Live Report – International Dub Gathering 2017 – Barcelone (ES)

Le festival International Dub Gathering célébrait sa deuxième édition les 14, 15 et 16 avril 2017 du coté de Barcelone. Cette année encore l’affiche était impressionnante, avec de nombreuses pointures du Dub international qui ont répondu a l’appel, tout comme de nombreux festivaliers !

International Dub Gathering

International Dub Gathering

 

Organisé par le collectif Dub Academy, également en charge de l’organisation de la scène Dub au Rototom Sunsplash entre autres, le festival International Dub Gathering reprenait ses quartiers du coté de la Ilha Fantasia, un parc aquatique situé a Vilassar De Dalt, à environ 15 kilométrés de Barcelone, comme l’année dernière (lire le live report).

Le festival ouvre ses portes un peu plus tard que prévu le vendredi, mais vu la quantité d’heures de festival qui nous attend ce n’est pas grave ! En effet, le vendredi le son commence à 16h pour se terminer à 4h30, puis le samedi de 12h a 5h et le dimanche de 12h a 5h30… Il fallait être en forme ! Une fois entré on redécouvre le site, puisque quelques modifications ont été effectuées.

La plus importante est le nombre de scènes, puisqu’une nouvelle a été installé cette année. Ce sont donc au total 5 scènes sur lesquelles vont se répartir les différentes sessions, 3 outdoor et 2 indoor. Les 2 salles d’intérieur restent les mêmes, l’énorme Main Arena et la petite mais très prisée Hortidub Lab. Quant aux trois scènes extérieures, on retrouve la Monkey’s Dub, sonorisée par Watts Attack, la Rub & Dub par Legal Shot et la Back-A-Yard par Greenlight. Chacun des crews avaient installé 6 scoops par scène, c’est mieux pensé par rapport a l’année dernière, où on avait tendance a entendre les 8 basses de Legal Shot jusqu’à la seconde scène.

Le site est également plus grand avec un coin où des hamacs sont installés, plus de stands de nourriture également, bref le site a été nettement amélioré ! Le festival a aussi mis en place cette année un système de bracelet qui contrôle les entrées et sorties des festivaliers et qui permettait de payer la nourriture ou les divers stands, ce qui va présenter ses avantages et ses inconvénients, notamment pour entrer sur la scène Hortidub Lab comme on le verra plus tard… Une fois familiarisé avec les lieux, place au son !

 

King Earthquake

King Earthquake

 

VENDREDI 14 AVRIL :

Les portes ayant ouvertes plus tard, j’ai eu moins de temps pour voir les premiers artistes, je me dirige donc vers la scène Rub & Dub ou j’ai pu voir un petit peu le set de Raggattack venu avec le MC espagnol George Palmer. Le crew jouera des tunes assez variées, du Dub Warrior avec George Palmer au micro, du Digital et Rub-A-Dub avec notamment la tune ‘Tell Dem Again’ d’Echo Minott sorti récemment sur le label roumain Dancehall Tradition (lire la chronique), ou encore du Rocksteady avec le superbe ‘Tonight’ de Keith & Tex.

Sir Festus Coxsonne

Sir Festus Coxsonne

Je vais ensuite brièvement voir DJ Kullar sur la Monkey’s Dub, qui sera présent les 3 jours du festival, avant de remonter à la Rub & Dub pour un des premiers temps fort du festival, le set du légendaire Sir Festus du mythique Coxsone Sound ! On commence Roots avec des morceaux d’Augustus Pablo, ainsi que le terrible ‘Rasta Pon Top’ des Twinkle Brothers. Le set bascule ensuite sur des tunes Rub-A-Dub, Sr Wilson viendra aussi au micro, mais il est temps de redescendre à la scène Monkey’s Dub, puisqu’un autre énorme set se prépare également. C’est l’inconvénient de ce genre de festival, la programmation est énorme mais on ne peut malheureusement pas tout voir…

Fin de set pour DJ Kullar avec ‘Bad Card’ de Bob Marley, puis c’est King Earthquake qui vient prendre le contrôle pendant 2 heures ! Errol Arawak jouera ‘Jah Army’ de Tena Stelin, ‘Rasta Pon Top’ des Twinkle Brothers, l’énorme ‘Like A Warryah’ de Joseph Lalibela, ou encore une tune issue de ses célèbres « Dubplate Chapters ». Retour ensuite au Roots avec des classiques, ‘One Step Forward’ de Max Romeo, ‘Crazy Baldhead’ de Bob Marley, le superbe ‘What A Day’ de Carlton & The Shoes ou encore ‘Babylon Is A Trap’ de Dub Judah. Le set se terminera sur du Warrior Style, avec de nouveau une tune de Joseph Lalibela. Encore une énorme session de King Earthquake qui vient conclure le programme des scènes extérieures, direction maintenant les scènes indoor !

Sur la Main Arena, c’est une rencontre entre deux poids lourds du Dub UK auquel nous avons droit ce soir, puisque ce sont Word Sound & Power, avec Jimmy Ranks et Bobo Blackstar comme MCs, qui rencontrent Jah Tubbys, venu avec une solide équipe également puisqu’au micro on retrouve Macky Banton, Dixie Peach et Gregory Fabulous ! Chacun est venu avec 8 scoops pour sonoriser la salle. J’assiste au début de cette rencontre au sommet avant d’aller vers la Hortidub Lab où un set qui m’intéressait particulièrement débutait a 22h30.

Venues d’Italie, ce sont en effet Sista Habesha, Sista Awa et Valentina B qui jouaient ! Étant un grand amateur des productions de Sista Habesha, c’est un set que je voulais absolument voir, ne l’ayant encore jamais vu. Et bien je n’ai pas du tout été déçu, c’est pour moi la grande révélation du festival, ces trois filles dégagent une énergie incroyable ! Pendant les 2 heures de leur set l’ambiance n’est jamais retombé, la salle est pleine a craquer, 2 heures géniales de bon Steppa. On pourra notamment entendre la tune de Valentina BWhat Dem Done’, ou encore un titre de Jospeh Lalibela, décidément joué par de nombreux artistes, ce qui n’est pas pour me déplaire !

Après ce terrible set retour sur la Main Arena pour le reste de la nuit. Jah Tubbys jouera entres autres ‘Jah Love Is Sweeter’ de Lacksley Castell, ‘Through The Gate’ d’Ashanti Selah, l’énorme ‘Cyan Tan Yaa’ de Jerry Lionz avec une apparition de Charlie P au micro, une terrible tune de Ranking Dread sur le ‘Only Jah’ de The Rootsman. Dixie Peach interprétera lui ‘Slaughter’ et ‘Tonight Is The Night’ sur des riddims Steppa, puis Jah Tubbys jouera un remix du morceau ‘Sweet Dreams’ du groupe Eurythmics en version Steppa, ainsi qu’un titre de Charlie P sur le même riddim. Gregory Fabulous, Dixie Peach et Macky Banton interviennent régulièrement, ce dernier est d’ailleurs chaud bouillant ! Robert Tribulation jouera lui du Warrior Style, notamment de nouveau Joseph Lalibela avec ‘Like A Warryah’. J’ai moins reconnu le reste de sa sélection mais c’était du même niveau, Jimmy Ranks et Bobo Blackstar sont également bien en forme ! Jah Tubbys jouera une last tune Warrior, et Robert Tribulation terminera cette rencontre au sommet. Petit avantage pour Jah Tubbys de mon point de vue qui a plus varié les styles, mais en tout cas ce meeting vient conclure en beauté cette première soirée !

 

Monkey's Dub Arena

Monkey’s Dub Arena

 

SAMEDI 15 AVRIL :

Le deuxième jour démarre pour moi en début d’après midi avec le set de Kuranaka sur la Monkey’s Dub. Je découvrais cet artiste venu du Japon, qui m’aura fait forte impression en jouant des tunes essentiellement Steppa, ou encore le ‘R.A.S.T.A.F.A.R.I’ de Professa Natti.

Digistep (Dubkasm)

Digistep (Dubkasm)

C’est ensuite Dubkasm qui prend le relai, eux qui célèbrent leur 20 ans de carrière ! Ils vont commencer avec trois riddims Roots avec Digistep au saxophone, notamment le ‘Satta Massaganna’ et le ‘Promised Land’. Le crew jouera ensuite une dubplate de YT et Solo Banton pour annoncer leur session qui aura lieu le lendemain, le terrible ‘Destination Highrise’ sorti sur l’EP avec Iration Steppas (lire la chronique), et le remix Steppa du ‘Jah No Dead’ de Burning Spear. L’ambiance va encore monter d’un cran avec l’énorme ‘Counteraction’ mixé avec le ‘Jahovah’ de Danny Red, quand retentit le riddim du classique ‘Roots & Culture’ de Mikey Dread sur lequel Digistep va improviser au saxophone, suivi d’une dubplate de Macka B sur le même riddim, et bien sur l’anthem ‘Victory’, avec la version de Luciano ‘Jah Victory’… Big session !

Je reste encore sur la Monkey’s Dub pour le prochain set, puisque c’est maintenant Dub Dynasty qui nous attend ! Ben et Christine sont là pour représenter la famille, et après avoir effectué les réglages sur ‘Dem Ah Come’ d’Everton DacresBen envoie tout de suite le surpuissant ‘Monsoon Come’ pour donner le ton de la session ! Il jouera ensuite ‘Jah Fingers’ de Joseph Lalibela, ‘Material Things’, le classique ‘Blessed Ithiopia’, le terrible ‘Black Rose’, ou encore ’9 Years’ de Cian Finn. La basse de Christine est toujours aussi envoutante, il se dégage toujours une atmosphère mystique pendant leur set. Ben jouera encore un remix du morceau ‘Ring My Bell’, ‘We Got Jah’, ‘Rig Veda’ et en last tune ‘Oh Father’, terrible !

Deux sessions m’intéressaient ensuite. Je me dirige d’abord sur la scène Back-A-Yard pour voir le début de set de Bush Chemists. Le crew joue quelques tunes Digital et Roots, avec Donovan Kingjay au chant. Puis je redescends à la Monkey’s Dub voir Charlie P qui devait joué avec OBF. On a appris plus tôt que malheureusement Rico était malade et ne pouvait pas être présent aujourd’hui, c’est donc Daddy Sevi de Greenlight qui le remplace. Mais si Rico n’est pas la physiquement, il est tout de même présent virtuellement, puisque pour la première fois on assiste a une session où Rico mixe en direct de chez lui en streaming ! Charlie P est épaulé par Sr Wilson au micro, ainsi que Little Omara, la jeune fille de Daddy Sevi ! On pourra entendre ‘Bun It’ de Tenor Youthman issu du dernier album d’Iron Dubz (lire la chronique), un riddim sur lequel Sr Wilson interprétera ‘Soundman Session’ et Charlie P ‘Nice It Up’, puis le terrible ‘Dub Controler’. Sevi jouera aussi l’énorme ‘Wicked Haffi Run’ de Danman, ‘Style & Fashion’ de Lone Ranger et l’anthem ‘Mandela’, pull up obligatoire! La session se terminera avec Charlie P et son ‘Culture Mi Culture’, et un terrible remix d’OBF du ‘Business Of War’ de Stand High Patrol. Dommage que Rico n’ait pas été là, mais ce fut tout de même une big session !

Charlie P

Charlie P

Direction ensuite la Main Arena, avec ce soir une soirée Stand High & Friends, avec Roots Atao, Stepart et Marina P, Iseo & Dodosound, NS Kroo et le Stand High Patrol au complet sur son Sound System de 8 scoops ! C’est Roots Atao qui ouvre la soirée, j’assiste a la fin de son set ou il jouera notamment ‘Kaly Weed’ de Danman. Puis ce sont Stepart et Marina P qui vont suivre. Marina P va chanter la plupart de ses morceaux, notamment ‘I Wish I Were That Girl’, sa nouvelle big tune ‘Something Roots’, la version de Homeys issu de son dernier EP (lire la chronique), ou encore ‘Divorce A L’Italienne’. Stepart jouera également ‘Another Night’ en version Steppa, et ‘Lovin Death’ issu de son premier très bon album (lire la chronique), dont j’aurais d’ailleurs aimé entendre plus de morceau sur son set, mais tant puis ce fut quand même une bonne session !

Je pensais ensuite aller sur la scène Hortidub Lab, car un enchainement Moa Anbessa et Weeding Dub était au programme, mais là problème : une file d’attente interminable pour pouvoir entrer dans la salle ! Le système de bracelet fait que le nombre de personnes pouvant entrer a l’intérieur était strictement contrôlé, beaucoup de personnes n’ont donc pas pu assister a ces sessions.

Un peu frustré, je retourne donc à la Main Arena où se sont maintenant Iseo & Dodosound qui jouent. Je vois la moitié de leur set, il faut dire qu’ils étaient déjà présents deux jours plus tôt à la soirée du Pré-Festival qui se tenait à Barcelone, je savais donc a quoi m’attendre ! Le crew jouera certaines de ses tunes les plus efficaces, notamment ‘I’m Burning’ et le très bon ‘Freedom’.

Ns Kroo prend ensuite le contrôle. Comme pour Sista Habesha, je ne les avais encore jamais vu et eux aussi m’ont particulièrement plu ! Ils ont joué une dubplate du ‘Far Away From Me’ d’Alpheus, une autre de Charlie P, et jouent un mélange de rythmes très efficaces, du Funk, de la Musique Latine, et du Stepper. Un des meilleurs set de la journée pour moi qui atténue le déception de ne pas avoir vu Moa Anbessa !

Le Stand High Patrol va ensuite jouer pour la première fois en Espagne sur son Sound System. La Dub-A-Dub Experience démarre sur des tunes plutôt Hip-Hop, ‘Commando’, ‘My Research’ qui est le premier extrait du nouvel album du crew qui sortira le 26 mai, ou encore ‘Ruckus’. On continue avec des classiques du crew comme ‘Big Tree’, ‘No Matter How Long It Takes’, ou ‘Brest Bay’ version Hip-Hop également. Le crew va également joué ‘Speakerbox’, une dubplate de Johnny Clarke, une nouvelle tune qui figurera certainement sur le nouvel album, puis les énormes ‘Rub-A-Dub Anthem’ et ‘Automattick Attack’.

Place ensuite au Dub Fi Dub entre les différents crews, mais la fatigue me gagne et la perspective de retrouver prochainement le Stand High Patrol à Brest pour la soirée Downtone me font renoncer à assister à cette dernière heure. Un peu déçu de ne pas avoir vu Moa Anbessa, mais ça m’a permis de voir plus longtemps le set de NS Kroo, la déception a donc vite été atténuée !

 

Ondubground

Ondubground

 

DIMANCHE 16 AVRIL :

Déjà le dernier jour de festival, je commence la journée par quelques tunes de Legal Shot, notamment une série de dubplates de Ken Boothe, puis brièvement à la scène Back-A-Yard voir Buckshott qui a joué le big ‘A Yah Wi Deh’ de Barrington Levy, avant de me rendre de nouveau sur la scène Monkey’s Dub pour voir le set de Dub-Stuy. Les New-Yorkais se produisent assez rarement en Europe, il ne fallait pas louper ça ! Ils joueront ‘Dub Controler’ de Charlie P enchainé à ‘Rub-A-Dub Anthem’ de Pupajim sur le même riddim, puis ‘Jah No Dead’ de Burning Spear, le terrible ‘Obliterate’ featuring Brother Culture sorti récemment sur leur label (lire la chronique), ‘Murderer’ de Barrington Levy, une tune de General Levy, puis leur nouvelle release, la série « Kunta Kinte Riddim » (lire la chronique) avec des big tunes signés Burro Banton et Shanti D entre autres! Ils joueront également ‘Nice It Up’ de Charlie P et ‘Buddy Bye’ de Johnny Osbourne. Un très bon set du Dub-Stuy Sound, ils leur restent quelques dates en Europe, dont la soirée Bux’ In Dub le 27 avril prochain à Poitiers (toutes les infos ici). Ne les ratez pas si ils passent près de chez vous !

C’est un crew français qui vient ensuite jouer sur cette scène, Ondubground. représenté par les frangins Olo et Art-X, et avec Green Cross en renfort au micro. Le crew jouera un set efficace, avec des titres comme ‘Critical’ de Brother Culture, un remix du ‘Business Of War’ de Stand High, puis un autre remix, de ‘Inna Sky’ d’Ackboo featuring Marcus Gad, top !

Toujours sur la Monkey’s Dub, Vibronics accompagné d’Echo Ranks vont ensuite enflammer les massives ! D’entrée Steve Vibronics va jouer ‘Roots & Culture’ de Mikey Dread et sa version, puis une tune de Jah Mason, l’énorme ‘Jah Ah Di Best’ de Moa Anbessa ainsi que ‘Glorify’. Steve va continuer a enchainer les big tunes, ‘Stone’ de Prince Allah version Warrior, ‘Are You Ready’ featuring Macka B, ‘R.A.S.T.A.F.A.R.I’ de Professa Natti, ou encore ‘Searching For Jah’ featuring Michael Prophet. Comme d’habitude c’est un super set que Vibronics nous a offert !

YT

YT

Direction ensuite la scène Rub & Dub, où un autre set très attendu était au programme. En effet, c’est la rencontre entre YT et Solo Banton, chacun se relayant au micro et a la sélection. YT va interpréter ‘Scream’, Solo Banton ‘Boom Sound’, on pourra ensuite entendre l’énorme ‘Jacqueline’ de Hugh Mundell sur lequel YT chantera aussi. Après une tune de Buju Banton, le riddim de ‘Buddy Bye’ de Johnny Osbourne est lancé, sur lequel les deux MC’s vont s’en donner a cœur joie, tout comme sur le ‘Murderer’ de Barrington Levy ! Solo Banton chantera ensuite ‘Kung Fu Master’, YT répondra avec le big ‘No Wata Down Ting’ et ‘Going In’, une tune de Supercat sera aussi jouée. Bref, la rencontre entre deux des meilleurs MC’s anglais a largement tenu ses promesses !

Place au programme de la nuit, où je vais rester sur la Main Arena tout le long même si j’aurais aimé voir Ashanti Selah programmé sur la Hortidub Lab… Mais le programme de la Main Arena était particulièrement énorme ! Ça commence avec Blackboard Jungle sur leur Sound System, 9 scoops pour eux ce soir ! Nico et Oliva vont comme d’habitude assurer un superbe set, avec des tunes comme ‘Fit You Haffe Fit’ de Black Uhuru, ou une tune de The Congos avec une terrible version de Ranking Joe sur le riddim. Ils n’étaient pas annoncés, mais on a la bonne surprise de voir que Nish Wadada est présente ce soir avec le crew, tout comme Rootsman au saxophone. Nico va ensuite jouer la nouvelle release du label Chouette Records ‘Give Thanks & Praise’ de Murray Man (lire la chronique), ‘Sticks Man’ de Ras Elroy Bailey, Nish Wadada va elle interpréter ‘Refugees’ sur un riddim Steppa, puis en last tune Nico va jouer ‘Declaration Of Rights’ des Abyssinians avec Rootsman au saxophone, terrible !

Une légende jamaïcaine va ensuite jouer pour notre plus grand plaisir, monsieur King Jammys ! On doit beaucoup a ce producteur de génie, qui a sorti un nombre incalculable de hits, comme il va nous le prouver ce soir ! Il commence avec ‘We Gonna Rock It Tonight’ de Johnny Osbourne, ‘Boom Shaka Lacka’ de Junior Reid, ‘Money’ d’Horace Andy ou encore ‘Jahovia’ de Johnny Osbourne. Toujours de Johnny Osbourne on entendra ensuite ‘Fally Ranking’, puis ‘Fire Bun A Weak Heart’ de Bushman et une tune de Shabba Ranks. Jammys poursuit avec le ‘No Ice Cream Sound’ de Johnny Osbourne, ‘Higgler Move’ de Junior Reid, ‘I Love King Selassie’ de Black Uhuru, ‘Under Mi Sensi’ de Mr Vegas, et en last tune un autre titre de Johnny Osbourne, ‘Buddy Bye’. Un superbe set de King Jammys, c’est l’histoire de la musique jamaïcaine qu’on a pu écouter ce soir !

Blackboard Jungle revient ensuite jouer une heure, le temps de jouer une nouvelle tune qui devrait sortir prochainement sur leur label, ainsi que le mythique ‘Rise & Shine’ de Bunny Wailer en version Steppa, avant de laisser la place au crew qui va clôturer le festival, rien de mois qu’Iration Steppas Mark est accompagné de Macky Banton et Spend Bong au micro, c’est parti pour une énorme session ! Mark commence par jouer une dubplate de Johnny Osbourne, une autre de YT, puis il va jouer le terrible ‘Jahovah’ de Danny Red, le tout aussi puissant ‘Wise & Prudent’ de Lisa Dainjah, ou encore ‘Like A Warryah’ de Joseph Lalibela. Le déja classique ‘Gipsy Dub’ de Weeding Dub va ensuite retentir, puis une version Steppa du ‘Plastic Smile’ de Black Uhuru, avant en fin de set une énorme dubplate d’un morceau d’OBF et Iration Steppas, que Mark jouait pour la toute première fois ce soir ! La last tune sera un titre surpuissant d’un mix de King Alpha, il est 5h30 mais le public en redemande, malheureusement il est déjà l’heure de quitter le festival…

En seulement deux éditions, l’International Dub Gathering s’est déja imposé comme une référence en matière de festival Dub. La programmation est énorme, l’endroit est agréable, et les améliorations effectuées ont été en majorité efficaces. Pour ce qui est de la scène Hortidub Lab elle est en quelque sorte victime de son succès, puisque le son et l’ambiance sont énormes dans cette salle. Difficile de contenter tous les massives désirant entrer dans cette petite salle. Une fois plus le bilan est globalement très positif, rendez-vous l’année prochaine !

Big Up à tous les artistes présents, au crew Dub Academy, à Ilona & Sevi !

Live Report : Johann
Photos : Ti Kaya