Live Report – Dub Camp Festival 2019, Jour 2 – Joué-sur-Erdre (44)

Le Dub Camp Festival, organisé par l’Association Get Up!, célébrait sa sixième édition les 11,12,13 et 14 juillet 2019, au Lac de Vioreau dans la commune de Joué-sur-Erdre. Retour sur le deuxième jour du festival, avec un Sound Meeting entre KiradenIndica Dubs et Iration Steppas mais aussi Legal Shot Sound System et une belle ribambelle de chanteurs, ou encore Aba Shanti-I pour une sélection spéciale 90′s !

Réplique du van "Swing A Ling" de Charley Ace, réalisée par Jukebox Arena

Réplique du van « Swing A Ling » de Charley Ace, réalisée par Jukebox Arena

 

Rootsman Corner :

Après cette superbe session en compagnie de King Shiloh la veille, le chapiteau habituel du camping ouvre maintenant ses portes, et ce dès 12h pour les plus courageux! Cette année, ce sont 2 crews qui ont installé leurs Sound System, Prayazen et Stepper Allianz. C’est Prayazen qui est en train de jouer lorsque nous arrivons aujourd’hui, avec une sélection Roots pour nous mettre en jambes. On pourra notamment entendre ‘Good Old Days’ de Ras Midas, ‘Mr Boss Man’ de Cultural Roots ou encore ‘A True’ de Dennis Brown. Prayazen jouera encore une tune des Twinkle Brothers avant de passer la main à Stepper Allianz. Ils vont poursuivre avec du Roots également et jouer des morceaux de Errol Dunkley ou encore Tinga Stewart. Stepper Allianz jouera aussi un morceau de Cultural Roots, ‘World Of Illusion’, ainsi que le superbe ‘Doing Fine’ de Roman Stewart entre autres. Prayazen reprend la main, avec Guru Pope en invité sur un morceau, et jouera plus tard un morceau du label Macka Dread, un titre de Akae Beka, ainsi qu’une tune de Young Kulcha. Quant à Stepper Allianz, ils joueront encore le terrible ‘Police Man’ de Joseph Hill, un morceau de Freddie McKay, ‘Bad Days Are Going’ de Johnny Clarke ou encore une tune de Junior Delgado, puis nous rentrons ensuite dans l’enceinte du festival !

Dub Club Arena :

Legal Shot Sound System

Legal Shot Sound System

Comme 2 ans auparavant, nous retrouvons Legal Shot Sound Sytem sous le chapiteau de la Dub Club Arena, cette fois avec 8 scoops répartis en deux stacks. Lorsque nous arrivons, vers 17h30, Polak est à la sélection. Il est le membre du crew spécialisé dans le clash, c’est donc tout naturellement que nous le retrouvons pour une sélection de dubplates nominatifs, dans un registre Rub-A-Dub et Modern Roots, avec notamment un vocal de Junior Delgado.

A 17h45, Electrophil prend la main pour une sélection vinyle explosive ! On démarre sur du Roots cuivré avec notamment la big tune ‘Shaka The Great’ des Overnight Players. S’ensuit un superbe recut à la flûte du riddim ‘Rock Fort Rock’ avec une version extended percussive de toute beauté. L’ambiance est déjà électrique parmi les massives présents. La sélection se dirige ensuite vers le Digiroots avec notamment ‘Time For A Change’ de Donette Forte et ‘Gunman-A-Come’ de Martin Campbell. On pourra également écouter deux classiques de la sélection du Legal Shot : ‘Reggae Is Jah Music’ de Leroy Smart et ‘Monkey Sample’ d’Al Campbell. On passe ensuite sur du gros Digital avec le titre ‘Juggling Soldier’ de Barrington Levy. Voilà une bien belle mise en jambe pour cette journée de vendredi. Pour un warm-up de qualité, rien de tel que Legal Shot !

Nous revenons ensuite lorsque Manu de Irie Ites est de nouveau derrière les platines, et comme hier va être le sélecta d’une autre légende venue de Jamaïque. En effet, c’est Linval Thompson qui va chanter aux côtés de Manu ce soir, un artiste qui n’est pas encore aussi rare que Pablo Gad, mais dont les venues en Europe ont également sérieusement diminuées ces derniers temps ! Malgré le poids des années, Linval Thompson a la chance de conserver une superbe voix, et va nous le prouver en interprétant bon nombre de ses classiques. Il va notamment chanter ‘Dreader Than Dread’, ‘Jah Jah The Conqueror’ ou encore ‘Cool Down Your Temper’. Il chantera encore ‘The Hills’ et ‘Mr Bossman’ pour une superbe prestation de Linval Thompson aux côtés de Irie Ites, Manu aura été gâté pendant ce festival !

Nous verrons ensuite brièvement Lasai et Daddy Freddy enflammer les massives dans DJ Style très efficace, puis nous revenons plus longuement en fin de soirée pour voir Samory I aux côtés de Legal Shot. Le jeune chanteur jamaïcain est l’un des artistes les plus prometteurs actuellement, en témoigne son excellent album « Black Gold » sorti en 2017 et qui est un des meilleurs albums sortis ces derniers temps par un chanteur Reggae. Samory I va interpréter bon nombres de morceaux issus de cet album, comme ‘Fear Of Jah’, sa reprise du classique de Ken Boothe ‘Is It Because I’m Black’ ou encore ‘Black Gold’. Il chantera aussi le terrible ‘Suit And Tie’, avant de conclure par l’énorme ‘Rasta Nuh Gangsta’, qu’il va démarrer a capela, mais qu’il ne va malheureusement pas chanter en entier, dommage… Mais Daddy Freddy revient se poser sur le riddim, puis il va enchaîner en chevauchant le ‘Part Of My Life’ de Shanti D et OBF. C’est sur ce morceau que nous quitterons Legal Shot, qui à coup sûr aura bien terminé la soirée accompagné des différents artistes invités ce soir !

Outernational Arena :

C’est Jah Militant qui va sonoriser l’Outernational Arena aujourd’hui, avec son superbe nouveau Sound System! Weeda va jouer en début d’après-midi une sélection Roots qui va parfaitement lancer la journée, on entendra notamment une tune de Dennis Brown, ainsi que ‘Juvenile Delinquent’ de Black Roots, en hommage au chanteur du groupe, Delroy Ogilvie, qui nous a quitté récemment…

Nous verrons plus tard la last tune de Dub Shepherds, leur terrible version Ska de ‘Bella Ciao’, avant que Moa Anbessa ne prenne le relai.

Buri est accompagné de deux MC’s aujourd’hui, Well Jahdgment et Prince David. Comme à leur habitude, c’est une superbe session que va nous offrir Moa Anbessa, avec les deux MC’s en grande forme, on notera aussi que Guru Pope viendra faire une apparition au saxophone. Buri jouera entre autres ‘Jah Ah Di Best’, avec Prince David qui chantera sa version ‘Everliving’ sur le même riddim. Prince David chantera également la nouvelle release de Moa Anbessa, le très attendu ‘His Foundations’, qui devrait voir le jour en septembre. Well Jahdgment chantera lui ‘Step It Up’, Guru Pope reviendra pour un deuxième morceau en fin de session, puis en last lune Buri jouera le terrible ‘Watch Dem’, impeccable!

A 23h40, Aba Shanti-I prend enfin place, un moment attendu de pied ferme par bon nombre de massives. En effet, cette session est un peu spéciale puisqu’il s’agit d’une rétrospective consacrée exclusivement aux années 90, décennie mythique de la scène UK Dub !

Jah Militant & Aba Shanti I

Jah Militant & Aba Shanti I

La sélection démarre avec un dubplate nominatif au chant féminin très calme et assez surprenant. On rentre ensuite dans le vif du sujet avec des classiques de la famille Shanti-Ites : ‘Children Of The Most High’ et ‘Tear Down Babylon’. Nous avons droit à un vocal féminin exclusif sur le ‘Tear Down Babylon’ qui reprend le chant de la big tune Roots ‘Motherless Children’ des Symbols. Enorme combinaison, de quoi devenir fou ! Vient ensuite ‘Positive Vibration’, rapidement arrêté pour qu’Aba Shanti-I nous souhaite la bienvenue et fasse un discours sur les origines de son Sound System. Comme à son habitude, Aba Shanti-I reprend où il en était et le ‘Positive Vibration’ peut retentir et faire vibrer le chapiteau à l’unisson.

On quitte maintenant les productions de la famille Shanti-Ites pour passer à Sister Rasheda avec les big tunes Digiroots ‘Only Jah Worthy’ et ‘Give Jah Praise’. C’est ensuite Dub Judah qui est à l’honneur avec ‘Tena’ et le classique ‘Babylon Is A Trap’. Aba Shanti-I joue des mixes exclusifs de son cru, très différents de ceux que l’on peut écouter sur le LP du même nom, un vrai régal pour les massives ! Nous avons droit à 4 mixes de ‘Tena’ et à un toast d’Aba Shanti-I sur la version de ‘Babylon Is A Trap’. On enchaîne avec un autre classique des années 90, le terrible ‘Return To Addis Ababa’ de Disciples ! L’ambiance est à son comble et Aba Shanti-I entretient la flamme avec brio, nous gratifiant d’au moins 6 versions différentes, toutes sorties de son studio ! Nous continuons à explorer les plus grands noms de la scène UK avec notamment Black Legacy Records.

Certainement que les massives attendaient avec impatience le moment où Aba Shanti-I allait jouer des titres d’Earthquake / TNT Roots, et c’est arrivé pour les deux last tunes de la session ! Tout d’abord ‘The Bottomless Pit’ du duo Earthquake, tiré du terrible LP ‘Revelation In Dub Chapter II’, puis le classique ‘Anthem’ de TNT Roots. On pouvait difficilement rêver mieux pour conclure cette session d’anthologie. Le son s’arrête un peu avant 3h et les massives réclament une very last tune désespérément, malheureusement en vain.

Sound Meeting Arena :

En ce vendredi, nous retrouvons Kiraden Sound System, désormais bien connu des massives du Dub Camp, Indica Dubs Sound System ft. Danman et le vétéran Iration Steppas Sound System ft. Macky Banton. Voici une rencontre qui aura ravi à coup sûr les amateurs de Stepper musclé !

Iration Steppas

Iration Steppas

Indica Dubs va jouer ‘Babylon’ de Johnny Clarke lors de notre arrivée, puis Kiraden prend le relai, vers 18h40. La sono est déjà à fort volume et le chapiteau est bien rempli. Derrière la control tower ne se trouve qu’une seule personne, assurant à la fois la sélection, l’opération et l’animation, à la manière d’un homme-orchestre. Kiraden fait partie des quelques Sound System à jouer strictement vinyle avec une sélection très fournie de dubplates. On peut notamment écouter un très bon titre d’EK produit par Bredrin Records, mélangeant habilement un riddim One-Drop bien lourd et des chants indiens que l’on croirait sortis de Bollywood. Cela change des Stepper 3000 avec un mantra indien posé par-dessus sans trop de cohérence. Le set se termine par un superbe instrumental Digiroots avec une vibes UK 90’s, très certainement un dubplate de Jah Baker.

A 19h, Indica Dubs prend le relai et démarre par un recut Stepper du classique ‘Rise & Shine’ de Bunny Wailers, chanté ici par Jahcoustix et sorti sur le label Railroad Records. Danman s’occupe de l’animation et toaste sur les versions. La sélection reste essentiellement axée sur des productions d’Indica Dubs, mais il essaye tout de même de varier les styles, en jouant également ‘Rasta Break Free’ de Akae Beka entre autres. Il est amusant de constater que la control tower d’Indica Dubs est très compacte comparée aux deux autres Sounds présents, et pourtant la puissance est bel et bien au rendez-vous !

A 19h30, c’est au tour d’Iration Steppas. Pour l’instant, Mark Iration est seul derrière la control tower en parfait homme-orchestre. Sur les versions Dub, il s’en donne à cœur joie avec la synare et la sirène et n’hésite pas à triturer l’écho de sa voix dans ses moindres recoins, nous emmenant vers des contrées sonores à haute teneur psychédélique. La sélection est essentiellement axée Stepper avec une bonne proportion de titres tout droit sortis des années 90, dont une production de son cru aux sonorités spatiales dans la même veine qu’Earthquake. A noter également le passage de ‘Reconquering Lion’ de Benidub, reprenant le classique ‘Conquering Lion’ de Yabby You, toujours aussi efficace en session. Avec sa sélection parfois très rentre-dedans, Mark Iration instaure d’emblée une grosse vibration dans la danse et l’entretient avec brio.

Indica Dubs

Indica Dubs

Kiraden prend la main à 20h et fait baisser la tension  avec une très belle sélection Roots, pleine de mélancolie. Le chapiteau se vide à ce moment-là et c’est bien dommage pour ceux qui sont partis ! On repasse rapidement sur une sélection de dubplates avec une vibe 90’s chère à Kiraden.

Il ne reste maintenant qu’un seul set de 30 minutes pour chaque Sound System avant de passer au Dub-Fi-Dub. Le moment fort de cette heure et demi est clairement lorsque Macky Banton a rejoint Mark Iration et qu’ils ont toasté tour à tour sur les versions. On les sent en osmose, tout particulièrement lorsqu’ils chantent en duo avant de se passer le relais. Une belle énergie se dégage de leur prestation. Mark Iration est en forme olympique et enflamme la danse, à tel point que Macky Banton semble un peu en retrait. Kiraden continue lui sa sélection pointue, quant à Indica Dubs il joue encore essentiellement ses releases et des dubplates, on entendra notamment le terrible ‘Righteous Man’ en compagnie de Danman.

Vient maintenant le temps du Dub-Fi-Dub, durant lequel les Sound Systems jouent deux morceaux tour à tour. Bien entendu, les versions s’enchaînent sans relâche pour faire durer le plaisir au maximum. Alors que les sonos de Kiraden et Indica Dubs sonnent quand même bien fort, Iration Steppas pousse encore plus loin pour une expérience physique hors du commun. Niveau sélection, Indica Dubs joue du Indica Dubs, les amateurs des productions d’Indica Dubs auront certainement eu leur compte, pour les autres cela peut sembler monotone, bien que sa dubplate ‘Satta Massagana’ avec Danman a une nouvelle fois fait son effet! Kiraden joue des dubplates dans cette vibe 90’s qui sculpte son identité sonore. De son côté, Iration Steppas ne fait pas dans la dentelle. Bien que ce soit majoritairement très rentre-dedans, sa sélection est variée avec quelques versions vocales exclusives intéressantes. A noter par exemple, un vocal de Luciano et Mikey General que l’on n’entend pas souvent dans ce registre musclé, ou encore un vocal de Fred Locks sur une production de King Alpha (riddim du ‘Eye Of The Storm’). Mark Iration profite d’ailleurs de la version dub de celle-ci pour toaster autour du thème ‘Anything we do, them a follow’. Il fait ici référence à un petit discours qu’il a eu plus tôt dans la session par rapport au fait qu’Iration Steppas est le premier Sound à s’être équipé avec des haut-parleurs QSS et que depuis d’autres Sound Systems, dont Indica Dubs, ont suivi la même voie. Cela est même parti en clash entre ces deux Sound Systems, on a aussi vu un échange assez vif entre Danman et Macky Banton, ce qui est inhabituel et a surpris bon nombre de massives.

La fin de session est dantesque, Kiraden sort un titre de TNT Roots et Iration Steppas joue un mix exclusif du fameux ‘Victory Over The Beast’ d’Earthquake, ainsi qu’une dubplate de son ami Michael Prophet en last tune, puis Mark ira serrer la main d’Indica Dubs afin d’apaiser les tensions. Indica Dubs terminera lui par sa terrible dubplate avec Danman ‘When Jah Jah Come’, le bonheur absolu, voilà un meeting qui aura tenu toutes ses promesses !

Live Report : Johann & Raphaël
Photo : Felix / Johann / Raphaël / Colas

Retour sur le Jour 1 du Dub Camp Festival 2019 en cliquant ici