Live Report – Dub Camp Festival 2019, Jour 3 – Joué-sur-Erdre (44)

Le Dub Camp Festival, organisé par l’Association Get Up!, célébrait sa sixième édition les 11,12,13 et 14 juillet 2019 à Joué-sur-Erdre. Retour sur le troisième jour du festival, avec les prestations de Barbés.D, Dubkasm, ou encore Dub Judah, et un meeting entre Young Warrior, Hytal Bosrah et Young Veteran !

Sound Meeting

Sound Meeting

 

Rootsman Corner :

Pour ce troisième jour de festival, c’est de nouveau Prayazen qui va jouer sur son Sound System, accompagné aujourd’hui de Zofa qui va jouer sur le Sound System de Stepper AllianzZofa est un crew venu de Paris composé de deux jeunes femmes, qui sont encore un peu timides au micro, mais qui par contre auront joué une solide sélection Roots tout au long de l’après-midi! Les deux crew se relaient toutes les 30 minutes environ, il fait très chaud sur le camping aujourd’hui, mais les massives répondent une nouvelle fois présents avant de se rendre sur le festival!

Dub Club Arena :

Wandem Sound System

Wandem Sound System

Venu de Bordeaux, c’est le Wandem Sound System qui sonorisait la Dub Club Arena aujourd’hui, un superbe Sound System de 9 scoops répartis en 3 stacks. Le sélecta du crew, I-ris Askan, démarre seul le warm up, en jouant notamment ‘Roots Rock Reggae’ de Bob Marley. Les musiciens du crew, la Hornsmen Section, va vite rejoindre I-ris, et se posera sur différentes sélections. Un des musiciens du crew est particulièrement polyvalent, puisqu’en très peu de temps on le verra jouer de la flûte, du coquillage et un autre instrument, impressionnant! I-ris jouera encore ‘State Of Mind’ de Nucleus Roots, ainsi qu’un morceau de Marcus Gad, pour continuer en beauté ce début de journée.

Nous revenons ensuite sous ce chapiteau vers 18h30, afin d’assister au set de DubkasmDJ Stryda et Digistep, les deux compères de Bristol, vont comme à leur habitude livrer un set explosif! On pourra notamment entendre des morceaux de Earl 16Ashanti Selah ou encore Keety RootsDigistep va également jouer du saxophone, et reprendre le mythique ‘Roots And Culture’ de Mikey Dread, suivi d’une dubplate de Macka B sur ce même riddim, énorme! DJ Stryda va d’ailleurs enchaîner les dubplates, on pourra en entendre entre autres de YT et Eek A Mouse, ainsi qu’une autre surpuissante de Danny Red qui reprend son classique ‘Jahovah’Afrikan Simba viendra également rejoindre le crew sur un morceau, puis le moment attendu de tous les massives arrive lorsque résonne ‘Victory’Dubkasm jouera encore une dernière dubplate terrible, qui reprend ‘Africa’ de OBF et Nazamba, big session!

A 20h débarque une référence de la scène UK, le vétéran Gussie P, l’homme derrière le prolifique label Sip A Cup Records. C’est parti pour 2 heures de sélection Roots & Culture inna dubplate style ! Malheureusement, Errol Bellot n’est pas présent ce soir, comme cela était prévu. Qu’à cela ne tienne, Gussie P endosse à la fois le rôle de sélecteur, opérateur et animateur avec brio. Il instaure une très bonne vibration dans la danse, positive et pleine d’énergie. Nous pourrons écouter pas mal de recut de classiques Roots, notamment ‘Declaration Of Rights’ sur lequel les massives chantent en chœur le refrain. Sur la fin de la session, la sélection passe du vinyle vers le CD et Gussie P est rejoint par Afrikan Simba au micro. La session se termine avec une ode à la culture Sound System qui retourne la danse !

Un organisateur du festival profite de la transition pour demander un minute de silence en hommage à Steve, jeune homme qui a disparu à la suite d’une intervention policière lors de la fête de la musique à Nantes. Il est surprenant et dommageable de constater qu’un certain nombre de personnes dans le public n’a pas respecté cette minute de silence.

Dub Judah

Dub Judah

Vient ensuite un moment très attendu du festival, la venue de Dub Judah, sans conteste l’un des plus grands musiciens de la scène UK ! Même lorsqu’il fait ses tests sons sur le premier morceau, on est conquis par l’énergie qu’il dégage en jouant de la basse, la session s’annonce enflammée ! Le deuxième titre est un mélange Afro-Reggae détonnant. Les massives parisiens avaient déjà pu entendre en mars dernier lors de la Dub Master Session (lire le live report). Le mix est ici complètement différent, mettant moins en avant la guitare soliste. Le flûtiste du Wandem Sound System vient faire une improvisation complètement psychédélique sur la version. C’est un pur plaisir d’assister à ce moment de musique qui repousse les frontières du Reggae. On enchaîne avec ‘Better To Be Good’, un classique de Dub Judah qui est entonné par bon nombre de massives. Il nous gratifie alors d’une intervention au mélodica où il reprend la mélodie du chant.

Par la suite, Dub Judah va jouer essentiellement des morceaux bien connus de sa discographie qu’il va transformer au gré de l’inspiration, tantôt en jouant de la basse ou du mélodica, tantôt en mixant une version dub en live. Le titre ‘Fire’ est par exemple d’abord interprété au mélodica, puis au chant. La vibe est telle que Gussie P vient réclamer le pull-up Digistep (Dubkasm) reprend le thème de la chanson au saxophone. Comme avec le flûtiste, Dub Judah le dube en live pour une expérience musicale des plus complètes. Le saxophoniste revient sur le fameux ‘Babylon Is A Trap’ alors que Dub Judah est à la basse. Ce dernier va d’ailleurs étendre le morceau au maximum prenant beaucoup de liberté par rapport à sa structure initiale. Avec toutes ces surprises musicales, l’ambiance est incroyable sous le chapiteau. Et ce n’est pas fini ! Sur le titre ‘Nuclear Talk’Afrikan Simba vient toaster, puis c’est au tour d’Aba Shanti-I ! Celui-ci toaste à propos de l’histoire de Dub Judah et chauffe le public comme il sait si bien le faire. On aimerait que cette session ne s’arrête pas et c’est visiblement aussi le cas de Dub Judah qui repousse la fin de son set. Nous avons droit à 2 last tunes ‘Exercise’ et ‘It Could Be Nice’. Les versions s’enchaînent et on termine vers 23h45 sur un Dub très puissant. Cette session était assurément le temps fort de cette journée de samedi et laissera certainement un souvenir indélébile chez les massives présents.

Outernational Arena :

La journée était essentiellement dédiée à la scène Dub française aujourd’hui à l’Outernational Arena! C’est RDH Hi-Fi, venu en voisin, qui installe son Sound System sous le chapiteau.

Barbés.D

Barbés.D

Nous commencerons par voir Barbés.D. Le dubmaker va mixer en live nombre de ses productions sorties sur le label Belleville International. On entendra notamment ‘Keep On Fighting’ de Mo’Kalamity, ou encore sa nouvelle release, le superbe ‘World Of Illusion’ de El IndioBarbés.D jouera ensuite un morceau Digital de El Fata suivi de Joseph Cotton, puis une big tune Steppa chantée en arabe. Barbés.D jouera encore ‘Mama Nature’ de Kojo Neatness, une dubplate de Earl16, et en last tune la face B de sa dernière release, ‘Suffering Planet Horns’, très bon set!

Ackboo prend ensuite le relai. C’est la première fois qu’il vient jouer au Dub Camp Festival, et pour l’occasion il est venu accompagné de Malone Rootikal et Ras MykhaAckboo va commencer par ‘Youth Nation’, puis va jouer le riddim de ‘Critical’, sur lequel les 2 MC’s vont chanter. Malone Rootikal va ensuite chanter ‘Long Story’, puis Ackboo va jouer ‘Can’t Stop The Rastaman’. On entendra encore ‘Quality’ de Taiwan MC et la big tune ‘Invincible’ de Brother Culture, pour un set rempli d’énergie d’Ackboo!

Nous reviendrons ensuite plus tard sous ce chapiteau, particulièrement rempli ce soir! Nous verrons notamment la fin de set de Brainless. Et on comprend mieux pourquoi le chapiteau est si rempli, puisque les derniers morceaux du crew sont un mélange de Dub Steppa, Bass Music voire Tecno, un mélange dont le public est en général assez friand. Le guitariste du crew est particulièrement déchaîné, il aurait fallût les voir plus longuement pour se faire un véritable avis sur la prestation de Brainless, on devrait encore entendre parler d’eux et les revoir prochainement!

Ackboo feat Ras Mykah & Malone Rootikal

Ackboo feat Ras Mykah & Malone Rootikal

C’est ensuite Ist3p qui prend le relai, pour une heure de big sélection Steppa! On pourra notamment entendre ‘Ruins’Ist3p sera ensuite rejoint par Guru Pope sur un morceau, puis par les Mc’s de Brainless sur deux autres titres. Ist3p jouera encore plusieurs dubplates venues tout droit de son studio taillées pour être jouées en Sound System, pour un set très énergique! On peut remarquer avec ces différents artistes la diversité de la scène Dub française, qui se porte bien et a un bel avenir!

Sound Meeting Arena :

L’Angleterre est encore une fois à l’honneur pour le Sound Meeting puisque nous pouvons y retrouver Hytal Bosrah et Young Warrior. Le Sound allemand Young Veteran vient compléter l’affiche.

Nous arrivons vers 18h pour la fin du set d’Hytal Bosrah. Nous retrouvons le chanteur Izyah Davis à l’opération et à l’animation et une seconde personne à la sélection. Nous sommes déjà propulsés au rythme d’un titre Stepper 3000, ‘Corruption’ d’Izyah Davis.

Young Warrior

Young Warrior

Young Veteran prend ensuite la main et reste dans une veine Stepper musclé. Derrière la control tower se trouve une personne à la sélection et l’opération, accompagné par un animateur et toasteur au micro. Ce set aura surtout été marqué par deux excellentes dubplates de Disciples qui retournent littéralement la danse. Sur le second titre, la version arrive rapidement pour laisser place à une improvisation de Ras Divarius au violon. On pourrait trouver cela dommage car cela ne laisse pas le temps de s’imprégner pleinement du riddim.

C’est maintenant le tour de Young Warrior, le Sound System du fils de Jah Shaka. Le premier titre joué est également un Stepper à l’ambiance mystique : ‘Fret Not’ d’Indica Dubs et Culture Freeman. Visiblement, il s’agit là de terminer le sound check car Young Warrior ne s’attarde pas. Un seul titre Roots est joué après cela : le classique ‘Politician’ de Barry Brown.

Hytal Bosrah enchaîne en douceur avec un recut Roots Stepper de son cru du fameux ‘Sun Is Shinning’ de Bob Marley. Cet intermède Roots est de courte durée puisque le titre suivant est un Stepper musclé. Il est à peine 19h et pourtant le Dub-Fi-Dub avec 2 tunes chacun est déjà entamé. Durant l’heure qui suit, Hytal Bosrah va jouer un recut du classique ‘Invasion’ de Burning Spear et Izyah Davis va poser sa voix sur la version. Du côté de Young Veteran, la sélection alterne entre du gros Stepper et du Digiroots bien senti. Le Sound allemand est assez méthodique dans sa manière de jouer les versions, nous aurons droit presque systématiquement à un toast et une improvisation de Ras Divarius. La sélection de Young Warrior est assuré par un autre sélecta qui nous joue des petites perles Roots qui ont retenu notre attention, notamment un titre de Hugh Mundell et Augustus Pablo.

Nous revenons sous le chapiteau vers 01h et les dubplates s’enchaînent à tout va. Young Warrior joue notamment un terrible dubplate de Jah Shaka avec le regretté Michael Prophet, ou encore une collaboration entre Young Warrior et Ras Muffet. Sa last tune est un énorme recut instrumental de son cru du classique ‘None A Jah Jah Children’Young Veteran joue essentiellement du Stepper 3000 mais termine par une sélection cuivrée avec un vocal de Sandeeno, puis un vocal de Danny Red, suivi d’une improvisation de Ras Divarius et de Guru Pope, pas moins de 6 versions en tout !

Hytal Bosrah se charge de clôturer la session avec la big tune ‘Blessings’ d’Izyah Davis, produite par Maasai Warrior.

 

 

 

Live Report : Johann & Raphaël
Photo : Felix / Johann / Raphaël / Colas

Retour sur le Jour 1 du Dub Camp Festival 2019 en cliquant ici

Retour sur le Jour 2 du Dub Camp Festival 2019 en cliquant ici