systems de Lion Roots, Word Sound & Power et King Shiloh ! Ça commence tranquillement avec Lion Roots, puis le niveau monte d’un cran quand arrive le tour de Word Sound & Power. La sono est top, Jimmy Ranks excelle au micro, et les sélections de Robert Tribulation parfaites ! Enfin, vient le tour de King Shiloh et sa nouvelle sono encore plus puissante. Pour l’accompagner, le grand Ranking Joe est là, ainsi que Nish Wadada, que du bonheur !

On quitte un peu à regret cette scène, mais sous les autres chapiteaux c’est aussi du haut niveau…  À la Dub Club Arena, j’assiste à une partie du set Warrior de Mighty Massa, et comme c’est pas tous les jours qu’il se déplace du Japon, il faut en profiter !

Place ensuite à la légende du Sound System, le grand Jah Shaka pour 5 heures de set non stop ! Comme le veut la tradition, il commence tranquillement avec du Bob Marley, notamment une superbe instru à la trompette du ‘Redemption Song’, ainsi que ‘Exodus’. La suite est on ne peut plus mystique, et on commence à entrer dans son univers !

Après une heure et demi de Shaka style, retour à l’Outernational Arena pour assister à la prestation de Martin Campbell. Pour les amateurs de Roots, voici sûrement l’un des meilleurs set du Festival ! Sa voix est superbe, et ses productions sonnent à merveille sur la sono d’Axis Valv-A-Tron, que demander de mieux ?

Après un rapide détour à la Sound Meeting pour entendre à nouveau King Shiloh et Word Sound & Power, et vers 23h30 cap sur la Dub Club Arena. Puisqu’il ne reste plus qu’une heure et demi de son, autant terminer en beauté avec Jah Shaka ! Le « Zulu Warrior » est monté d’un ton, ça cognera fort jusqu’à la fin de son set ! Shaka est gourmand, le public aussi, et nous aurons droit à 20 minutes supplémentaires pour mettre terme à ces 3 jours mémorables…

BILAN :

Johann :

Vous l’aurez compris, ce festival a encore été une franche réussite, le soleil a en plus été au rendez vous, c’était top ! Niveau organisation aussi on n’est pas déçus, le camping est agréable avec un chapiteau qui passe de la musique. Si la route du camping au festival est longue, il y avait un petit train à disposition et le camion de Daddy Reggae pour égayer le trajet !

On pourrait juste regretter le faible nombre de douches, et que celles ci ne soient pas sur le camping, surtout avec cette chaleur… Sur le site du festival, l’attente aux stands de restauration en a découragé plus d’un, et ce malgré le sourire affiché par tous les bénévoles. On aimerait également prolonger le plaisir d’une ou deux heures supplémentaires tous les soirs… !

Mais tous ces points sont au final des détails, qui n’ont en rien dérangé la bonne tenue du festival, et qui ne me vont certainement pas m’empêcher de revenir l’an prochain. Un grand coup de chapeau à l’association Get Up! pour son travail, et rendez-vous en 2016 !

Loob :

L’an passé nous étions emballés, cette année nous fûmes conquis ! Si la première édition fut marquée par la pluie, le soleil était au rendez-vous pour ce Dub Camp Festival #2. Ajoutez à ce climat estival une programmation de qualité (même si l’on ne peux malheureusement pas tout voir) et une organisation une nouvelle fois irréprochable, et vous obtenez un nouveau record d’affluence, avec près de 15 000 festivaliers présents sur les 3 jours, et avec le sourire qui plus est !

En seulement 2 éditions, le Dub Camp est devenu le festival incontournable des amateurs de Dub et autres Sound System addicts. Une référence qui, si l’on en croit les organisateurs, devrait rester à taille humaine pour les prochaines années, afin de conserver cette ambiance familiale.

Alors, on ne saurait que trop vous conseiller d’acheter vos pass pour l’édition 2016 dès que ceux ci seront en ligne, car avec un tel bouche-à-oreille, soyez sûr que le festival affichera vite complet !

C’est tout ce que l’on souhaite à l’Association Get Up!, en tout cas, Culture Dub sera encore présent l’an prochain, c’est certain !

Dub Club Arena

Dub Club Arena

 

Merci à l’Association Get Up, et big up à tous les artistes croisés et tous les massives rencontrés !

Photos : LNA
Vidéo : Loob
Live Report : Loob & Johann