Live Report – International Dub Gathering 2016 – Barcelone (ES)

Dernier venu parmi les festivals dédiés au Dub, l’International Dub Gathering célébrait sa première édition les 25, 26 et 27 mars dernier près de Barcelone. De nombreuses pointures internationales avaient répondu présents pour l’occasion, et beaucoup de massives se sont déplacés afin de découvrir ce nouveau festival promis à un bel avenir !

Legal Shot Sound System

Legal Shot Sound System

 

Le festival s’est installé à l’Ilha Fantasia, à Vilassar de Dalt, qui est habituellement un parc aquatique. Situé à environ 15 kilomètres du centre de Barcelone, les organisateurs avaient orienté les festivaliers vers deux campings, bien qu’il existe une multitude de solutions pour se loger à Barcelone et ses environs. J’ai opté pour le camping Masnou, et je n’ai pas eu à regretter mon choix, situé au bord de la mer avec un personnel agréable, premier bon point ! Un système de bus était mis au point pour nous amener du camping directement sur le site du festival gratuitement, il est donc temps d’aller voir à quoi ça ressemble !

J’arrive à l’ouverture le premier jour, vers 13 heures. Un programme plus que copieux nous attendait pendant ces 3 jours, puisque les sessions débutaient à peu près à cette heure-là pour se terminer à 5 heures du matin chaque jour ! On trouve 4 scènes sur le site, 2 scènes outdoor, El Lago, situé au bord de la piscine, qui sera sonorisé durant les 3 jours par Legal Shot avec 8 scoops, et la Casa Paco, qui était plus petite, 4 scoops pour le crew chargé de sonoriser la journée, mais qui a aussi accueilli du beau monde. Ces deux scènes assuraient la première partie de la journée, ce sont ensuite les scènes indoor qui prenaient le relais, avec l’Hortidub Lab, une scène assez petite où l’ambiance était surchauffée, et la Main Arena, où avaient lieu les prestations des artistes les plus connus.

Le temps de me familiariser avec les lieux et repérer les différentes scènes, stands et autres, et c’est parti pour aller écouter tout ce beau monde !

Après un bref passage du côté de la Casa Paco pour voir comment sonnait la sono de Jah Life International, je me dirige pour le reste de l’après-midi à El Lago, qui est en réalité une piscine extérieure, car la programmation était particulièrement intéressante aujourd’hui. En effet, on avait droit à une belle présentation de plusieurs artistes espagnols, certains ont déjà une belle réputation en France mais comme on a pas encore l’habitude de les voir tourner chez nous l’occasion était belle de les voir en live !

Legal Shot feat Lasai

Legal Shot feat Lasai

C’est Legal Shot qui assure le warm up, d’abord avec du New Roots avant de ralentir un peu le rythme et de passer à une sélection plus Roots, on peut notamment entendre une tune d’Eek A Mouse et deux morceaux d’affilée de Don Carlos. Lasai est au micro avec le crew. Ce MC espagnol commence à être assez connu chez nous, pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore il a sorti l’année dernière un album intitulé « Rebel », à écouter ! Le chanteur va nous faire des freestyles sur différentes versions joués par Legal Shot, son flow proche du Hip-Hop est très convaincant en live, un artiste à suivre !

Après Legal Shot, c’est Raggattack qui prend le contrôle. Originaires de Gérone un peu plus au nord, il joue presqu’à domicile ! Une sélection plutôt Digitale, accompagné également d’un MC espagnol, George Palmer. Lui-aussi commence à être assez connu, on a pu l’entendre récemment sur la big tune ‘Come Inna Di Dance’ en collaboration avec Manudigital (lire la chronique). Il a une voix reconnaissable assez rapidement, dans un style que je trouve assez proche de celui de Pupajim, et aura lui aussi assuré une solide performance. Malgré une petite coupure de son, Raggattack est reparti de plus belle en jouant une énorme tune Warrior, Legal Shot a d’ailleurs du baisser le niveau des basses car la puissance sonore perturbait la scène Casa Paco situé un peu plus haut !

On continue avec la scène espagnole, Supah Frans et Ponchita Peligros démarrent ensuite leur set. La madrilène a un flow que je trouve proche de celui de Soom T, je l’ai trouvé personnellement un peu plus discrète que les MC précédents, mais le potentiel est bien présent. Ce sont justement des prestations dans ce genre de festival qui vont lui donner de l’assurance, une artiste à revoir donc !

C’est un artiste français que j’attendais particulièrement qui vient jouer ensuite. Ackboo vient en effet présenter son très attendu nouvel album « Invincible » (lire la chronique) au public présent ce soir ! Il nous jouera quelques tunes de son nouvel album, notamment ‘Long Story’ ou la big tune ‘Invincible’ feat. Brother Culture qui provoquera une grosse réaction du public, le pull up sera obligatoire ! Ackboo va aussi jouer des morceaux plus anciens, par exemple ‘Quality’ avec Taiwan MC, ‘Mexico’, et ses deux last tunes seront deux classiques, ‘Turn Up The Amplifier’ avec une apparition surprise de Macky Banton au micro et ‘Bangladesh Dub’ ! Ackboo était aussi accompagné d’un MC espagnol, Yeyo Perez, qui s’est montré à l’aise sur les différentes versions d’Ackboo, ce fût donc un très bon set pour Ackboo qui aura conclu de très belle manière cette première journée sur El Lago, maintenant les différentes sessions se passent sur les scènes indoor.

Main Arena

Main Arena

Je commence par me diriger sur la Main Arena afin de voir à quoi elle ressemble. Ce sont Greenlight et Imperial Sound Army qui sonorisaient la salle ce soir là, et c’est Imperial Sound Army qui est en train de jouer, notamment un recut de ‘Jah Heavy Load’ d’Ijahman joué par Dan-I et produit par Don Fe, ou ‘I’m A Rebel’ des Gladiators avec Fikir Amlak au chant. Puis je décide d’aller faire un tour à l’Hortidub Lab.

La salle est petite, le plafond très bas, autant vous dire que les murs tremblent dans la salle ! Je reste quelques instants écouter la sélection Roots et Warrior des Equal Brothers qui sonorisent la dance, avant de retourner sur la Main Arena.

Mad Professor est maintenant en place du côté de la Main Arena. Il joue quelques tunes qui mélangent rythmes africains et Dub, une tune intitulé ‘My Blood’, une autre ‘Zion Gate’. L’artiste alterne entre morceaux des années 80 et titres plus récents, il nous joue aussi un Dub au mélodica et finit sur du son Warrior pour un set que j’ai beaucoup apprécié.

C’est ensuite au tour de son fils Joe Ariwa et General Levy d’enflammer la Main Arena, qui est maintenant bien remplie ! Ils démarrent sur ‘Jamming’ de Bob Marley, General Levy va ensuite nous faire une démonstration de Fast Style tout au long du set, posant notamment un terrible freestyle sur le ‘Bam Bam Riddim’ ou interprétant aussi son grand classique ‘Incredible’ ! J’ai personnellement un peu moins accroché sur ce set, la Jungle et Drum & Bass n’étant pas ce que je préfère, mais il faut tout de même reconnaître que General Levy est un très bon performer en live !

Imperial Sound Army et Greenlight vont se charger de terminer la soirée, en jouant chacun 2 tunes à tour de rôle. Venu avec de nombreux MCs – Dan-I, Jonah Dan, Ras Biblical et Fikir Amlak, rien que ça ! – Imperial Sound Army va jouer des tunes dans un style Warrior, notamment une terrible dubplate à la trompette, une au violon plus tard ou une tune plus Steppa. Les MCs, notamment Fikir Amlak que j’ai trouvé en grande forme, se succèdent au micro chacun dans leur style. Ils joueront aussi un remix du terrible ‘Make It Bun Dem’ de Skrillex et Damian Marley. Côté Greenlight, on pourra entendre la big tune ‘Mandela’ d’OBF avec Macky Banton au micro sur la version, ‘Rasta We Rasta’ de Danny Red ou encore ‘Kingston Town’ d’Alborosie.

Les deux crews continueront ainsi jusqu’à 5 heures du matin, il sera ensuite temps de rentrer se reposer, et là problème. En effet, un seul bus était en circulation pour ramener les festivaliers sur les campings. Ça a été un peu la bagarre afin de monter dans le bus, il y a eu quelques tensions, j’arrive à monter dedans un peu miraculeusement, mais je décide par la suite pour les deux prochains jours de quitter un peu plus tôt le site du festival, car les campings sont situés à plusieurs kilomètres du festival.

 

idg-2016-11

Suns Of Dub

 

Le samedi affichait complet, seule journée du festival dans ce cas. Il faut dire que l’affiche était impressionnante aujourd’hui ! Je commence par aller à El Lago en début d’après-midi, où Legal Shot démarre tranquillement, en jouant notamment ‘The Conscious One’ de Gary Clarke, avant de laisser la place à Addis Pablo.

Venu comme toujours avec Ras Jammy et Jah Bami, le fils du célèbre Augustus Pablo va jouer une tune de son père, avant d’interpréter des morceaux plus récents avec son mélodica, par exemple ‘Flow With Jah’. Les Suns Of Dub vont aussi jouer ‘Alpha & Omega’ de Chronixx et ‘Victory’ de Dubkasm, une tune qu’ils ont pris l’habitude de jouer puisque ça fait plusieurs fois que je l’entends quand je les vois.

Je décide ensuite d’alterner entre El Lago et la Casa Paco. Sonorisée aujourd’hui par le Arise Sound System, quand je vais à la Casa Paco j’entends plutôt du son Warrior, pendant que sur El Lago Legal Shot continue de jouer sa collection impressionnante de dubplates, avec du Agent Sasco, ou encore le dernier son de Pupajim feat King GeneralTalk too much’ avec ses deux versions, qui est énorme (lire la chronique) ! Je vais aussi brièvement à la Main Arena, où le projet Reggae Per Xics feat. Mad Professor était présenté (en catalan !).

Aba Shanti-I

Aba Shanti-I

Je reviens ensuite à El Lago pour rester sur le set d’une des grosses têtes d’affiche UK du festival, monsieur Aba Shanti I ! Comme à chaque fois que je le vois, j’ai adoré son set, avec sa sélection Roots, Warrior, lui qui pose sa voix sur différentes versions, c’est définitivement un de mes artistes préférés ! Il aura joué ce soir une version du ‘Satta Massagana’ des Abyssinians à la trompette, du Moa Anbessa ou encore l’énorme ‘Wait A Minute’ de Sista Aisha entre autres. J’ai cependant trouvé que le son a été coupé un peu brutalement, sûrement à cause des horaires que devaient respecter les organisateurs, un peu dommage mais je ne vais quand même pas bouder mon plaisir de l’avoir vu une fois de plus !

Direction ensuite la Main Arena, où le programme était copieux ce soir, je suis donc resté sur cette scène toute la soirée. OBF et Iration Steppas sonorisaient la salle, ça promettait une sacrée puissance ! J’entends d’abord ‘Ganja Smuggling’ d’Eek A Mouse jouée par OBF, le preview d’un nouveau single d’Iration Steppas qui va sortir dans les prochains mois, puis les 2 crews laissent la place à une légende jamaïcaine, Johnny Clarke, que j’attendais particulièrement !

L’artiste nous a interprété bon nombre de ses classiques, ‘Going To A Ball’, ‘Declaration Of Rights’, ‘Roots Natty Congo’, ou encore les terribles ‘Blood Dunza’ ou ‘Move Out Of Babylon’. Pour les amoureux de Roots, dont je fais partie, quel bonheur de pouvoir entendre cet artiste en configuration sound system, ce qui est plutôt rare. Les amateurs de Dub auront peut-être trouvé son concert trop calme, mais pour moi c’était top, et j’ai déjà hâte de la retrouver au Dub Camp dans cette même configuration !

Mungos Hi Fi prend ensuite le relais. Avec un Charlie P en grande forme, qui est toujours aussi bon en live, et qui va nous chanter ‘Nice It Up’, ‘Traveller’ ou encore ‘Skidip’. On pourra aussi entendre ‘Police’ et ‘Herbalist’ d’Alborosie, la nouvelle tune de Sr WilsonChatty Chatty’, ‘Did You Really Know’ de Soom T, ‘Jah Jah City’ de Capleton ou encore l’énorme ‘No Wata Down Ting’ de YT. Big session de Mungos Hi Fi donc, qui va ensuite laisser la place à OBF et Iration Steppas pour un duel au sommet !

Tune fi Tune entre les deux crews pour cette dernière partie de soirée ! On a malheureusement perdu une heure de son dans la bataille, puisqu’on changeait d’heure ce soir-là… Charlie P a posé un freestyle avec OBF, Iration Steppas a joué une terrible dubplate de Burro Banton, à laquelle OBF a répliqué avec une dubplate Warrior dévastatrice ! A noter que la sono d’OBF était plus grosse que celle d’Iration Steppas, cependant la puissance sonore entre les deux était similaire, c’est dire la puissance de la sono des anglais ! Chaque crew proposait 3 versions des morceaux qu’ils jouaient, je suis parti un peu après 4 heures du matin, je ne peux donc pas vous raconter la suite mais j’imagine que la soirée s’est poursuivi à coup d’énormes morceaux qui ont auront bien fait tremblé l’arène !

 

Indica Dubs feat Danman

Indica Dubs feat Danman

 

Déjà dimanche et la dernière journée, que le temps passe vite avec le Dub ! Pour cette dernière, je décide de passer un peu plus de temps à la Casa Paco.

Je commence par voir Dubstoned, qui nous joue une sélection Roots et Rub-A-Dub, on peut entendre du Barry Brown et du Conscious Sound notamment. Thunderclap et Chalart 58 se succèderont ensuite sur cette scène, où l’on pourra écouter beaucoup de styles différents, ça allait du Hip-Hop au Warrior Style.

Je ne résiste pas à descendre aussi un peu à El Lago pour écouter les dernières sélections de Legal Shot, qui va jouer entre autres 2 tunes de Buju Banton. Tous les MCs présents pendant ces trois jours vont se succéder au micro, Lasai, Green Cross, Yeyo Perez, Ponchita Peligros, et Rootsman au saxophone, ils sont tous là !

Je reste ensuite sur El Lago pour le set d’Indica Dubs. Venu avec Danman au micro, et Rootsman qui est resté avec son saxophone, le dubmaker anglais va nous jouer bon nombre de ses productions, notamment son dernier 10″ avec Danman au micro justement, ‘The Wisest Live Long’ qui est terrible (lire la chronique) ! Son set aura été quelque peu haché par plusieurs coupures de son, c’est dommage car son set n’était pas loin d’être celui qui m’a le plus plu du festival, même si Rootsman essayait de combler les trous en jouant du saxo, ça a quelque peu fait retomber l’ambiance, mais son set valait quand même le coup d’œil !

Channel One et Panda Dub jouaient ensuite en même temps sur les deux scènes. Je décide de faire moitié-moitié, en restant d’abord sur Channel One qui nous joue un sélection Roots Warrior, puis de monter à la Casa Paco voir la fin du set de Panda Dub, avec notamment un enchaînement final énorme composé de ‘Danse Macabre’, un nouveau morceau et ‘Smile Is The Key’ !

Je vais ensuite à la Main Arena, où c’est Blackboard Jungle et son impressionnante sono qui sont en train de jouer ! Nico et MC Oliva commence par du roots, ils sont accompagnés par Nish Wadada et Danny Red que j’avais particulièrement envie de voir. On pourra écouter l’énorme ‘Jah A Di Best’ de Moa Anbessa à paraître prochainement, ‘Rise & Shine’ de Bunny Wailer,et du Earl 16. Nish Wadada et Danny Red posent leurs voix sur différentes versions, on écoutera notamment ‘Refugee’ de Nish Wadada, ‘Rasta We Rasta’ de Danny Red sur une instru Warrior, ou ‘Jah is Here’ également de Danny Red. Nico jouera aussi un terrible morceau Steppa d’Anthony B, et le magnifique ‘Rate Rasta’ de Xana Roméo, la fille de Max Roméo. En last tune ça sera une grosse instru Warrior sur laquelle Mc Oliva, Danny Red et Nish Wadada se passent le micro pour finir en beauté le set une fois de plus parfait de Blackboard Jungle !

Ensuite, dilemme ! Sur la Main Arena c’est Jah Shaka qui jouait, tandis que sur l’Hortidub Lab étaient programmés Maasai Warrior et King Alpha. J’ai décidé de rester sur la Main Arena et voir la session de Jah Shaka, d’une part car je verrai Maasai Warrior au Dub Camp, et d’autre part car je n’ai pas eu souvent l’occasion de voir Jah Shaka, c’est donc parti pour plus de 3 heures de session d’un des maîtres du Dub UK !

Après son warm up Bob Marley avec notamment ‘Exodus’ et une version Ska de ‘One Love’, Jah Shaka nous joue ensuite ‘Praise Ye Jah’ de Sizzla, ou encore ‘Jahovia’ de Danny Red, ce qui ne manque pas de faire réagir le principal intéressé encore présent dans la salle !

C’est ensuite une sélection Roots et Steppa, Jah Shaka alterne parfaitement entre les morceaux vocaux, les instrumentaux et les freestyles de sa part, on entre progressivement dans la vibe mystique de Jah Shaka, plus le temps passe et plus on est captivé par son set !

Il jouera encore 2 tunes de Moa Anbessa, ‘Watch Dem’, et ‘Jah Jah Thank You’ de Don Diego avec sa version. Ce sera pour moi la last tune de Jah Shaka et du festival, il restait encore quelques minutes mais j’ai préféré m’arrêter là pour pouvoir réussir à prendre le car et rentrer au camping après trois jours intenses !

Même si tout n’a pas été parfait pour cette première édition, le bilan de cet International Dub Gathering est quand même largement positif après ces trois jours. On peut penser que les organisateurs ont profité du savoir-faire du Rototom Sunsplash (ce sont eux qui sont en charge de la scène Dub Academy, ndlr), ce qui fait que le site était très bien aménagé. Les 4 scènes étaient bien sonorisés malgré quelques coupures de sons, les artistes ont tous répondu présents, de ce côté-là c’était top !

Le gros point à améliorer reste le système des bus, un seul bus pour plusieurs centaines de festivaliers c’était trop peu, mais les organisateurs s’en sont rendus compte et s’en sont excusés, on peut donc penser que ça sera réglé pour la prochaine édition, qui est déjà annoncé pour les 14,15 et 16 avril 2017, fort du succès de cette première soyez sûrs que la deuxième sera encore meilleure !

Big up aux organisateurs et à tous les artistes présents pendant ces trois jours !

Live Report et photos : Johann