Live Report – Festival Freemusic 2019 – Lac de Montendre (17)

Pour sa 19ème édition, le Festival Freemusic célébrait la musique sur 3 jours du 21 au 23 juin 2019, avec comme toujours une programmation de qualité et éclectique à souhait, dans un cadre idyllique aux abords du Lac de Montendre… Loob et LNA y étaient pour Culture Dub et vous racontent !

Free Music Festival 2019

Free Music Festival 2019

 

Pour être tout à fait honnête avec vous, ce n’est ni pour le Dub ni pour le Reggae que nous avons décidé de nous rendre au Festival Freemusic cette année… Ce qui nous a motivé c’est avant tout ses têtes d’affiches, une vraie marque de fabrique pour ce festival habitué à réaliser des « gros coups ». Lors de notre première venue en 2012, nous avions notamment pu voir en live Snoop Dogg, ou encore Public Enemy (lire le live report) !

Si la capacité des organisateurs à faire venir dans un petit village de Charente-Maritime des artistes de renommée internationale est restée intacte, plusieurs choses ont changé depuis. Le site est plus petit, avec deux scènes côte à côté : la grande Fire Stage et la plus petite Lake Stage. pouvant néanmoins accueillir 15 000 festivaliers par soir. Mais surtout, pour le plus grand bonheur des habitués, le  Festival Freemusic  se déroule désormais sur 3 journées !

JOUR 1 :

Vanupié

Vanupié

Le festival commence pour nous tout en douceur avec le live du reggaeman Vanupié. Après plusieurs années en solo avec sa guitare dans le métro, sur scène ou en première partie de Groundation notamment, ce chanteur à la voix si particulière est désormais accompagné de son (mini) band : basse, batterie et clavier, il en faut pas plus pour jouer du bon Reggae ! Une bien belle entrée en la matière gratifié d’un premier temps fort : la venue surprise d’Harrison Stafford, chanteur de Groundation, le temps d’interpréter le bien nommé ‘Sharing The Light’ !

L’ambiance change du tout au tout avec la prestation du jeune rappeur RK sur la petite scène - gros beats Hip-Hop, vocoder à gogo et street lyrics - avant de retourner au Reggae avec le nouveau show de Groundation « 2.0 ». Le célèbre groupe californien a subi un lifting radical après 3 années d’absence, puisque le seul rescapé est son membre fondateur et charismatique leader Harrison Stafford. Autour de lui, huit nouveaux musiciens donc, pour un résultat qui déroutera surement les fans de la première heure, mais qui personnellement m’a plus emballé qu’à l’accoutumée par son orientation moins Jazzy mais plus Roots !

Les prestations s’enchainent mais ne se ressemblent pas, puisque c’est désormais le tour de Pendulum de se produire sur la Lake Stage. Le mythique groupe Live de Drum & Bass est représenté ce soir par Paul Harding aka El Hornet en DJ Set qui annonce direct la couleur… Il est seulement 22h30 et l’ambiance est déjà digne d’une soirée underground londonienne ! Pendant 1h, la Bass Music est à l’honneur : Drum & Bass, Drumstep, Dubstep et même Techno ou Hardstyle… Les styles s’enchainent sans casser le rythme, voilà le genre de set parfait pour s’enjailler !

Die Antwoord

Die Antwoord

Retour sur la Fire Stage où va se produire l’une des têtes d’affiche de cette 19ème édition, et les festivaliers sont clairement venus pour ça. Pour l’une de leurs seules dates en France avec Les Solidays, les sud-africains Die Antwoord ont donc choisi le Freemusic pour répandre leur Hip-Hop furieux ! Sur scène, le show est dingue, et le public le devient très vite également ! C’est puissant, énergique, trash… bref, un bon défouloir pour tous les festivaliers qui entament comme nous ce long weekend de réjouissances !

Après cette débauche d’énergie, nous prenons le temps de souffler un peu sur le set de Bloody Beetroots – ce qui en soit n’est pas aisé au vue du tempo imposé par le DJ italien – pour terminer cette première soirée en beauté avec la prestation survoltée de Dirtyphonics. Secouant les dancefloors du monde entier, les français commencent leur tournée estivale à la maison, plus en forme que jamais. Cela fait quelques temps que nous n’avions pas écouté de Dubstep, mais si tout était de la qualité des productions jouées par Dirtyphonics ce soir, on y reviendrait plus souvent ! Le set et par la même occasion cette première soirée se clôturera en House par un hommage à Philippe Zdar du duo Électro Cassius, pionnier de la French Touch décédé quelques jours auparavant.

JOUR 2 :

Au Freemusic l’après-midi, les activités sont nombreuses surtout quand le beau temps est de la partie, et c’est bien le cas ce samedi après-midi. Non loin du camping, le Temple des Jeux propose golf, ventrigliss, waterline, combat de sumo et autres tournois de foot, pétanque ou beach volley. Pour les moins sportifs, le lac de Montendre permet la baignade, et la sieste sous les pins est même vivement conseillée ! Enfin, les acharnés de musique s’amassent devant la Tropical Stage et son impressionnant Sound System, où le collectif Beat Addicts distille Electro, Techno et Trance pendant 3 jours et 3 nuits !

Angèle

Angèle

A 19h pétantes, le site ouvre ses portes et le premier concert démarre, en l’occurrence ce samedi c’est Dampa qui ouvre le bal. Le duo, vainqueur d’un concours sponsorisé par de l’alcool anisé (!), joue presque à domicile puisqu’originaire de La Rochelle. Sur des beats Trap / Hip Hop ou sur des boucles Electro / Trip Hop programmés par le machiniste Victor, la chanteuse Angéline balance son flow et ses punchlines avec détermination. Une belle découverte dans une programmation qui nous emballe nettement moins ce jour…

En effet, les deux groupes qui suivent ne vont clairement pas marqué des points, que ce soit Hagar Hagar avec sa Pop sans relief, ou le Rap hautement cliché de 13 Block… Heureusement, au Freemusic, l’éclectisme prime, et c’est notre chouchoute Angèle qui se présente alors sur la grande scène. Révélation francophone en 2018, son premier album « Brol » est personnellement l’un de ceux que j’ai le plus écouté l’an passé tous styles confondus, alors vous me pardonnerez mon avis totalement subjectif… ! Pendant une bonne heure, la jolie belge va faire le show accompagné de son piano, de ses danseuses, et de ses deux uniques musiciens. Angèle sait faire des tubes, on le savait, mais elle sait également les mettre en valeur par une mise en scène étudiée au millimètre, laissant certes très peu de place pour l’improvisation mais mettant du rythme à ses morceaux qui oscillent entre Pop, Électro et Poésie. Un vrai spectacle que nous attendions et qui a tenu toutes ses promesses : big up Angèle !

Je serai un peu plus succinct sur la fin de soirée car : 1) La fatigue de la veille se fait clairement ressentir ! 2) Nous n’avons entendu que de loin les prestations du rappeur-métalleux Scarlxrd et du duo de beatmakers Al’Tarba x Senbeï (qui avaient l’air plutôt cool au demeurant) 3) nous avons moins kiffé les deux autres lives de ce samedi, celui de Møme, un peu trop Club à notre gout, et celui de Rakoon, qui décidément s’éloigne de plus en plus du Dub au point de proposer seulement quelques skanks de çi de là…  Pour nuancer un peu mes propos, je reconnais un certain talent à ses deux jeunes compositeurs qui ont incontestablement fait danser la foule et qui de plus jouent leur musique en live, mais ce n’est simplement pas ma came. Les goûts et les couleurs…

JOUR 3 :  

Weeding Dub

Weeding Dub

Comme expliqué en préambule, nous ne sommes pas venus au Festival Freemusic pour y écouter du Dub, mais voir le nom de Weeding Dub sur le line up fait toujours plaisir ! Le dubmaker lillois ouvre le bal dès 18h ce dimanche, et malgré une chaleur de plus en plus intense, le public est déjà bien présent, et plutôt en forme pour un 3ème jour de festivités ! Weeding Dub va nous livrer un superbe Live Mix, composé quasi exclusivement d’extraits de son dernier album en date « Another Night Another Day », avec en point d’orgue comme bien souvent, l’anthem ‘Gypsy Dub’ enregistré avec le violoniste Ras Divarius qui fait toujours son effet ! Après avoir clôturé son set avec le terrible ‘Can’t Understand’ feat. Shanti D, Weeding Dub paraît presque surpris de voir que la foule en redemande encore, tout comme nous ne pensions pas être en mesure physiquement de pouvoir lever les genoux, et ce pour la première fois du festival ! Le charme du Dub a donc bien opéré, espérons que les programmateurs en aient pris note pour pouvoir en reprogrammer l’an prochain à des horaires plus appropriés…

Pour ce dernier jour de festival, c’est plutôt le Hip-Hop qui est à l’honneur avec Josman, Ninho et OrelSan : 3 rappeurs français, mais des prestations ô combien différentes. Les deux premiers jouent plutôt dans la même école, avec des textes très « premier degré » racontant leurs quotidiens de jeunes de cités, sur des instrus très fat balancés par leur DJ attitré. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si leurs deux shows se sont enchainés,  le public – relativement jeune et très motivé – étant le même visé.

Taiwan MC

Taiwan MC

Une pause Pop avec Hyphen Hyphen, et c’est donc OrelSan qui investit la Fire Stage, après une énorme tournée et de nombreux Zeniths retournés ! Si sa musique respecte les codes du Hip Hop, OrelSan en propose une vision décomplexée, qui plait autant aux amoureux de cette culture qu’aux non-initiés, grâce à des textes contenant une bonne dose d’humour et d’autodérision. Chacune de ses chansons mériterait une analyse de textes, alors si ce n’est pas encore fait, foncez écouter « La fête est finie », autre album qui a tourné en boucle sur ma platine ces derniers temps ! Pour en revenir au live, la plupart des titres entendus ce soir là sont extraits de cet opus et de sa suite logique intitulée « Epilogue ». La scénographie est dingue, on en prend plein les yeux et les oreilles, et puis on saute, on danse jusqu’à la dernière note de l’incontournable ‘Basique’ qui vient conclure un, si ce n’est LE meilleur show du weekend !

Difficile de passer après une telle prestation, et pourtant Taiwan MC va bien s’en sortir, même si une partie du public a déjà quitté les lieux… Ce soir, l’ex chanteur de Chinese Man n’est pas accompagné de son fidèle acolyte S.O.A.P mais de DJ Bluntsman, son partenaire de Sound System depuis l’époque des soirées parisiennes Cool & Deadly. Un choix (si c’en est un) plutôt judicieux, car le set va alors tendre plus vers la Bass Music que le Reggae, se terminant même par un bon quart d’heure de Jungle. La preuve, s’il en fallait encore une, que Taiwan MC est un grand performer, toujours à l’aise qu’importe le riddim !

C’est à La P’tite Fumée que revient l’honneur de clôturer cette édition du Freemusic. Alors qu’ils viennent de célébrer la sortie de leur nouvel album la veille, les 4 membres du groupes sont débordants d’énergie, entrainant avec eux les ultimes festivaliers à même de profiter jusqu’aux dernières secondes ! Malgré tous leurs efforts, le côté répétitif de leur Natural Trance additionné à la fatigue accumulée nous ferons quitté les lieux peu avant la fin, épuisés mais rassasiés par 3 jours de Musique avec un grand « M » !

Des coups de cœur, de belles découvertes, une programmation audacieuse et éclectique, le tout dans une belle ambiance, sur un site exceptionnel et avec en prime le soleil : en résumé, le weekend parfait pour lancer la saison des festivals et/ou se donner rendez-vous l’an prochain pour les 20 ans du Festival Freemusic !

Live Report : Loob
Photos : LNA