Live Report – Reggae Sun Ska 2015 – Bordeaux (33)

Après vous avoir dévoilé nos premières photos de la 18ème édition du Reggae Sun Ska, il est grand temps pour Culture Dub de vous raconter plus en détail notre week-end du 7, 8 et 9 août 2015, qui s’est déroulé pour la plus grande partie du côté de la scène Dub Foundation… Report !

Lee Scratch Perry

Lee Scratch Perry

 

Commençons par le commencement : la découverte du site. Etape ô combien importante et excitante pour tout festivalier, celle-ci peut également s’avérer rédhibitoire… De ce côté là, même si l’on pourra toujours regretter le Médoc et ses vignes, le domaine universitaire de Bordeaux propose de nombreux avantages, notamment au niveau transport. Et puis, le terrain de foot où sont situés les deux grandes scènes cette année n’est pas sans nous rappeler le terrain des sports de Cissac-Médoc… Ah, nostalgie quand tu nous tiens !

Comme nous n’étions pas présents l’an passé, nous n’avions pas pu encore nous réjouir de la présence d’une scène Dub à l’intérieur du site. Situé près de l’entrée, ce rare espace ombragé du festival a accueillit 3 jours durant sound system addicts et dub heads. Et aux commandes de cet havre de basses et de good vibes, nos amis bretons du Legal Shot Sound System et leurs 3 stacks d’enceintes, sûrement ce qui fait de mieux dans l’hexagone actuellement. Restriction budgétaire oblige, cette scène Dub Foundation était d’ailleurs cette année la seule alternative aux lives des scènes Natty Dread et One Love, et pour nous notre choix numéro un, bien évidemment ! Ready to Dub ?!

Plongez directement dans l’ambiance en vidéo :

vignette

Video YouTube:

Reggae Sun Ska 2015 – Dub Foundation Aftermovie – © Culture Dub

publié par

 

DAY1 :

Nos accréditations presse récupérées non sans moindre mal (beaucoup de monde dans l’attente du précieux sésame), nous filons à l’espace Dub assister aux dernières minutes du set de Mayd Hubb et Joe Pilgrim. A voir leurs sourires sur le visage, nous comprenons qu’ils viennent de passer un bon moment, surpris même de voir autant de public de si bonne heure. Notre « Reggae Sun Dub » est bel et bien lancé !

Représenté par Disrupt et Speng Bond, le crew Jahtari prend alors le relai. Le set a pas mal évolué ces derniers temps, plus Early Digital que Reggae 8bit. Disrupt mixe sur console analogique ses propres tunes et celles des autres producteurs du label Jahtari (Naram, Colonel Mustards, Rootah…) et Speng Bond poursuit sur les versions avec énergie.

Retour au Roots ensuite avec Kingston 12, la surprise de la programmation de cette première soirée. Derrière ce nom se cache en fait Shinehead et sa compagne, DJ Papalotl. Une heure de sélections de Roots et Rub-A-Dub avec un Shinehead au micro déjà très en forme, on y reviendra plus tard…

La nuit n’est pas encore tombée quand la foule se fait de plus en plus nombreuse entre les murs d’enceintes de Legal Shot. La raison ? C’est l’heure pour la pétillante Soom T de rentrer en scène ! Bonne surprise, c’est le sélecteur Dub-4 qui l’accompagne et qui nous ravira de quelques dubplates, dont une toute fraiche de Pupajim sur ‘Overload Truck’. Quant à Soom T, après avoir démarré son show cachée derrière la control tower, elle finira debout sur une table, enchainant lyrics en rafale ! Shinehead et Speng Bond ne peuvent rester stoïques et s’empareront du micro sur plusieurs riddims dont le classique hip-hop ‘Insane In The Brain’ de Cypress Hill !

L’ambiance est clairement montée d’un ton, et ça tombe bien puisque c’est Legal Shot qui enchaine, avec leurs premiers guests MCs du weekend : Echo Ranks, Top Cat et Kenyon mais aussi Soom T, Shinehead, Speng Bond et Troy Berkley, toujours dans les parages ! Tout au long du festival, les bretons vont nous régaler avec des bigs sélections Roots, Rub-A-Dub et Digital et cette première session ne déroge pas à la règle. Matty, le sélecteur, et Paco l’opérateur, nous gratifieront également ce soir là de leur release à paraître prochainement : une big tune de Solo Banton et Echo Minott !

Pour clôturer en beauté la tournée des plages débutée 15 jours auparavant au festival Au Fil du Son (lire le report), Dubmatix, toujours accompagné de Volodia et LMK, a également convié Joe Pilgrim et Guive . Ce « Dubmatix All Stars » vient ainsi nous présenter en live le dernier album du producteur canadien « The French Session » (lire la chronique) mais aussi nous livrer quelques exclus dans une très bonne ambiance.

Les prestations s’enchainent et les styles aussi, sans pour autant perturber le public, entassé dans cette « petite » arène. It’s time to Dub, avec Vibronics et Madu Messenger ! Parvez finalement absent, Echo Ranks viendra accompagner le duo sur quelques titres. Un super set de Vibronics, à l’image du dernier album, « The Return Of Vibronics » (lire la chronique) avec un réglage au niveau des fréquences pour nous faire vivre le Dub comme il se doit !

Tellement bon, qu’ils grappillent quelques minutes au live tant attendu de Panda Dub et Tetra Hydro K, qui vont, une fois leur tour venu, connaître quelques problèmes techniques… Malgré ce faux départ, l’énergie de cette création inédite reprend le dessus et va enjailler la foule qui en aurait bien demandé un peu plus. But time is time, et il faut garder de l’énergie pour les deux jours qui suivent…

Toutes les photos du premier jour en cliquant ici ! 

Soom T

Soom T

 

DAY2 :

Après cette belle soirée d’ouverture, la pluie fait son apparition ce samedi… Non préparés pour affronter ces conditions climatiques, nous louperons malheureusement les premières prestations de la journée. Dès le retour des premiers rayons de soleil, nous filons rejoindre la Dub Foundation où se termine la prestation de Dubamix.

Pour réchauffer les massives avant le Dub Meeting qui se prépare, le duo newyorkais Tour de Force a franchit l’Atlantique. Bien leur en a pris, puisqu’ils récolteront de vifs applaudissements, mérités au vu de la qualité de leur set, oscillant entre Reggae Roots et Bass Music. Le chanteur Jay Spaker y est aussi pour quelque chose, n’hésitant pas à se présenter devant le public, debout sur les barrières !

Il est un peu plus de 20h30 quand Polak de Legal Shot s’empare du micro pour présenter ce qu’il va suivre : la rencontre entre deux des meilleurs sound systems français, j’ai nommé OBF et Legal Shot ! Et pour tenir pendant 6h, ils sont accompagnés de toute une flopée de chanteurs…

Honneur aux résidents de Legal Shot pour ouvrir cette rencontre amicale. Pas de soundclash ici, mais juste un duel de bonnes vibes ! Le premier à s’emparer du mic est le génialissime Shinehead dont la motivation a encore franchi un pallier depuis la veille ! Ce véritable show man change de voix à sa guise, imitant tour à tour Nitty Gritty, Michael Prophet ou Wayne Smith, pour en reprendre les meilleurs lyrics.

C’est le moment que choisissent deux autres légendes du sound system jamaïcain pour faire leur apparition à la Dub Foundation… Fraichement sortit de leur prestation sur la scène One Love, Josey Wales et Brigadier Jerry déboulent pour faire de ce début de soirée un moment d’anthologie. Charlie Chaplin absent, c’est donc Shinehead qui fera office de remplaçant, et quel remplaçant ! Le colonel et le général sont bien accompagnés et tout trois se relaient au micro avec brio. Three The Hard Way !

Après toutes ces émotions, on ferait bien une pause, mais pas le temps, puisque OBF enchaine ! Pour leur première apparition au Reggae Sun Ska, Rico et G sont surmotivés. Leurs 3 stacks sont débâchés, prêts à envoyer de la basse dans une arène pouvant contenir environ 2 000 personnes, mais croyez-moi ils sont beaucoup plus nombreux ce soir ! Trois MCs ont également fait le déplacement : Shanti D, Charlie P et Troy Berkley. Trois styles de voix complètement différents, mais qui se révéleront être très complémentaires.

Tous sont d’ailleurs présents sur l’excellent premier album d’OBF, « Wild » (lire la chronique), dont nous entendrons plusieurs extraits ce soir, avec bien évidemment les titres ‘Dub Controler’ de Charlie P et ‘Babylon’ de Troy Berkley live & direct ! Tout ça entrecoupé comme toujours de nouvelles dubplates et de big tunes inédites.

L’heure tourne, et les sets vont se resserrer passant ainsi à une demi-heure pour chaque crew. Tandis qu’OBF dégaine alors les big tunes comme le fameux ‘Mandela’ que tout le public reprend en chœur, Legal Shot invite une nouvelle voix de l’Histoire du Reggae à prendre le mic en la personne d’Al Campbell ! Le vétéran jamaïcain nous gratifiera de quelques uns de ses plus grands tubes, dont la big tune ‘Bad Boy’. Présents dans les loges depuis le début de la soirée, Ranking Joe et son « manager » General Lee iront aussi de leur passage derrière le micro. Wicked !

On en vient au traditionnel Dub Fi Dub, où chaque sound puise alors dans ses bacs à dubplates. Il est 2h du mat’, l’ambiance est à son apogée, Stephen Marley et son crew viennent même assister à ce qui est en train de se passer ! Mais soudain, pour paraphraser une célèbre émission TV : « et là, c’est le drame »… La coupure d’électricité ! Non sans conséquence, puisqu’en plus d’abréger cette session d’anthologie, les deux sound systems ont cramés des amplis… Tout le monde rentrera tout de même avec le sourire, conscient d’avoir assister à quelque chose de magique ce samedi soir…

Toutes les photos du second jour en cliquant ici ! 

Shinehead

Shinehead

 

DAY3 :

La météo n’est pas stable ce dimanche, mais la magie du Reggae opère : à l’ouverture des portes le soleil est bel et bien présent ! Réparée avec les moyens du bord, la sono de Legal Shot est de nouveau opérationnelle pour accueillir les premiers lives de cette dernière journée de festival.

Culture Dub Sound et Sista Bethsabée ont ainsi l’honneur d’ouvrir le bal devant une audience qui grandira au fur et à mesure du set. Difficile pour nous d’être objectif, mais en tout cas, ce fut un bonheur de jouer avant les légendes du Dub qui nous ont tous inspirés à Culture Dub : Lee « Scratch » Perry, Mad Professor et Jah Shaka !

Avant ça, la scène française est à l’honneur avec les DJs de L’Entourloop, accompagnés par LMK, Troy Berkley et le rappeur sénégalais Thioum C. Véritable invitation à la danse, leur show est un joli mélange de Reggae et de Hip-Hop aux influences Swing et Trip Hop. Dans la même veine musicale, le jeune chanteur Volodia prend la suite, accompagné par le DJ de son crew Phases Cachées.

A 19h30, le Reggae traditionnel reprend ses droits, avec le dernier passage des résidents de la Dub Foundation, les increvables Legal Shot ! Après une timide apparition la veille, Ranking Joe vient cette fois faire le spectacle grâce à ses gimmicks légendaires. C’est là l’essence même du sound system : une platine vinyle et un deejay, une big tune suivit de sa version !

L’histoire de notre musique préférée se déroule sous nos yeux, car c’est l’heure pour Mad Professor de prendre en main potards et faders. Une rapide introduction, et la légende fait son entrée, celui qui a révolutionné le Dub en Jamaïque, Mr Lee « Scratch » Perry ! Toujours aussi extravaguant, il s’empare de son micro personnel et monte instantanément sur le praticable prévu à cet effet.

Depuis de (trop) nombreuses années, Lee Perry ne mixe plus, préférant prêcher sa bonne parole à ceux qui l’entendent, et surtout le comprennent ! Alors bien sûr on aimerait le voir s’agiter derrière une console comme au temps du Black Ark Studio, mais cette folie qu’il dégage et les poésies qu’il déclame ne peuvent que nous toucher. Respect !

Dans un style complètement différent, lui aussi a marqué de son empreinte l’histoire du Dub, il est la référence du sound system UK, Jah Shaka vient clôturer cette 18ème édition du Reggae Sun Ska ! Ce n’est un secret pour personne, pour mettre Shaka dans de bonnes conditions, il faut lui accorder au minimum 3h de set et c’est ce à quoi nous aurons droit. Passé le traditionnel warm up, le « Mighty Zulu Warrior » s’empare du micro, c’est bon signe ! Peut-être est-ce dû à la présence de Ranking Joe à ses côtés le temps d’un morceau ?

Anyway, Jah Shaka est en forme et va nous livrer une superbe prestation, jouant comme à son habitude ses « Shaka tunes » de la première seconde à la dernière. À 1h30 sonne déjà le glas, l’heure pour Jah Shaka de poser son dernier vinyle, le terrible ‘Jah Jah Thank You’ de Moa Anbessa (lire la chronique). Lui comme nous en auraient bien pris plus, mais toutes les bonnes choses ont une fin, et celle-ci en était une excellente.

Toutes les photos du troisième jour en cliquant ici ! 

Ranking Joe

Ranking Joe

 

Ainsi, s’achève le Reggae Sun Ska, l’un des meilleurs crûs auxquels nous avons assisté, grâce évidemment à la présence d’une scène Dub Foundation de grande qualité, représentant les nombreux courants du Dub, des légendes qui en ont écrit l’Histoire à la nouvelle génération. Preuve si il en était encore besoin, que le Dub vit, et qu’il peut également contribuer à remplir des festivals d’une telle envergure (48 000 entrées sur 3 jours).

Nous tenons à remercier toute l’équipe du Reggae Sun Ska et Music Action pour leur travail, Legal Shot Sound System pour leur accueil et leur professionnalisme, et tous les artistes et potes croisés durant ces 3 jours. Big up et à l’année prochaine !

Live Report & Vidéo : Loob
Photos : LNA & Margaux Dub