Live Report – Dubtherapy – 23/09/2017 – Péniche Audrey, Paris (75)

En ce 23 septembre 2017, les massives parisiens avaient rendez-vous à la péniche Audrey pour la Dubthérapie de rentrée organisée par Sanga Mama Africa. Belle programmation en perspective avec la venue de la référence UK Gussie P et le jeune Sound System Snoww Dub System pour sonoriser la soirée.

Snoww Dub System

Snoww Dub System

 

Après avoir collaboré ces derniers temps avec Revelation Hi-Fi ou encore Skank Addikts Hi-Power pour sonoriser les Dubthérapies, Sanga Mama Africa a fait appel cette fois-ci au jeune Sound System Snoww Dub System, basé dans les Yvelines. Un stack de 4 scoops est installé pour sonoriser la session, de quoi faire trembler à coup sûr la péniche !

Snoww Dub System

Snoww Dub System

A 22h, Snoww Dub System démarre le warm-up et deux sélecteurs se partageront la control tower. On commence avec l’inimitable Yabby You et son titre ‘Jah Vengeance’, suivi par une excellente production Roots Stepper d’Augustus Pablo avec ‘Jah Says The Time Has Come’ de Hugh Mundell. Après deux Roots One-Drop, on passe sur une sélection Rockers bien sentie qui met dans le bain les premiers massives arrivés, avec notamment un titre de Linval Thompson. Alors que la péniche commence tout doucement à se remplir, retentissent deux titres Roots Stepper avec un Lovers entraînant et la big tune ‘Up Town Rebel’ de Desi Roots. Peu après 23h, la sélection passe sur du UK Stepper. On a tout d’abord droit à un recut récent du titre ‘Further’ d’Idren Natural, en collaboration avec Mighty Prophet. Ce dernier nous a habitué à des productions Stepper 3000 bien musclées, le voici ici qui signe un recut avec une veine Roots très appréciable qui se marie bien avec le chant d’Idren Natural, big tune ! Par la suite, Snoww Dub System va jouer beaucoup de dubplates au format numérique dans un registre Stepper 3000 qui ne fait pas de quartier. La pression monte et la danse s’installe pour se faire de plus en plus prenante. Le chanteur Massala viendra prendre le micro sur quelques versions et faire l’animation sur la fin du set de Snoww Dub System. Il fait preuve d’une belle aisance sur les riddims. Au milieu de l’avalanche de dubplates se faufilent quelques vinyles avec notamment l’excellent ‘Jah Love Is An Amazing Thing’ de David Oneaway en collaboration avec King Alpha, ou encore ‘Love Of Jah’ de Tony Roots. Vers minuit, la péniche commence à franchement se remplir et le selecta n’hésite pas à pousser un peu plus la sono pour faire skanker les massives comme il se doit. Le set se termine avec une dubplate qui est sortie quelques jours après sur vinyle : ‘InI Shepherd’ de Prince David et ‘In Awe’ de Ark Aingelle sur une production de Sista Habesha (lire la chronique). Le riddim sonne très bien sur la sono et nul doute qu’à l’avenir on sera amené à l’entendre en session au format vinyle !

Sanga Mama Africa

Sanga Mama Africa

A 00h30, Nafa de Sanga Mama Africa prend la relève. Elle sera seule à représenter le crew ce soir. Nafa démarre dans un registre One-Drop que je ne lui connaissais pas, elle m’avait habitué aux sessions précédentes à des sélections UK Stepper musclées d’entrée de jeu. Durant 30 minutes nous aurons droit à une sélection One-Drop chargée en émotion allant du Roots actuel au Digital UK. Nous pouvons écouter notamment ‘Where Have All The Rebels Gone’ de Danny Red, l’une des dernières sorties de Keety Roots avec le superbe ‘Politician’ ou encore ‘Righteousness Prevails’ du trompettiste Aba-Ariginals. On vire ensuite sur une sélection UK Stepper avec, entres autres, ‘Babylon’ de Linval Thompson et des morceaux instrumentaux sombres et mystiques dont seule Nafa a le secret. Snoww Dub System reprend ensuite la main le temps d’un morceau avant de laisser la place à Gussie P et envoie de nouveau une dubplate Stepper 3000 très efficace.

Peu après 01h30, Gussie P prend place alors que la péniche est pleine à craquer. Nul doute que les massives l’attendaient avec impatience ! L’homme qui se cache derrière le label Sip A Cup Records aura gâté les massives parisiens avec une sélection 100% dubplates dont une bonne partie sur vinyle ! Tel un homme-orchestre du Sound System, il gère la sélection, l’opération et l’animation en même temps. Pour se mettre dans le bain, Gussie P nous concocte une superbe sélection Roots avec pour commencer ‘Natural Mystic’ puis ‘Get Up, Stand Up’ de Bob Marley. Et c’est parti pour une avalanche de big tunes Roots ! On pourra notamment écouter ‘International Herb’ de Culture, ‘Truth & Rights’ de Johnny Osbourne, ‘Jah Jah The Conqueror’ de Linval Thompson ou encore ‘Marcus Garvey’ de Burning Spear. On sent une euphorie générale parmi les massives qui découvrent des versions totalement inédites de ces grands classiques du Reggae. Les pull-ups ne manquent pas de faire réagir. Très souvent, les dubplates incorporent passages a cappella plus ou moins long qui font monter la tension jusqu’à ce que le riddim retentisse de nouveau. Gussie P ne boude pas son plaisir (et ni le nôtre) en jouant une ou deux versions supplémentaires pour nous emmener dans les entrailles des riddims. C’est l’occasion pour lui de toaster avec ferveur sur les versions dubwise, très souvent en se basant sur les paroles du titre original. Le set n’en est qu’à son début et la vibration instaurée par Gussie P a déjà pris pleinement possession de la danse.

Ambiance

Ambiance

Cela n’est pas prêt de s’arrêter. Après le titre ‘Marcus Garvey’, retentit l’énorme titre ‘Rainbow Country’ chanté par Junior Delgado, inna Rub-A-Dub style ! Avec la sono qui tourne à plein régime, ce riddim instaure instantanément une big vibe. Le plaisir est prolongé avec le recut Stepper façon Sip A Cup chanté par Michael Prophet, big !!! Gussie P profite de la version Dub pour toaster en l’honneur de Sanga Mama Africa, comme il fera à plusieurs reprises durant la session. Il nous annonce ensuite « When you play Burning Spear once, you play Burning Spear twice » (citation approximative). Nous voici donc gratifiés d’un deuxième titre de Burning Spear, encore une fois un classique : ‘Old Marcus Garvey’. Cette fois, la dubplate ne reprend pas le riddim d’origine mais métamorphose complètement la chanson. Après une introduction a cappella, nous sommes pris par surprise par une rythmique s’approchant du Zouk. En ce qui me concerne, ce fût une invitation directe à la danse, impossible d’en décrocher ! Après un petit détour du côté de King Shiloh avec le titre ‘Ten Plagues’ de Lyrical Benjie, un autre classique résonne dans la péniche : ‘I Love Jah’ de Don Carlos. Les massives ne peuvent pas s’empêcher de chanter avec Gussie P sur le refrain. La version Dub qui suit est particulièrement marquante avec pléthore de delay sur la voix.

Cela fait déjà plus d’une heure que Gussie P est aux commandes. Il passe maintenant sur une sélection UK Stepper composée en grande partie de recuts de grands classiques et de morceaux instrumentaux typiques des productions de Sip A Cup Records. Nous pourrons écouter à plusieurs reprises Earl Sixteen, notamment sur le recut Stepper de ‘Rainbow Country’. Johnny Clarke a aussi une place privilégiée dans la sélection avec 4 recuts qui s’enchaînent : sur le big ‘Don’t Mash Up Creation’, le classique ‘Crazy Baldheads’, le titre ‘Every Knee Shall Bow’ sur le riddim de ‘Kunta Kinte’ et ‘Stop The Tribal War’. A noter une excellente version au trombone par Matic Horns sur ‘Crazy Baldheads’.

Gussie P

Gussie P

Vers 04h00, Gussie P passe sur une sélection CD avec des productions qui semblent plus récentes. La sono de Snoww Dub System est à la hauteur pour restituer des basses rondes et physiques, Gussie P semble à son aise et n’hésite pas à faire trembler la péniche dans son intégralité. On notera le passage d’une énorme production avec Trevor Junior au chant, déclinée sur une version flûte, probablement de Don Fe. La version Dub est l’occasion pour Gussie P de laisser le micro à une personne du public qui chante à la gloire de Jah en français. Vers 04h30, la péniche se désemplit quelque peu mais il reste toujours une solide cohorte de massives. Gussie P repasse au format vinyle pour jouer un recut du classique ‘Promised Land’ suivi d’une version trombone de Matic Horns (on aura droit en tout à pas moins de 5 versions !) et une superbe dubplate avec Dixie Peach qui reprend les paroles de ‘Every Step’. Malheureusement, les vibrations sonores sont trop intenses et la tête de lecture du vinyle saute bien trop souvent. La session se termine donc au format CD avec notamment une dubplate déclinée en 5 versions avec Earl Sixteen, Danny Red et un toast à la gloire de la culture Sound System. La version Dub est typique des prodcutions Sip A Cup Records avec des nappes de claviers aériennes créées à coup de delay. A 05h10, les lumières s’allument et cela annonce la fin de la session. La last tune est le titre ‘Nah Get Weh Wid It !’ des Twinkle Brothers, sorti sur Sip A Cup Records. Malgré l’heure avancée la danse est toujours aussi intense et les massives ont l’air de particulièrement apprécier cette last tune. On termine avec une version trombone de Matic Horns reprenant le thème du parrain. On aurait aimé avoir du rab mais à 05h20 il est temps de prendre congé, non sans des étoiles pleins les yeux (et les oreilles).

Vous l’aurez compris, Gussie P aura régalé les massives présents à la péniche Audrey pour une session d’anthologie ! Big up à lui pour avoir partagé avec nous ses superbes dubplates le temps d’une soirée, une sacrée claque !

Big up à Sanga Mama Africa et Snoww Dub System pour l’accueil et la sélection ! Le prochain rendez-vous est pris le 28 octobre pour une nouvelle collaboration entre Sanga Mama Africa et Snoww Dub System avec comme invité High Elements.

Live Report & Photos : Raph