Live Report – Outlook Festival 2016 – Pula (CRO)

Assurément ce qu’il se fait de mieux en matière de Dub et de Bass Music, Outlook est bien plus qu’un simple festival, c’est une expérience que nous avons eu la chance de pouvoir vivre de nouveau en ce début septembre 2016. Sea, Sound & Sun : Croatia here we go !

Pula Arena

Pula Arena

 

Lors de notre première virée à Pula en 2011 (lire le live report), nous nous étions principalement concentré sur les scènes attenantes au Fort Punta Christo, où se déroule le désormais cultissime Outlook Festival. Après plusieurs années d’abstinence, il était grand temps d’y retourner, afin de découvrir notamment les fameuses Beach Parties et l’immanquable soirée d’ouverture.

OPENING CONCERT :

C’est la principale découverte pour nous, qui n’existait pas encore lors de notre premier Outlook Festival : la soirée d’ouverture du mercredi soir. Rien d’exceptionnel en soi dit comme ça, sauf quand celle-ci a lieu dans un des lieux les plus surréalistes du monde, l’amphithéâtre Romain de Pula ! Vieille d’environ 2 000 ans, cette arène est l’une des plus grandes encore debout, pouvant accueillir des milliers de festivaliers, encore fallait-il y penser…!

Opening Concert

Opening Concert

C’est toute cette démesure qui nous frappe de plein fouet dès notre entrée dans ce magnifique site. Nous optons dès lors pour nous installer dans les gradins, face à l’immense scène qui trône dans la fosse. Il est presque 23h et le groupe de Hip-Hop américain Slum Village s’exécute, avant l’arrivée sur scène d’Iration Steppas, raison principale de notre présence.

Mark Iration déboule ce soir là accompagné de son fidèle MC Danman, de Murray Man et même de Charlie P qui fera une courte apparition. En attendant que les musiciens de Damian Marley s’installent, ils ont 30 minutes pour convaincre le public de rester après le show, car en plus d’assurer le warm up, c’est à cette fine équipe que revient l’honneur de clôturer cette soirée d’ouverture. Logique quand on sait qu’Iration Steppas est présent depuis les débuts du festival, et qu’il s’agit donc de son neuvième Outlook !

Toujours en forme, Mark enchaine les dubplates à tout va, et propose ensuite la version aux chanteurs, qui s’empressent de la rider. Entre ces différents exclusifs, deux productions nous enchanteront particulièrement nous français, ‘Gypsy Dub’ de Weeding Dub et ‘Mandela’ d’OBF. Quel plaisir d’entendre ces deux big tunes, de surcroit dans un cadre aussi majestueux !

La demi-heure vite écoulée, c’est le moment pour Damian « Jr Gong » Marley et ses musiciens d’entrer en piste. Très attendu, le dernier des fils de Bob a fait le plein de spectateurs, venu clairement pour assister à sa prestation ce soir là. Autant vous le dire, jusque là, les lives de Jr Gong ne nous avait jamais complètement convaincu, mais cette fois ci, nous nous sommes agréablement fait surprendre… Peut-être que le charme de l’amphithéâtre a fait son petit effet !

En tout cas, Damian était visiblement content d’être là, et ça se ressent dès son entrée sur scène sur le hit ‘Make It Bun Dem’, quelques minutes seulement après les premières notes du concert. Pas d’intro et de premières parties à rallonges, ça démarre bien ! Et la suite ? Une avalanche de hits, des reprises de son illustre père bien sûr (‘War / No More Trouble’, ‘Get Up Stand Up’ ou encore ‘Could You Be Loved’) et même de Dennis Brown et son fameux ‘Promised Land’. Au bout d’1h15 de live, Jr Gong s’éclipse, avant de revenir pour un rappel et terminer sur deux de ses titres les plus connus internationalement : ‘Road To Zion’ et ‘Welcome To Jamrock’. Un show rôdé et bien ficelé qui peux toucher autant les amateurs de Roots que de Dancehall, big up Mr. Marley !

A peine le temps de s’en remettre que Mark Iration Steppas et de nouveau derrière les platines, et envoie deux « commercial tunes », ‘Who Knows’ de Protoje et Chronixx, suivi de ‘Driver’ signé Buju Banton. Comme ils n’obtiendront pas le résultat escompté et qu’une partie du public a quitté l’amphithéâtre, Mark repart sur du Stepper, non sans avoir joué une dubplate de Michael Rose auparavant, ainsi que son titre favori du moment, l’excellent ‘Snap a Selfie’ de Ranking Joe et Mungo’s Hi Fi. En tant que fan d’Iration Steppas, on regrettera seulement ne pas avoir vu la configuration Live, comme ça l’était pourtant annoncé… On se rattrapera au Télérama Dub Festival !

The Beach

The Beach

 

THE BEACH :

Fermez-les yeux et imaginez-vous la mer, le soleil, le sable et en fond sonore du Reggae, du Dub ou de la Bass Music… Ça n’est pas un rêve, mais bien une Beach Party du Outlook Festival ! Et si je vous dis qu’en plus cette scène était sonorisé par les 2 puissants stacks des Dub Smugglers ? N’en jetez plus, The Beach est sans nul doute la scène la plus kiffante de tout le festival ! D’autant plus que la prog était cette année faite pour nous plaire.

Très peu annoncé, les festivités débutaient même le mercredi après-midi, avec un vrai marathon en guise de mise en bouche, et pas moins de 16 artistes et crews programmés ! La durée des sets est par conséquent très courte, 30 à 45 min par tête. Avant de nous rendre à l’Opening Concert, nous avons donc fait le plein de bonnes vibes avec les prestations Reggae de Sticky Joe, Bassline du DJ américain Jesse Rhizae, ou encore Stepper des finlandais de Ivah Sound.

Twinkle Brothers

Twinkle Brothers

Tout ça juste avant notre coup de cœur de l’après-midi, le live machine des italiens Wicked & Bonny. Bien que court, on a adoré l’énergie de leur set, ainsi que leurs productions Heavy Stepper, comme le terrible ‘Boom Sound’ avec Kali Green ou encore leurs remixes puissants du ‘Business of War’ de Pupajim ou du ‘Sun Is Shining’ de Bob Marley !

Si pour le reste du festival la programmation de la plage se voulait plus éclectique, nous retiendrons tout de même 3 superbes lives aux couleurs Dub et Reggae.

Le premier est celui des Twinkle Brothers, toujours ultra efficace. Le chanteur Norman Grant est entouré notamment de Dub Judah à la basse et de Blacksteel à la guitare, et on peut dire que ça joue ! Pendant 1h, ils nous ont interprétés un best of de leur immense discographie parmi lesquels les titres Repent’, ‘Rasta Pon Top’, ‘Jahovia’, ‘Faith Can Move Mountains’ avec en rappel – demandé par le MC du jour, Horseman – le terrible ‘Babylon Is A Trap’ de Dub Judah !

Juste après le Roots des Twinkle Brothers, ou plutôt bien après car très en retard, un concert parmi les plus attendus des festivaliers, celui de Gentleman’s Dub Club. Comme leurs prédécesseurs, c’est la seconde fois que nous les voyons à Outlook, et c’est toujours un plaisir ! Entre Reggae, Ska et Dub, la musique énergique de ce band anglais nous a conquis depuis longtemps chez Culture Dub. Bonne nouvelle, on devrait les voir prochainement en tournée dans toute la France !

Enfin le vendredi, juste après une big sélection de Doug des Mungo’s Hi Fi, nous avons particulièrement apprécié le fait de voir 2 français sur la scène perchée de The Beach, en l’occurrence Taiwan MC et son homme-orchestre S.O.A.P ! Leur prestation est toujours aussi carrée et aboutie, il semblerait que les anglais qui composent majoritairement le public aient également adoré… Et une belle occasion pour nous de réentendre en live les big tunes extraites des deux premiers EP de Taiwan MC. On attend avec impatience l’album, prévu le 7 octobre 2016 !

THE FORT :

De 21h à 6h du jeudi au dimanche, les festivaliers avaient rendez-vous au château et son vaste domaine, pour profiter d’une (ou plusieurs) des 8 scènes proposées ! En voici une rapide visite guidée.

Cette année, l’accès aux scènes se faisait par la plage (The Beach) qui borde le camping. Une implantation largement remaniée qui nous emmène directement à la scène principale, appelée The Clearing. Visuellement c’est beau, et on en prend plein les yeux mais aussi plein les oreilles ! Une soirée nous aura particulièrement régalé, celle du jeudi, spéciale Ram Jam du nom des mythiques soirées de David Rodigan. Après le bon show de Prince Fatty accompagné de Horseman & Shniece ou encore celui de l’upcoming artist jamaïcain Kabaka Pyramid, le King des Soundclashs a encore frappé, et même surpris en débutant par une sélection Dub et plusieurs pépites de King Tubby’s ! Suivi bien sûr d’une avalanche de dubplates… Give him some signal !

Mungo's Arena

Mungo’s Arena

Un peu plus loin sur la route du fort, une petite scène répondant au nom de The Den est installée, et ô surprise, elle est sonorisée par O.B.F Sound System ! Pour vous décrire un peu plus le lieu, une petite cabine toute en couleur et jeux de lumière est installée pour les DJs et sélecteurs, devant une petite arène entourée par les 3 stacks d’O.B.F composés de 3 scoops chacun. Niveau programmation, elle est on ne peut plus éclectique : Grime, Dubstep, Jungle, Footwork, Hip-Hop mais aussi Dub avec tout de même le vendredi soir une session de haute volée entre O.B.F, Mungo’s Hi Fi et Iration Steppas !

Nous poursuivons notre chemin et arrivons aux abords du château où nous retrouvons tout de suite nos repères, même 5 ans après ! Deux scènes y sont installés presque face à face : The Garden et Arija. Un peu plus haut, nous retrouvons une scène anciennement nommé Outside The Fort et devenu The Void, du nom de son fameux système de sonorisation. Là encore, des soirées à thème étaient proposées, hommage aux célèbres soirées londoniennes Just Jam et Hot Wuk, ou encore au label de Dubstep Deep Medi. Heavy !

Rentrons ensuite dans le Fort Punta Christo et ses mythiques scènes Ballroom au cœur du château, et The Moat (le fossé en français) où les amateurs de Drum & Bass et de Dubstep ont pris quartier. Non loin de là, The Stables mise aussi sur l’éclectisme entre Electro, Trap et Hip-Hop.

Et la meilleure (selon nous) pour la fin : la Mungo’s Arena, sonorisée comme toujours par Mungo’s Hi Fi et ses 2 superbes stacks ! Hormis le vendredi et sa soirée Dubstep/Footwork, le reste de la programmation était clairement orienté Dub & Reggae. Le jeudi c’était Walk’n’Skank du nom de la résidence hebdomadaire des Mungos, samedi Subdub pour les amateurs de Stepper, pour terminer dimanche en mode Roots & Culture avec Earl Gateshead du Trojan Sound System, Channel One et Jah Shaka, une nouvelle fois sous la pluie (cf live report du Outlook Festival 2011) ! Bref, un line up de malade, qui, même si il manque quelque peu d’originalité, aura ravi les amateurs du genre, nous y compris !

Vous l’aurez compris, Outlook Festival est LE festival incontournable pour les amateurs de Bass Music, même les réfractaires y trouveront leur compte, avec la possibilité de se concocter un programme exclusivement Dub ! Alors, si vous n’avez pas eu encore l’occasion d’y aller, foncez les yeux fermés, et rendez-vous l’année prochaine pour les 10 ans du festival !

Merci à Amy et à la team Bigbox, et big up à tous les artistes et frenchies croisés !

Live Report : Loob
Photos : LNA