Live Report – Rototom Sunsplash 2015 – Benicàssim (ES)

C’est le festival incontournable pour tout fan de Reggae au sens large, et bien sûr pour celles et ceux qui aiment le Dub ! Retour sur la 22ème édition du Rototom Sunsplash avec le récit de Johann pour Culture Dub.

Main Stage

Main Stage

 

8 jours de festival, 6 scènes (7 avec celle installée sur la plage, sans compter les autres espaces comme la scène Jumping ou encore le Black Temple Corner où était installé le restaurant et une partie de la sono de Legal Shot), 250 000 personnes venues de 73 pays différents, plus de 200 concerts, des activités diverses et variées tout au long de la semaine… Ces quelques chiffres impressionnants montrent l’ampleur qu’a pris le Rototom Sunsplash au fil des ans. Pour mon 4ème Rototom, je vais essayer de vous raconter comment est ce festival, qui est devenu un incontournable pour moi !

Par où commencer… Déjà le lieu, Benicassim, une petite ville pas loin de Valence, au climat agréable (bien qu’on ait eut moins chaud cette année que d’habitude), tranquille, parfaite pour un festival reggae !

Ensuite le festival, une grosse machine, donc une excellente organisation, avec des bus organisés pour amener les festivaliers directement du site à la plage ou dans le centre-ville, un camping avec tout le nécessaire, douches, toilettes (propres les 8 jours, je n’ai jamais vu ça en France personnellement !), restauration, petit marché pour acheter les produits de base, avec comme nouveauté cette année une pharmacie et des machines à laver. Autant dire pour ceux qui n’avaient pas envie de bouger que tout était à disposition pour tenir 8 jours sans problèmes ! Sur le site du festival ensuite, de la nourriture du monde entier (Jamaïque, Afrique, Asie…), des stands où l’on peut acheter souvenirs, vêtements, disques, et donc 6 scènes. Et il y en a pour tous les gouts :

  • la Main Stage, où se déroulent les concerts des légendes du Reggae,
  • la Showcase, où passent les stars de demain et beaucoup de groupes du monde entier (Brésil, Argentine, France, Belgique, Espagne, Canada, Pologne entre autres cette année),
  • la Dancehall, qui accueille les grands du genre, et où il y a aussi des cours de danse, grosse ambiance garantie !
  • le Ska Club, pour les amateurs du style,
  • le Roots Yard, où viennent jouer des DJs du monde entier
  • et enfin la Dub Academy, qui fait trembler le sol pour notre plus grand plaisir !

Comme je vous l’ai dit, cette année il y avait aussi une petite nouvelle, la scène Jumping, où était plutôt programmé Jungle, Drum & Bass… À ce que j’ai compris car je n’y suis pas allé, trop d’occupations ailleurs ! Ajoutons également la Sunbeach, qui comme son nom l’indique est la scène installée sur la plage, où se tenait des cours de dancehall, et où des artistes programmés sur le festival venaient ambiancer la foule. Les pieds dans l’eau à écouter du Reggae, un des meilleurs endroits du festival pour nombre de festivaliers !

En plus de tout ça, on trouve aussi divers espaces intéressants, comme le Social Forum avec des débats sur la société et le monde dans lequel on vit ; la Reggae University avec des conférences des artistes qui jouaient le soir ou encore des projections de films ; le Magicomundo et le Rototom Circus, des espaces plutôt dédiés aux enfants et aux artistes jongleurs, acrobates, etc. ; le Vivir la Energia, avec des cours de yoga par exemple ; ou encore l’African Village, avec des cours de chants ou de danses africaines. Autant dire qu’il est impossible de s’ennuyer pendant 8 jours ici !

Reggae University

Reggae University

 

Maintenant que le décor est planté, place à la musique ! Personnellement, mon festival s’est essentiellement déroulé sur 2 scènes, la Main Stage, et bien sûr la Dub Academy, avec quelques passages par la Dancehall pour voir Cutty Ranks notamment, et par la Showcase, les concerts de cette scène finissant à 8 heures du matin, 6 heures pour les autres. J’ai vu sur cette scène Delfines de Etiopia, des argentins que je voulais voir depuis un moment, Jah Revelation, qui était parfait pour voir le lever du soleil en musique, ou encore Bituaya du Venezuela. Pour le reste, on pouvait voir des groupes comme Broussaï, The Banyans, Flavia Coelho, Atomic Spliff ou encore Sara Lugo parmi tant d’autres.

La Main Stage débutait à 20h45, avec 4 groupes par soirée en général, 5 maximum. La première soirée débutait bien avec Junior Marvin & His Wailers, qui a fait revivre les chansons de Bob Marley, puis sont venus Naâman et Popcaan que j’ai moins aimé, puis le gros concert de la soirée, celui de Super Cat, qui nous a livré une grosse performance pour un de ses premiers concerts en Europe !

Le dimanche on a vu Josey Wales en grande forme avec Brigadier Jerry, puis Hollie Cook, une de mes très bonnes surprises du festival que je voyais pour la première fois. J’ai beaucoup aimé son univers assez planant en live… Ensuite, c’était Chambao, une chanteuse espagnole plutôt Flamenco que je n’ai presque pas vu, et Jah Cure, sympa mais sans plus.

Le troisième jour débutait bien avec The Pioneers, un groupe de Rocksteady qu’on ne voit presque jamais en France et c’est bien dommage, puis les néo-zélandais de Katchafire, et enfin l’apothéose avec Bunny Wailer, qui était un des artistes que j’attendais le plus et qui ne m’a pas déçu, avec tous ses classiques. Un des meilleurs concerts du festival pour moi.

Bunny Wailer

Bunny Wailer

 

Ensuite ça se gâte, puisque c’est Major Lazer qui clôturait la soirée. C’est sans doute le concert où il y a eu le plus de monde, mais pour moi ce concert ne présentait aucun intérêt, c’était plus un gros show digne d’un festival Electro ou Dance qu’une prestation qui ressemblait à du Reggae, j’ai donc arrêté le massacre au bout de 4 chansons et suis parti vers la Dub Academy !

Le quatrième jour débutait très fort, avec Clinton Fearon, un moment magique, puis un peu de musique africaine avec Sierra Leone’s Refugee All Stars. Une des stars du Reggae Espagnol avec Morodo, et enfin Barrington Levy en fermeture qui m’a un peu déçu avec ses pull up incessants.

Le lendemain on débutait avec du Dancehall puisque c’est Cham qui ouvrait, pas spécialement mon style mais j’ai quand même bien aimé son concert. Puis, c’était au tour de Shuga, suivit de Kiril Dzajkovski, qui mélange musique des Balkans et Électro, et enfin Capleton. Pas toujours fan de ces prestations, j’ai trouvé celle-çi terrible, moins de pull up que d’habitude, une bonne sélection de chansons, et puis rien que pour le morceau a capella incroyable qu’il nous a chanté, ça valait le coup !

Le sixième jour (déjà… on ne voit pas le temps passer là-bas !) commençait avec Bad Manners, un groupe anglais plutôt Ska et Rocksteady, un bon concert. Puis c’était au tour de Uwe Banton et Africa Unite, deux concerts qui ne m’ont pas spécialement emballé, et pour finir le projet Cantando a Marley qui fermait la soirée, un concert de reprise des chansons de Bob Marley par des artistes espagnols. J’ai regardé le début mais je n’ai pas trouvé ça terrible encore. Soirée assez moyenne sur la Main Stage ce jour-là.

Déjà l’avant-dernier jour et là par contre grosse soirée, avec Aswad en ouverture qui nous livrera un bon concert, les espagnols de Green Valley et les italiens de Mellow Mood qui nous feront deux concerts remplis d’énergie, pour terminer avec superbe show de Macka B et le légendaire Lee Scratch Perry, qui avec son style inimitable m’a encore une fois bien plu !

Dernier jour, et polémique sur la Main Stage avec l’annulation de la prestation de Matisyahu qui a été relayé un peu partout sur Internet les jours précédant. Mais surprise ce samedi, on apprend finalement que Matisyahu sera finalement présent. Avant cela, Etana a ouvert la soirée avec sa voix magnifique qui m’a enchanté. Ensuite c’est The Uprising Roots qui a pris le relai pour un très bon concert dans style plus Roots. Protoje débarque après, très attendu par le public et qui n’a pas déçu, livrant tous ses tubes.

Puis vient donc le tour de Matisyahu, accueilli par des sifflets et des drapeaux de la Palestine. Cependant, il ne s’est pas démonté et a fait son concert, une partie du public était d’ailleurs content de pouvoir l’entendre. Pour ma part, en dehors de cette polémique, je n’ai pas trouvé son concert génial. Il a une belle voix mais ça manquait d’énergie, il faudrait peut-être que je le revois dans d’autres circonstances pour me faire une véritable idée. L’honneur était fait à SOJA de clôturer la Main Stage pour cette édition 2015, mais ce fût un concert assez décevant, avec des problèmes de son et ça manquait un peu d’énergie de la part du groupe.

C’est donc une édition qu’on peut qualifier de mitigée sur la Main Stage à mon gout… Bien qu’on ait pu voir de très bon concerts, je suis quand même resté sur ma faim. Cependant il en faut bien sûr pour tout le monde, et de ce point de vue c’était plutôt réussi ! Heureusement pour moi, il reste la Dub Academy, et elle ne nous déçoit jamais !

Blackboard Jungle Sound System

Blackboard Jungle Sound System

 

Au contraire du Dub Camp (lire le report), au Rototom un seul crew va sonoriser l’endroit toute la semaine, et c’est chez nous que les organisateurs se sont tournés puisque c’est Blackboard Jungle, comme depuis quelques années maintenant, qui a été désigné ! Ils sont donc arrivés avec leur magnifique sono, qu’ils ont disposé en triangle, avec 3 fois 8 scoops, propre !

Un grand coup de chapeau à nos marathoniens du Dub. Nico et Mc Oliva ont été magiques pendant les 8 jours, puisqu’ils ont joué quasiment tous les soirs, tantôt accompagné de Don Fe, tantôt de Daba Makourejah, tantôt de Noel Ellis qui a été énorme, et tantôt aussi… d’une enfant, sûrement un membre de la famille, qu’on a vu s’avancer et prendre tranquillement le micro une chanson, la relève arrive de plus en plus tôt ! Roots, Steppa, Warrior, tout y est passé avec eux, on a entendu du Sizzla comme du Burning Spear, des tunes obscures, et leurs nouvelles productions, dont leur 12″ qui vient de sortir avec RDH. Les artistes qui se sont produits avec eux étaient aussi au niveau, Noel Ellis comme on l’a dit a été très fort, Don Fe s’est aussi joint à eux en faisant plusieurs apparitions dans la semaine, Daba Makourejah également en faisant entendre sa superbe voix, sans compter bien sûr Mc Oliva qui a été au top vocalement pendant 8 jours, ce qui n’est pas rien !

Parmi les prestations qui m’ont particulièrement marqué je citerai Mad Professor, malgré ma fatigue et le fait que je n’ai pas vu la fin j’ai beaucoup aimé sa session. Iration Steppas évidemment, en configuration live set avec Dennis Rootikal à la basse, Tena Stelin et Jazzbo au micro, super moment, ils nous ont joué une bonne partie de leur dernier album « Dub Arena » (lire la chronique), notamment des versions destructrices de ‘UTW’ et ‘Jah Spirit’ !

Mais la grosse session de la semaine revient pour moi à Aba Shanti I. Le thème de sa prestation était « strictly 90’s style », c’était dingue ! La soirée ne débutait pourtant pas très bien puisqu’une grosse averse est tombée pour le début de sa prestation, mais ça s’est vite calmé et Aba a vite réchauffé l’ambiance en nous envoyant du très lourd pendant 3 heures !

Aba Shanti I

Aba Shanti I

 

Il nous faut aussi mentionner la rencontre entre Mungo’s Hi Fi et Charlie P et Classic Wonder Veterans, le sound attitré de Solo Banton. On a pu entendre de nombreux classiques, ‘Dub Controller’, ‘Dancehall school’, ‘Police Brutality’, ‘Bike Rider’… Pour se terminer en dub fe dub, où Classic Wonder a notamment enchaîné 4 dubplates à la suite de Burning Spear !

Côté français j’ai aussi pu voir un petit peu OBF, qui a enflammé la foule avec l’énorme ‘Mandela’, sur lequel Charlie P est d’ailleurs aussi venu poser, ou encore ‘Style & Fashion’ pour finir leur set.

Le fils d’Aba Shanti, Ashanti Selah était aussi présent pour une bonne session Roots UK, il n’est pas encore au niveau de son père mais c’est prometteur !

Pour les espagnols, Don Fe a joué le premier jour accompagné de Prince Jamo, avant de revenir tout au long de la semaine. Sa prestation avec Prince Jamo aura aussi été excellente, j’ai encore en mémoire ce final de fou avec ‘Wheep not’, ‘Stepper Style’ de Kanka avec bien sur la partie à la flûte de Don Fe, et ‘Make It Bun Dem’ de Damian Marley, génial !

Tellement de morceaux ont été joués dans la semaine qu’il est difficile de tout se remémorer…! Je garde également un bon souvenir du Arise Sound System, un autre crew espagnol, de Shiloh Ites et Dan I Locks, de Greenlight qui a notamment joué la big tune ‘Turn up the Amplifier’ avec Macky Banton au micro. Et j’ai aussi été content de revoir Bush Chemists, qui ont terminé leur set sur un énorme ‘Stars Dub’. Sans oublier le passage d’Iration Steppas et de Charlie P à la plage où ils ont aussi assuré avec du Chronixx, Protoje et des morceaux bien plus warrior !

Vous l’aurez compris, cette Dub Academy 2015 était encore une grande année, beaucoup de grands moments et de très belles découvertes, une sono au top, Blackboard Jungle fait clairement partie des références internationales maintenant, grand respect pour eux d’avoir fait les 8 jours de festival, on espère les revoir l’année prochaine !

Iration Steppas

Iration Steppas

 

Cette 22ème édition de Rototom Sunsplash, malgré une programmation moyenne sur la Main Stage selon moi, restera malgré tout encore une fois une très bonne édition ! J’attends cette semaine d’août toute l’année, et une fois là-bas c’est toujours le bonheur, une bonne ambiance au camping, du respect entre tous, une programmation en quantité tellement impressionnante qu’il est impossible de ne pas trouver un endroit sur le site du festival pour se poser et écouter de la bonne musique ! Du soleil, la plage, bref c’est la semaine à ne pas rater, les habitués qu’on croise tous les ans le savent déjà, maintenant pour ceux qui ne connaissent pas encore le festival, foncez, vous ne serez pas déçu !

Je finirai en remerciant bien sûr les organisateurs du Rototom et Culture Dub de m’avoir permis de vivre le festival un peu différemment cette fois, il est difficile de retranscrire exactement comment la vie se passe là bas mais j’espère que vous pouvez au moins l’imaginer un peu !

Live Report : Johann
Photos : DR et Johann pour Culture Dub

Plus de photos sur le site du Rototom en cliquant ici !