Live Report – Lyon Dub Station #12 – Double Mixte, Lyon (69)

En ce 18 décembre 2015 se tenait la dernière Dub Station à Lyon dans la salle du Double Mixte. Mediatone et Musical Riot nous ont concocté un beau programme avec Blackboard Jungle Sound System, Weeding Dub et les locaux de Bredda Sound. Pour agrémenter le tout, Blackboard Jungle est accompagné par les chanteurs Dixie Peach, Murray Man et Lilly Melody (aka Isiah Mentor), excusez du peu !

Blackboard Jungle

Blackboard Jungle

 

Il est tout juste 23h00 lorsque j’entre dans la salle et Blackboard Jungle est en train de terminer son set d’introduction. Le sound system se décline sur 3 stacks et le public, encore peu nombreux, se colle au plus près des murs. Nico et MC Oliva mettent tout de suite le public dans l’ambiance avec leur sélection Roots Stepper mais il me faudra attendre leur retour pour en profiter pleinement.

Bredda Sound

Bredda Sound

Le crew Lyonnais Bredda Sound prend le relais, introduit par Nico qui ne manque pas de rappeler le soutien de Blackboard Jungle à la jeune génération ! Bredda Sound vient remplacer les Anglais de Dubkasm, initialement prévus, mais qui ont annulé leur venue, la tâche n’était donc pas des plus faciles pour le jeune crew Lyonnais. Je vous le dis d’emblée, ils ont été à la hauteur ! Le duo, composé de l’opérateur Junior Lion et du chanteur Ras Khalil, m’a régalé tout au long du set. Leur sélection alterne entre big tunes sur format vinyle et dubplates sur format numérique, étant un aficionado des sélections vinyle je suis d’autant plus ravi. Le set commence fort avec le titre ‘Free Rasta Free’ de Jah Fatta & The Black Brothers, un superbe Roots cuivré, directement suivi par ‘Ina Jah Children’ de Dhaima, big tune Roots aux arrangements cuivrés et au chant féminin entraînants. Il n’aura suffi que de deux titres pour que Bredda Sound me conquière. Sur la sélection suivante, Ras Khalil prend le micro pour délivrer un message de paix et d’unité, comme il fera sur d’autres titres pendant le set.

Les basses de la sono sont déjà bien puissantes et le point noir de la soirée se fait déjà sentir : l’acoustique de la salle n’est pas faite pour un Sound System. Pour avoir vu à plusieurs reprises Blackboard Jungle Sound System en extérieur ou intérieur, je peux garantir que ce n’est pas leur travail qui est à blâmer mais bel et bien la salle… Mais ne boudons pas notre plaisir, continuons avec Bredda Sound.

Le quatrième titre est l’occasion pour eux de jouer un dubplate à la production moderne et résolument Roots dans l’esprit. Cela leur permet d’enchaîner sur un registre plus Stepper avec le titre de Ras Khalil ‘Hail HIM’ qu’il chante sur une version Dub. Après ça on vire carrément sur le Stepper de gros calibre : sonorités spatiales et lignes de basses physiques sont au rendez-vous, heavy pressure ! Le reste du set reste dans cet esprit, à quelques exceptions près, tel le titre ‘The Almighty One’ de Chukki Starr et Mad Professor.

00h30, il est déjà temps pour Bredda Sound de lancer la last tune, un bon gros Stepper qui nous fait skanker sans relâche. Un gros big up à eux pour leur prestation de qualité !

Weeding Dub

Weeding Dub

Il est maintenant l’heure pour Weeding Dub de prendre place. Weeding Dub fait partie des acteurs majeurs du Dub à la française mixé « live & direct », c’est donc tout naturel de le retrouver derrière sa table de mixage pour nous présenter son dernier album sorti le mois dernier : « Still Looking For » (lire la chronique).

Dès la première tune, on a droit à un pull-up. Et pour cause, c’est le fameux ‘Gyspsy Dub’, avec Ras Divarius au violon, titre qui a déjà fait ses preuves en Sound System (notamment joué par Iration Steppas). Le public commence à affluer en masse et est instantanément conquis par les productions de Weeding Dub. Il continue à mixer des titres de son nouvel album pour nous en offrir des versions originales, enchaînant toujours 2 ou 3 versions, ce qui donne une spontanéité très appréciable dans son set. Les pull-ups sont toujours bien travaillés, tirant parti du mix live pour faire ressortir des petits détails de chaque morceau et permettant des enchaînements très dynamiques. Tout comme ‘Gyspsy Dub’, le titre ‘Sound System DNA’, avec Mark Iration au chant, retient toute l’attention du public, qui skank à l’unisson sur son rythme soutenu.

Une chose est sûre, les nouvelles productions de Weeding Dub sont calibrées pour le Sound System, on en prend plein la figure. Parfois même un peu trop étant donné l’acoustique de la salle. Aux alentours d’01h00, la puissance sonore monte d’un cran et ça en devient presque désagréable…

Dans la deuxième partie du set, d’anciennes productions sont ressorties, notamment le titre ‘Jah Set You Free’, avec Diana Levi au chant, mais aussi un titre 100% exclusif puisque joué pour la première fois. Weeding Dub nous précise qu’il a terminé le morceau dans le train pour Lyon ! Un titre cuivré qui donne la patate, le public est encore une fois très réactif. Le chanteur Isiah Mentor vient même poser sa voix sur la version Dub.

La fin du set est marquée par du Stepper heavy dubwise et Weeding Dub nous a réservé une very last tune toute particulière puisqu’il s’agit de Reggae Français : ‘Bleu Blanc Rouge’ de Raggasonic ! Une très bonne surprise et une belle manière de terminer le set.

Isiah Mentor

Isiah Mentor

Il est donc environ 02h00 quand Blackboard Jungle reprend le contrôle de sa sono. Dans un premier temps, seuls Nico et MC Oliva sont présents. Ils démarrent avec un excellent morceau tout droit sorti du studio de Moa Anbessa en Italie : ‘Jah Jah Ah Di Best’. Le ton est montré, la musique diffusée ici est clairement ancrée dans la culture Rastafari, et comme le dit MC Oliva, « Are you ready for Rastaman vibration ? ».

Après quelques titres, les chanteurs invités prennent tour à tour place aux côtés de Blackboard Jungle. Chacun d’entre eux a un style très particulier, ce qui rend leur collaboration d’autant plus plaisante. Quasiment tout le set se déroulera de la manière suivante : Nico lance un titre, puis sur une (ou plus) version Dub, les invités chantent à tour de rôle en freestyle. Pas de compétition ici, mais plutôt une belle collaboration entre des chanteurs au style différent, chacun laissant le temps à l’autre de s’imprégner de la sélection. Cela donne un set des plus dynamiques. Murray Man est en grande forme ce soir, l’association de sa voix grave et de son style de chant assez répétitif est diablement efficace ! Dixie Peach est fidèle à lui-même, son phrasé très mélodique et sa magnifique voix se calent parfaitement sur la musique et il vient chercher le public du regard pour le mieux le transporter vers d’autres horizons. Isiah Mentor quant à lui va chercher beaucoup plus d’interaction directe avec le public, n’hésitant pas à provoquer un certain nombre de pull-up. A la base il vient de la scène Dancehall et je trouve que cela se ressent.

Côté sélection rien à redire, c’est excellent. Blackboard Jungle lance du Roots Stepper bien dynamique avec des lignes de basse délicieusement physiques. On notera le passage d’une grosse bombe signée Anthony B, d’un recut du riddim ‘Shaka The Great’ qui avait aussi été joué à Paris à la Dub Station #50 (lire le report) ou encore d’un titre au mélodica qui nous vient encore des Italiens de Moa Anbessa.

04h30, l’heure de la last tune de la soirée a sonné. Blackboard Jungle nous joue l’une de ses dernières productions, un titre composé par les Nantais de RDH Hi-Fi et qui se nomme ‘Guide I&I’ (lire la chronique). Une pure bombe ! Du gros Stepper spatial calibré pour faire skanker, le genre de morceau qui vient puiser toute ton énergie en réserve à la fin de la session !

Big up aux artistes pour cette session de qualité ! Big up à Mediatone et Musical Riot pour l’accueil ! Et big up à mon acolyte Lyonnais et sa motivation sans faille lors de cette session !

Raphaël