Live Report – Dub Camp Festival – Joué-sur-Erdre (44) – Jour 4

Le Dub Camp Festival célébrait sa 4ème édition du 13 au 16 juillet 2017 au Lac de Vioreau à Joué-sur-Erdre, avec des artistes venus du monde entier et quelques-uns des meilleurs Sound Systems ! Culture Dub y était, découvrez le live report et des photos du quatrième jour avec notamment Horace Andy, Johnny Osbourne, Winston FrancisJah Shaka, Soom T & Dub-4, Zion Gate Hi-Fi

Horace Andy

Horace Andy

Dub Club Arena :

Il fallait être prêt de bonne heure pour cette ultime journée de festival, puisque les sessions sur les différents chapiteaux commençaient dès 12h30. C’est sous un grand soleil et des températures estivales qui dépassent les 30 degrés que nous nous rendons donc sur le site, qui fermait aussi plus tôt ce soir, à 22 heures.

Joseph Cotton

Joseph Cotton

Après le set acoustique de Jim Murple Memorial, ce sont les suisses de Skankin Society, qui sont venus avec leur Sound System sous ce chapiteau, qui lancent la journée, avant d’être relayé par le sélecta Gladdy Wax, que l’on reconnaît avec ses gants. Celui-ci nous livrera une session Rocksteady et Roots de haut niveau, avec des morceaux comme ‘Do The Reggay’ de Toots And The Maytals, ‘Declaration Of Rights’ des Abyssinians ou encore ‘When I Fall In Love’ de Ken Boothe, avec ce beau temps c’est parfait un rythme pas trop soutenu !

Vers 17 heures c’est Soul Stereo, le célèbre Sound parisien, qui va s’installer derrière les platines et accueillir du très beau monde, pour une review Studio 1 très attendu. Le premier artiste à se présenter devant les massives est le chanteur Alpheus. Celui-ci possède une voix superbe, et interprétera quelques uns de ses plus beaux morceaux, comme ‘Live & Learn’, ‘Far Away’ ou ‘From Creation’, tous sortis sur le superbe album « From Creation ». Il chantera aussi un morceau Ska très entraînant, et aura fait forte impression, cette Studio 1 review démarre fort !

C’est ensuite Winston Francis qui se produira sur scène, artiste dont nous n’avons pas pu tout voir de sa prestation mais qui était également en forme, puis Joseph Cotton, un artiste qui déborde d’énergie et aura fait monter l’ambiance, avant l’arrivée des deux derniers artistes sur scène, ceux qui étaient peut-être les plus attendus.

En effet, c’est d’abord Horace Andy qui va venir, et qui possède toujours une voix qui ne perd en rien de sa beauté malgré les années qui passent ! Le légendaire chanteur va nous chanter quelques uns de ses classiques, ‘Money Money’, ‘You Are My Angel’, ‘Every Tongue Shall Tell’, ‘Skylarking’ avec le tromboniste Carron Mc Gibbon sur la version, ou encore ‘Cuss Cuss’, que des hits indémodables ! Joseph Cotton se joindra également à Horace Andy sur quelques titres. Un très bon set d’Horace « Sleepy » Andy qui se montre aussi à l’aise en Sound System qu’en concert classique.

Le dernier artiste à venir n’est autre que Johnny Osbourne, qui va nous livrer une pluie de big tunes ! Le chanteur, qui vient de fêter ses 70 ans, va enchaîner des titres comme ‘We Gonna Rock It Tonight’, ‘In The Area’, le terrible ‘Ice Cream Love’, ‘Murderer’… la liste est longue ! Et ça ne s’arrête pas là puisqu’il chantera aussi ‘Truth And Rights’, ‘Fally Ranking’, ‘Buddy Bye’… Une énorme prestation de Johnny Osbourne qui vient conclure notre passage sur la Dub Club Arena.

 

Soom t & Dub-4

Soom t & Dub-4

Outernational Arena :

C’est l’Ensemble National de Reggae qui était chargé de lancer la journée sur l’Outernational Arena, avant que Mystikal n’enchaîne sur son Sound System. L’E.N.R. aura d’ailleurs été présent pendant les quatre jours en mettant à chaque fois une superbe ambiance, belle récompense pour eux de pouvoir s’exprimer sous un chapiteau, eux qu’on a pu rencontrer un peu partout sur le camping et sur le site du festival. Le chanteur a une superbe voix Soul ce qui, avec ses musiciens talentueux, leur permet de reprendre un grand répertoire de chansons à leur sauce.

Le line up sur ce chapiteau nous permettait de faire de jolies découvertes aujourd’hui, avec notamment deux crews venus d’Amérique du Sud, Lima Sounds et Warriors Of Dub.

Lima Sounds est, comme son nom l’indique, venu tout droit du Pérou pour jouer aujourd’hui avec une big sélection Roots et Steppa. Ce crew commence à sérieusement faire parler de lui en Amérique du Sud, organisant à Lima des soirées Dub qui ont accueilli récemment des pointures comme Jah Shaka, Young Warrior ou Kebra Ethiopia. Comme quoi le Dub est vraiment devenu un phénomène mondial !

Warriors Of Dub sont quant à eux venus d’Argentine et, comme Lima Sounds, le crew ne rigole pas niveau sélection avec du très lourd joué par Ian et Laura. Nous avons manqué de temps pour vraiment suivre leur set, espérons qu’on aura à nouveau l’occasion de les revoir en France prochainement !

Après une sélection d’Induhman chargée en dubplates, on retrouve Dub-4 en solo, plus tard rejoint par la tant attendue SoomT ! Les festivaliers sont au rendez-vous et l’ambiance ne fait que monter. Pendant une heure, la chanteuse à la voix singulière qu’on adore va donner toute son énergie, son flow est impressionnant. On peut entendre une grande variété de ses titres, plus au moins connus, tantôt Dub tantôt Hip-Hop. C’était le feu sous le chapiteau !

 

Jah Shaka

Jah Shaka

Sound Meeting Arena :

C’est la chanteuse sénégalaise Daba Makourejah qui ouvrait la Sound Meeting Arena, accompagnée de sa guitare. L’artiste nous a enchanté avec sa belle voix, proposant des chansons en anglais, français et wolof. On retient notamment sa last tune, le terrible ‘Bamba’ qu’on redécouvre totalement en acoustique.

Puis c’est un autre artiste toujours très attendu des massives qui va venir jouer ensuite, le légendaire Jah Shaka, pour une session prévue de 14h à 20h !

Sur le Sound System de Salomon Heritage, Jah Shaka va débuter par son traditionnel warm up de quatre titres de Bob Marley, dont ‘Redemption Song’, ‘One Love’ et ‘Exodus’. Puis les conscious tunes vont s’enchainer, ‘Praise Ye Jah’ de Sizzla, ‘Jahova’ de Danny Red, ou encore ‘Mistry Babylon’ de UK Principal. Ce morceau fût d’ailleurs une des anthem du festival, joué par de nombreux artistes, elle vient de sortir sur le label I-Tal Soup Records, pour les vinyl addicts il est fortement recommandé de la prendre dès que possible car elle va vite être épuisée !

Après être allé faire un tour sur les autres chapiteaux nous revenons quelques instants plus tard, cette fois Jah Shaka va jouer ‘Glorious Day’ d’Ashanti Selah et Dan I Locks, le terrible ‘Jah Jah Calling’ de Jules I sorti par Moa Anbessa, ainsi que plus tard une autre tune de Moa Anbessa, ‘Jah A Di Best’, toujours de Jules I ainsi que la version de Prince David ‘Everliving’.

Nous pensions ensuite en avoir donc fini avec la session de Jah Shaka qui était annoncée jusqu’à 20 heures, mais à 20h30 nous apercevions toujours beaucoup de monde à la Sound Meeting. Nous retournon là bas, et Jah Shaka est finalement toujours bien là ! L’artiste va en effet finalement jouer jusqu’à 22 heures, et même un peu plus d’ailleurs, ce qui nous fait donc au total près de 8 heures de session pour lui ! Ce n’est pas l’envie qui nous manquait d’assister à la session en entier, mais il y avait également beaucoup d’autres artistes à aller voir aujourd’hui. De ce que nous avons pu voir en tout cas ce fût comme d’habitude une session géniale de Jah Shaka, avec des sélections terribles, et toujours cette vibe mystique qui se dégage de lui, et sur le superbe Sound System de Salomon Heritage. Que demander de mieux pour terminer cette 4ème édition du Dub Camp Festival !

 

Dub Camp Festival 2017

Dub Camp Festival 2017

 

Rootsman Corner :

Si le festival se terminait sur le site à 22 heures, il nous restait tout de même une ultime session sur le camping ! C’est au rythme des musiciens de l’E..N.R. que nous nous dirigeons donc là bas, où nous attend Zion Gate pour 3 heures de sélections Roots & Culture ! Ce fût une dernière session terrible, avec beaucoup d’artistes qui vont se joindre à Zion Gate, des musiciens et des MC’s, pour une dernière session en famille de toute beauté !

Côté sélection, on a pu entendre en vrac : ‘One Common Need’ de Prince Lincoln, un titre de Ronnie Davis, un autre de Christine Miller, quelques productions du label Zion Gate Music, un morceau énorme de Ras Divarius, un titre d’un nouveau label fondé par Ras Abubakar et Roberto Sanchez qui s’annonce terrible, et en last tune un morceau de Dezarie.

Big Up à Ras Abubakar et à tout le crew de Zion Gate, qui pendant ces 4 jours auront assuré au Rootsman Corner des sessions terribles, qui nous auront bien mis en jambes !

Conclusion :

Comme lors des années précédentes, cette nouvelle édition du Dub Camp Festival fût un grand succès! Avec plus de 25 000 festivaliers, l’Association Get Up gagne une nouvelle fois son pari. Il faut dire que la programmation était une fois de plus de très haut niveau. Les têtes d’affiches ont largement tenu leur promesses, on pense bien sûr à King Shiloh et son Sound System de folie, mais aussi à Jah Shaka, Max Romeo et sa fille Xana, OBF… et tant d’autres qui nous auront régalé pendant 4 jours! Ce fût aussi un week-end riche en découvertes, notamment le vendredi avec les autrichiens de Shalamanda, les belges de Jahmbassador ou encore Indy Boca. Mais aussi avec des crews venus des quatre coins de la planète, Europe, Jamaïque, États-Unis, Afrique, Amérique du Sud, ce qui prouve que la culture Sound System est un mouvement qui prend de plus en plus d’ampleur à travers le monde !

Un petit mot aussi sur le nouveau site, le lac de Vioreau, qui était un très bel endroit, idéal pour le festival, espérons que l’Association Get Up puisse cette fois construire sur le long terme à cet endroit, mais si tel n’était pas le cas on peut leur faire confiance pour satisfaire à nouveau les festivaliers l’année prochaine !

L’Association Get Up va pouvoir maintenant prendre un repos largement mérité, mais reviendra dès le 13 octobre 2017 avec une nouvelle édition des Nantes Dub Club, qui accueillera Michael Prophet et Vibronics, ainsi que I-Station Sound System featuring Young Kulcha. Le rendez-vous est pris en attendant le Dub Camp Festival 2018 !

Large Up à l’Association Get Up et à tous les artistes présents !

Live Report : Johann et Ti Kaya
Photos : Kevin On The Roots

Pour lire ou relire le live report de la première journée, cliquez ici !
Pour lire ou relire le live report de la deuxième journée, cliquez ici !
Pour lire ou relire le live report de la troisième journée, cliquez ici !