Live Report – Dub Camp Festival 2017 – Joué-sur-Erdre (44) – Jour 1

Le Dub Camp Festival célébrait sa 4ème édition du 13 au 16 juillet 2017 au Lac de Vioreau à Joué-sur-Erdre, avec des artistes venus du monde entier et quelques-uns des meilleurs Sound Systems ! Culture Dub y était, découvrez le live report et des photos du premier jour avec notamment Max Romeo, King Jammy, Channel One Sound System, Stand High Patrol, Dubkasm, Legal Shot Sound System, et plein d’autres !

Dub Camp Festival 2017

Dub Camp Festival 2017

Introduction :

En seulement 3 éditions, le Dub Camp Festival s’est déjà imposé comme une référence mondiale en matière de festival Dub. Il faut dire que chaque année, l’Association Get Up réunit un nombre d’artistes impressionnant et met tout en œuvre pour que les festivaliers passent un bon moment pendant quatre jours.

Après deux éditions au Pellerin, puis l’an dernier à Carquefou (lire le live report), l’Association Get Up a de nouveau été contrainte de changer de lieu. Nous nous retrouvons donc cette année à Joué sur Erdre à proximité directe du lac de Vioreau, un endroit magnifique classé Natura 2000. Avec, pour les plus courageux, un sentier ombragé longeant le lac et permettant d’accéder à une plage où la baignade est autorisée. De quoi faire une pause au calme entouré d’une belle verdure avant de démarrer la journée ! Cette année, l’Association Get Up a parfaitement organisé le site pour les festivaliers : le parking, le camping et le site du festival sont tous regroupés à quelques minutes à pied, idéal !

A notre arrivée, le camping est déjà en ébullition : installation dans l’après-midi au rythme des musiciens de l‘E.N.R (Ensemble National de Reggae) qui jouaient des morceaux Roots et mettaient l’ambiance sur le camping ; mise en jambe également sous le chapiteau Rootsman Corner avec Zion Gate Hi-Fi, les brésiliens de High Public Sound ainsi que Kebra Ethiopia venu d’Afrique Du Sud. La sono du crew Nantais restera installée dans le Rootsman Corner pour les 4 jours du festival, de quoi être sûr de toujours bien commencer la journée. Il est maintenant temps d’aller découvrir le site du festival !

Si l’année dernière le jeudi était une Opening Session avec un seul chapiteau ouvert, cette fois on entre tout de suite de plein pied dans le festival avec tous les chapiteaux qui vont jouer jusqu’à 3 heures du matin ! Après avoir fait la découverte du nouveau site, repéré les différents chapiteaux, le Sound Meeting, l’Outernational Arena et la Dub Club Arena, puis avoir fait le tour des différents stands d’artisanat, vinyles et nourriture (qui s’est nettement diversifié cette année avec un large choix), il est temps d’aller profiter de la musique !

 

Max Romeo

Max Romeo

Dub Club Arena :

La Dub Club Arena est sonorisée pour cette première journée par Legal Shot Sound System avec 3 stacks, ce seront d’ailleurs les seuls dans cette configuration. Le crew breton assure le warm-up, les massives présents peuvent se délecter d’une excellente sélection axée Rub-A-Dub pour démarrer le festival. Le sélecta et opérateur Paco enchaîne les big tunes pour le plus grand bonheur des amateurs du style. On pourra notamment écouter des tunes à l’ancienne comme le terrible ‘Heart Made Of Stone’ de The Viceroys ou ‘Freedom Fighter’ de Half Pint. Le temps passant, le registre vire doucement vers le Digital avec l’incomparable Gregory Isaacs et sa big tune ’Universal Tribulation’, suivi par une autre big tune‘Education’ de Bob Skeng, alors que Paco laisse la place à Electrophil à la sélection. Après un petit interlude Roots Stepper avec le superbe ‘Let The People Go’ de Ras Midas, la sono continue de vrombir au ryhtme langoureux du Rub-A-Dub. A noter en particulier une grosse sélection Dennis Brown qui s’enchaîne à merveille avec notamment les titres ‘Raggamuffin’ et ‘To Be A Weakman’. Avant que la légende King Jammy ne prenne place, le sélecta Matty nous prépare à sa venue avec deux specials à la gloire de Legal Shot, chacun sur un riddim de King Jammy !

Xana Romeo

Xana Romeo

A 19h30, King Jammy entre en scène en compagnie de l’un de ses fils, Jam 2, et commence avec le titre Digital ‘In The Arena (What A La La)’ de Johnny Osbourne. Il enchaîne rapidement avec ‘Life Is A Moment In Space’ de Wayne Smith, un grand classique ! Nous voici prévenus, King Jammy a prévu de nous jouer quelques unes de ses plus belles productions Roots. On pourra notamment écouter ‘Dreadful Day’ de Barry Brown, la big tune Roots Stepper ‘Please Officer’ d’Earl Zero suivie par la version tout aussi démentielle d’Augustus Pablo, ou encore ‘Jah Ova’ de Johnny OsbourneKing Jammy est en forme et cela fait plaisir à voir, les pull-ups sont monnaie courante et c’est à chaque fois l’occasion pour lui de chauffer les massives. Et comme il l’a si bien dit, « King Jammy is a teacher » ! L’objectif est de nous passer plein de morceaux, il passe donc rapidement de l’un à l’autre. La suite de la leçon est axée Digital et se termine avec un guest surprise en la personne d’Echo Minott, puis deux classiques sur le ‘Sleng Teng Riddim’ ‘Under Mi Sleng Teng’ de Wayne Smith et ‘Buddy Bye’ de Johnny Osbourne !

Max Romeo arrive à 21h30 pour un set de 2 heures en compagnie de sa fille Xana. Dans un premier temps, il fait son entrée seul sur scène avec le terrible ‘One Step Forward’, avant d’interpréter deux autres titres, puis Xana Romeo le rejoint. La fille du légendaire chanteur jamaïcain vient présenter son premier album « Wake Up » (lire la chronique), et chantera les meilleurs tunes de l’album, d’abord ‘Righteous Path’, puis le terrible ‘Rate Rasta’‘Glitter Ain’t Gold’‘King Of Zion’, ainsi que ‘Mercy Please’Max Romeo revient ensuite avec le superbe ‘Jamaican Girl’, puis conclut le set avec deux de ses plus grands classiques : ‘Chase The Devil’, sur lequel Xana Romeo accompagne son père, puis ‘War Inna Babylon’ qui vient terminer un superbe set du père et de sa fille !

Une nouvelle réunion d’artistes vient ensuite jouer à partir de 23h30 : Sister CarolJudah Eskender Tafari et King Kong ! En début de session, Sister Carol et Judah Eskender Tafari ont semblé plus impliqués que King Kong, dont nous aurons l’occasion de n’écouter qu’un seul titre. Une session plutôt Roots, pendant laquelle les artistes vont se relayer au micro alors que Legal Shot s’occupe toujours de la sélection, eux qui sont habitués à jouer en session avec de grands artistes, comme ce fût déjà le cas notamment l’année dernière !

Nous n’aurons pas l’occasion d’assister au set final de Legal Shot, mais nul doute qu’ils auront mis tout en œuvre pour retourner la Dub Club Arena !

 

Stand High Patrol

Stand High Patrol

Outernational Arena :

L’Outernational Arena est elle aussi sonorisée par un crew breton puisque c’est Stand High Patrol Sound System qui s’en occupeAprès une session vinyle assurée par Roots Atao, on a pu assister au set de Dubkasm venu de Bristol. Digistep au saxophone va jouer ‘Promised Land’, avant que le crew ne joue une dubplate de Michael Rose, un morceau de YT, puis une énorme tune Steppa avec Digistep au saxophone. Dubkasm enchaîne avec un titre de Frankie Paul, l’énorme ‘Destination Highrise’ en collaboration avec Iration Steppas, une autre dubplate terrible de Macka B sur le riddim ’Roots And Culture’ de Mikey Dread, un mix de ‘Jahovah’ de Danny Red sur le riddim de ‘Couterattack’, ainsi qu’un morceau en featuring avec Ashanti Selah. C’est sur ce morceau que l’on quitte ce superbe set de Dubkasm, alors que nous n’avions pas prévu de rester aussi longtemps, première big session du festival !

On retournera plus tard dans l’Outernational Arena pour voir la session de Stand High Patrol. Le crew va jouer quelques dubplates, puis l’anthem ‘Brest Bay’ avec Merry sur la version, ou encore ‘Speakerbox’, un morceau que l’on entend rarement lors de leurs dernières sessions. Le crew était accompagné également de Marina P, venue remplacer au pied levé Ns Kroo qui n’ont malheureusement pas pu être présent ce soir. Le tant attendu Pupajim s’empare du micro pour la suite, et interprétera des tunes de l’album « A Matter Of Scale » et notamment l’énorme ‘No Matter How Long It Takes‘. Puis le set dérive sur les sons bien plus hip-hop du dernier album du crew  « The Shift » (lire la chronique) fraîchement sorti, une tuerie ! Les massives sont au rendez-vous puisque le chapiteau déborde de festivaliers, et les membres de Stand High Patrol ont su transmettre leur énergie à tous.

 

Channel One Sound System

Channel One Sound System

Sound Meeting :

Le Sound Meeting est un chapiteau un peu particulier puisque 3 Sound Sytems sont installés et jouent à tour de rôle. Pour le jeudi, nous retrouvons les vétérans anglais Channel One Sound System et Entebbe Sound System, ainsi que Kiraden Sound System de Dijon !

On arrive pendant le warm-up de Channel One. Le légendaire sélecta Mikey Dread est en train de jouer de superbes morceaux Roots instrumentaux avant de passer sur une sélection de titres plus récents, comme le classique de Sizzla ‘Praise Ye Jah’ ou encore ‘Sunny Days’ de Jah Cure. C’est ensuite Entebbe qui prend le relai. Ce crew anglais est une découverte pour nous. Son Sound System est esthétiquement très beau et a une qualité sonore irréprochable ! Le crew joue la tune ’Survivor’ de Paul Fox, ainsi qu’un titre qu’on entendra régulièrement pendant le festival, l’énorme ‘Reparation’ de Keety Roots, avec le vocal, la version Dub, et la version de Donovan Kingjay ‘Got To Go’ sur le même riddimbig tune !

Entebbe Sound System

Entebbe Sound System

Un peu plus tard, on retrouve encore Entebbe pour une sélection Stepper éclectique. On passera d’une grosse vibe UK 90′s avec un morceau instrumental hypnotisant à une production récente de Salomon Heritage, le titre ‘Jah Drives Me’ de Nish Wadada. On pourra aussi écouter l’excellent ’1st Trumpet’ d’Aba-Ariginals avant que Kiraden ne prenne la relève. Les massives du Dub Camp ont déjà eu l’occasion de le voir jouer sous chapiteau lors de l’édition précédente, c’est avec grand plaisir que nous le retrouvons cette année ! A la manière d’un homme-orchestre, le sélecta est seul devant la platine et la control tower, endossant également le rôle d’opérateur, d’animateur et de chanteur sur les versions. Il démarre directement par des dubplates sur format vinyle. La sélection est sans compromis et axée UK Stepper, avec une grosse vibe 90′s. Bien que le chapiteau soit encore clairsemé, les massives skankent à fond sur des morceaux à l’ambiance mystique.

A 21h, c’est au tour de Channel One de nous régaler pendant 30 minutes avec une sélection Roots & Culture Mikey Dread démarre avec d’excellents titres Roots, tel ‘One Step Forward’ de Max Romeo. La pression monte d’un cran avec une excellente production de Gussie P : ‘Wisdom Of Solomon’ de Roman Stewart, avec le trombone de Matic Horns d’une efficacité redoutable. On continue dans la même vibe avec un instrumental au trombone avant de repasser sur un classique Roots, le titre ‘Money Money’ d’Horace Andy, suivi de ‘Politician’ de Barry Brown sur le même riddim et d’un titre de Burning Spear. Les amateurs de Roots sont ravis et ne sont pas trompés en allant voir Channel One ! Pour les deux dernières tunes, on n’est pas en reste. Retentit d’abord l’excellent ‘Natty Dreadlocks’ de Colour Red qui fait toujours un bel effet en Sound System ! Pour la last tuneMikey Dread nous gâte avec un classique du UK Stepper 90′s : ‘Chant Of Freedom’ de Disciples ! Le pull-up est de rigueur sur un morceau de ce calibre et les massives se laissent transporter par ses magnifiques mélodies.

Retour au chapiteau Sound Meeting vers 22h30. Désormais, les trois Sound Systems jouent 2 tunes chacun avant de laisser la main. Entebbe démarre avec un recut Stepper du titre ‘Declaration Of Rights’ avec Johnny Clarke. Le sélecta nous passe une version Dub puis une version mélodica. Tout s’enchaîne proprement avec une animation au micro efficace. Le fait que les Sound Systems enchaînent rapidement permet de les comparer, et tant au niveau de la qualité sonore que du confort pour les oreilles Entebbe sort clairement du lot ! Kiraden prend ensuite la main et nous balance en seconde tune un morceau Stepper Digital instrumental avec une grosse vibe à la Dread & Fred. Comme à chaque tune, la version Dub suit derrière et c’est l’occasion pour le sélecta/opérateur de nous gratifier d’un gros son Dubwise accompagné d’une panoplie d’effets. Channel One fait un peu retomber la tension avec un big One-Drop Digital de Paul Elliot, ‘Import Corruption’, mais pour autant les massives ne relâchent pas leur attention et la danse est toujours aussi intense ! Ras Kayleb arrive au micro et profite du pull-up pour nous faire un petit discours avant de toaster sur la version. Mikey Dread joue ensuite un morceau apprécié de Channel One : ‘Behold’ de Ranking Fox.

Vers 00h20, alors que le chapiteau commence à être blindé, Entebbe nous balance un big recut Stepper du riddim de ‘Love And Only Love’ de Fred Locks. Kiraden, quant à lui, reste dans la vibe UK Stepper et anime la session avec brio. Channel One enchaîne avec leur dernière production sortie sur leur propre label : ‘Cry Mama’ de Ras Kayleb, sur le même riddim que ‘Where Have All The Rebels Gone’ de Danny Red sorti sur le même label. Ras Kayleb nous fait le plaisir de chanter sur la version. On enchaîne ensuite avec un recut Stepper de ‘Crazy Baldhead’ avec Donovan Kingjay au chant. La soirée continue sur ce rythme et aucun des 3 Sound Systems ne fait retomber la tension. Entebbe tire très bien parti du toaster et du chanteur présents pour agrémenter les versions Dub et monter en intensité. Kiraden fait tourner sa sono à plein régime pour terminer la soirée et fait skanker tout le chapiteau sur sa last tune à l’introduction épique. Néanmoins, il coupe le son de manière abrupte pour laisser Channel One conclure la soirée. Après une big tune de Tenastelin, il est déjà 3h passé et les massives en redemandent ! Ils n’en démordent pas et à raison car Channel One nous sert un petit rab avec la version Dub du terrible ‘Reparation’ de Keety Roots !

Le Dub Camp Festival a commencé sous les meilleurs hospices avec une journée chargée et riche en belles sessions. Cela n’augure que du bon pour la suite !

Live Report : Johann, Raphael et Ti Kaya
Photos : Kevin On The Roots

Pour lire ou relire le live report de la deuxième journée, cliquez ici !
Pour lire ou relire le live report de la troisième journée, cliquez ici !
Pour lire ou relire le live report de la quatrième journée, cliquez ici !