Live Report – Massive’s Corner #41 – L’Akwaba, Châteauneuf de Gadagne (84)

Ce samedi 3 février 2018 avait lieu la 41e édition des Massive’s Corner à l’Akwaba dans le Vaucluse. Retour sur une belle soirée Dub avec au programme Kanka, Welders Hi Fi et leur sound system, ainsi que Walking Mess Sound !

Massive's Corner #41

Massive’s Corner #41

 

Les Massive’s Corner sont les soirées de résidence des Welders Hi Fi dans le Sud de la France, et ce depuis de nombreuses années. Après Iration Steppas et King Earthquake en 2017 c’est un artiste que l’on ne présente plus qui à fait trembler les murs de l’Akwaba pour cette 41ème édition, organisée en co-production avec l’association City Wall  (!) : Kanka. On y retrouvait aussi Jo Welders, membre du sound system Welders Hi Fi et accompagné de la talentueuse Sama Renuka, ainsi que les gars du Walking Mess Sound, un crew aixois qui porte bien son nom… Le tout sonorisé par la sono des Welders : 6 basses scindées en deux stacks.

Welders Hi Fi

Welders Hi Fi & Alex See

En bref c’est une belle équipe qui s’est retrouvée à Chateauneuf de Gadagne pour une soirée placée sous le signe de la bonne humeur, la camaraderie et une ambiance prodiguée en partie par la beauté du lieu et la qualité de accueil qui y est fait. Ouverture des portes à 21h00 et voilà que l’on s’approche déjà de la jauge maximale d’accueil ! 400 personnes ont fait le déplacement sans hésitation, un public de tout âge venu des quatre coins de la région pour partager un beau moment musical.

C’est sur warm up assuré par Jo Welders, Alex See et Byl Cake que s’ouvre la soirée. Les trois, amis de longue date, se partagent le set tune par tune et tour à tour, en respect de la tradition du dub fi dub. Entre vinyles et dubplates, classiques et exclusifs, la salle se remplit et très vite le public s’échauffe, impatient d’accueillir Kanka. Presque quatre heures de sélections tout à fait maitrisées ; on notera là une qualité de sélection en partie permise par les connaissances musicales accumulées par chacun au fil du temps, et en même temps, la bonne entente qui règne entre les trois sélecteurs qui se fait tout à fait ressentir et guide le public dans la direction souhaitée.

Niveau musique on a eu l’occasion d’apprécier quelques pépites musicales qui méritent d’être citées avec, du côté des Walking Mess, une mise en bouche tout à fait annonciatrice de la tenue de soirée. Démarrage sur des Roots bien connus ‘A True’ de Dennis Brown, et ‘Judgement Time’ de Mystic Eyes. Puis vient ‘Lost Temple – Stepper one’ avec Guru Pope, un Dub remarquable aux multiples versions toutes aussi lourdes les unes que les autres et tout droit sortie de leur large collection de dubplates, mais aussi la dernière sortie d’O.B.F ’Babylon is Falling’ avec Joseph Lalibela au vocal (lire la chronique), ou bien encore, la dernière sortie du label Tribe 84 en 7″, un cut de Don Fe, et des productions maison… En bref un mélange justement dosé de Roots, Dub Stepper et UK Dub.

Welders Hi Fi

Welders Hi Fi Sound System

Du côté des Welders on aura eu le plaisir d’entendre d’une part de nombreuses musiques issues des dernières sorties du label Welders Records sur lesquelles Sama Renuka a travaillé en collaboration avec Jo Welders ; de l’autre des classiques qu’on connaît bien des Welders :  » Spread some love  » une dubplate exclusive Welders chantée par Marcus Gad sur le riddim de « Jah Jah a di best«  jouée pour la première fois à l’occasion, ou encore ‘Sing and Pray’  d’Imperial Army Sound. On notera la voix soul et très justement posée de la chanteuse, une personnalité chaleureuse dotée d’une voix envoutante.

C’est alors que Kanka prend la main, accueilli comme il se doit par un public impatient, prêt à partager près de deux heures de set. Armé d’une spring reverb, delay et phaser, Kanka lit les pistes audio sur son PC avant de les envoyer sur sa table, pour un live act, une performance dans les règles de l’art. Un débat tenu en loge par la suite nous apprends que l’artiste est soucieux de la qualité sonore qu’il renvoie et ce notamment vis à vis du rapport qualité / niveau de décibel, un sujet qui fait pas mal parler dans le milieu du sound system et plus généralement de la performance live sonorisée. Ainsi Kanka nous délivre, fort de son expérience dans le milieu du sound system et en respect avec ses convictions, un live très appréciable qui a fait skanker tout un chacun ; qu’on aime ou pas, l’ambiance était là, la qualité aussi  ! On fait face ici à un artiste qui sait, avec une assurance mais une modestie certaine, mener son public là où il le souhaite et qui sait faire entendre sa vision du Dub.

Kanka a jonglé entre des classiques que l’on lui reconnait bien et qui ont, entre autre, permis sa renommée actuelle auprès du jeune public. Le fameux ‘Stepper Style’ par exemple ou bien encore le ‘Worries & Problem’ avec Echo Ranks… Entre autres ! On a pu entendre également des morceaux plus récents issus de ses dernières sorties comme ceux issus de l’album « Cool It  » sorti en 2017 par exemple ; un opus aux titres à tempo plus lent qui permettent une exploration en profondeur de la densité qu’apportent des lignes de basses tout à fait efficaces et qui viennent réellement contraster avec d’autres riddims. Kanka c’est aussi une certaine lourdeur des basses, sans pourtant tomber dans l’abus, et une originalité des beats toujours présente… Une véritable montagne russe auditive parfaitement contrôlé par l’artiste. Bref, un set tout à fait réussi pour lequel l’artiste n’a pas ménagé son énergie.

La soirée s’est terminée comme elle a commencée, en compagnie de Jo Welders et des Walking Mess pour un dub fi dub qui reprend sur les chapeaux de roue dès la sortie de Kanka avec le mythique ‘Zion Step’ du Scorcher Hi Fi Records mais aussi ‘Foundation’ de l’anglais I David qui sortira dans l’année sur le label Roots Youth, des productions à venir de Conquering Sound ou bien encore du Evermoor (des producteurs anglais à surveiller de très près !). Autant vous dire que le public n’a pas décroché, et ce jusqu’à la toute dernière tune !  Une soirée musicalement cohérente, riche en émotions et pleine de bonne humeur dont, je pense, on se souviendra !

Un grand merci à l’association City Wall et à l‘Akwaba Coop Culturelle pour l’accueil, on remercie également Kanka, Jo Welders ainsi que les Waking Mess pour leurs performances et bien sûr 400 remerciements aux 400 massives qui ont fait le déplacement ce soir-là et sans qui la soirée n’aurait pas été la même !

Live Report : Elise Gz
Photos : Waza Oussa, Alex See