Live Report – Rototom Sunsplash 2017 – Benicassim (ES) – Part.1

Le Rototom Sunsplash célébrait sa 24ème édition du 12 au 19 août 2017 à Benicassim en Espagne. Au programme, 8 jours de vacances au rythme du Reggae, avec comme toujours une programmation impressionnante qui aura réuni des milliers de festivaliers venus du monde entier ! Découvrez la première partie du live report signé Johann pour Culture Dub !

Rototom Sunsplash 2017

Rototom Sunsplash 2017

 

C’est le rendez-vous majeur de l’été pour de nombreux fans de Reggae, le Rototom Sunsplash est de retour ! Comme depuis plusieurs années maintenant après avoir été contraint de déménager d’Osoppo, direction Benicassim, au sud-est de  l’Espagne, pour voir un véritable village se créer et vivre en communauté pendant 8 jours. Le thème de cette année était : « Celebrating Africa », on retrouvera donc de nombreux artistes africains sur les différentes scènes, en plus du traditionnel African Village sur le site du festival chaque année. Sur le camping, pour ceux qui ne sont jamais allés à ce festival, tout est prévu pour le confort de tous : toilettes, douches, marchés, service pour laver son linge, stand de restauration… on ne manque de rien ! La plage est également toute proche, à environ 20 minutes à pied, mais il y a également un système de bus mis en place pour y accéder plus vite.

Côté musique c’est tout simplement énorme, avec pas moins de 10 scènes !

  • Main Stage : la scène principale,
  • Lion Stage : qui accueille également des artistes confirmés ainsi que des artistes qui commencent à se faire un nom,
  • Dancehallpour les amateurs du genre,
  • African Villageoù se déroulent des concerts mais aussi de nombreuses activités,
  • Roots Yardoù des DJ’s venus du monde entier viennent jouer
  • Caribbean Uptempo : plutôt orientée Ska
  • Jumpingavec des styles divers
  • Sunbeach : sur l’une des plages de Benicassim
  • Solé Reggae Beachsur une autre plage
  • Dub Academy : une des scènes qui nous intéresse le plus bien entendu !

En plus de ça, de nombreuses activités sont programmées tout au long de la journée, cours de danse africaine sur le site du festival ou de dancehall à la plage, projections de films, conférences d’artistes, débats, cours de yoga, cours de cuisine, le Rototom Circus pour occuper les enfants… on trouve toujours quelque chose de nouveau à faire !  Maintenant que le décor est planté, place à la musique !

 

Blackboard Jungle

Blackboard Jungle

 

Jour 1 :

Après une première soirée le vendredi sur le camping animée par Greenlight Sound System, le festival ouvre officiellement ses portes ce samedi ! Je débute ma journée en assistant au cours de danse africaine, donnée par Los Hermanos Tiouné à l’African Village, avant de me rendre à la Main Stage pour le début des concerts.

Ça commence très fort d’ailleurs, puisque ce sont les Twinkle Brothers qui ont l’honneur d’ouvrir le festival ! Les charismatiques frères Grant vont nous livrer un superbe concert, avec des musiciens toujours au top, notamment Dub Judah à la basse. Les deux frères vont nous interpréter quelques uns de leurs plus grand classiques, parmi lesquels ‘Since I Throw The Comb Away’, ‘Jahovia’, ‘Repent’, ‘Barabas’, ‘Faith Can Move Mountains’, ‘Free Africa’ ou ‘Rasta Pon Top’, pour débuter le festival on ne peut pas rêver mieux !

Je fais ensuite mon premier passage par la Dub Academy. Comme tous les ans, c’est Blackboard Jungle qui sonorise l’endroit, bien que l’on verra par la suite qu’il y a un changement pour le dernier jour… Le crew a installé 3 stacks, on remarque aussi par rapport à l’année dernière (lire le live report) de gros caissons installés tout autour, afin de réduire le bruit sur les autres scènes et sur le camping, ce qui fait que l’endroit est plus petit que les autres années.

C’est logiquement Blackboard Jungle qui joue quand j’arrive, Nico et Oliva sont en train de terminer leur premier passage avec des tunes Roots comme ‘Heart Made Of Stone’ des Viceroys ou encore deux titres de Dennis Brown… On aura l’occasion de retrouver le crew plus longuement plus tard dans la soirée et au cours des prochains jours !

Retour ensuite sur la Main Stage, pour aller découvrir Nkulee Dube. Ce n’est autre que la fille de Lucky Dube, un des plus grands artistes de la scène Reggae en Afrique qui s’est malheureusement fait assassiné il y a quelques années chez lui en Afrique du Sud… Nkulee Dube va livrer une belle prestation, avec notamment le titre ‘Love The Way You Are’. Un concert avec beaucoup d’énergie et une belle découverte, puisque dans la famille Dube je ne connaissais que le père jusqu’à maintenant !

Kibir La Amlak

Kibir La Amlak

Nouveau bref passage ensuite vers la Dub Academy, pour assister à seulement 3 titres de Adala, un jeune artiste catalan que j’avais déjà pu découvrir à l’International Dub Gathering (lire le live report) et qui devrait vite faire parler de lui en dehors de l’Espagne. Puis c’est ensuite un embouteillage de concerts, puisque 3 artistes qui m’intéressaient se produisaient en même temps !

Je décide d’aller voir un peu des trois, en commençant par celui qui jouait sur la Lion Stage, à savoir Lyricson. Le temps d’entendre quelques big tunes du chanteur, notamment ‘Chosen Ones’, ‘From The Beginning’, ‘Bad Load’ ou une courte reprise de ‘Jah Jah City’ de Capleton, avant d’aller sur la Main Stage voir là aussi quelques morceaux de La Pegatina.

Les barcelonais (qui comptent aussi deux français parmi eux) ne sont pas un groupe de Reggae, mais propose une musique métissée dont la scène musicale de Barcelone regorge, qui pour ma part me plaît. J’aurai pu entendre les morceaux ‘No Som D’Aqui’, ‘Mamma Mia’, ‘Me Gustas Tu’ ou encore ‘La Voisine’. Comme je l’ai dit, c’est un groupe que j’aime beaucoup, mais j’avoue avoir eu un peu de mal à rentrer dans leur concert, ce n’était peut-être pas le bon endroit pour les (re)voir où l’ambiance est différente de leur musique, je les préférerai à coup sûr la prochaine fois que je les verrai sur un de leur concert !

Le troisième artiste qui m’intéressait sur ce créneau horaire était Kibir La Amlak, qui jouait sur la Dub Academy. J’arrive donc lorsque JT a déjà commencé son set, mais pendant que je le verrai il jouera tout de même live quelques unes de ses meilleures tunes, notamment ‘Mental Freedom’, ‘Activation Time’ de Nish Wadada, ‘A Luta Continua’, ou encore une tune avec Ashanti Selah. Ce fût un peu rapide mais de ce que j’ai pu voir JT aura assuré un set de grande qualité que j’espère pouvoir revoir plus longtemps prochainement !

Le dernier concert sur la Main Stage ce soir était celui de Steel Pulse. L’un des plus emblématiques groupes du Reggae UK a une fois de plus assuré un concert efficace, avec des titres comme ‘I Spy’ ou l’inusable ‘Steppin Out’, et vient conclure à merveille cette première soirée riche en bons moments sur cette scène !

La fin de ma soirée se déroulera sur la Dub Academy, avec Freedom Masses pour commencer. Le crew de Manchester va nous proposer une session terrible, avec des big tunes comme ‘Reparation’ de Keety Roots, un mix Steppa du classique ‘Stone’ de Prince Allah avec une part 2 et une part 3, et une énorme last tune de Ubik… On a d’ailleurs remarqué la présence de Goldy du Ubik Sound System dans le public, il aura apprécié !

On retrouve ensuite Blackboard Jungle pour finir la soirée, avec pour la première fois Emeterians pour jouer avec eux. Emeterians est un crew de Madrid qui joue du Reggae depuis 2004. Cette rencontre entre les deux crews va nous donner une belle session là aussi, avec des tunes comme ‘Mistry Babylon’ de UK Principal et la version de Barry Issac ‘Rastafari Army’, qui est un des anthems de l’été joué par de nombreux crews ! On entendra aussi des titres de Dixie Peach, Donovan Kingjay sur le riddim ‘Cyan Tan Ya’ de Jerry Lionz, une nouvelle production de Blackboard Jungle avec au vocal Judah Eskender Tafari, ou encore la tune de Sista Aniya ‘Now I Know’ présente sur la compilation « Frenchtown Hifi volume 2 » (lire la chronique). La soirée se terminera vers 6 heures, pour une première journée on peut dire que ça commence très fort !

 

The Women Soldiers

The Women Soldiers

 

Jour 2 :

J’attaque le deuxième jour sur la Main Stage, avec deux trios qui ont marqué l’histoire de la musique jamaïcaine : The Heptones et The Silvertones. Ce sont les Heptones qui se présentent les premiers sur scène, et qui nous renvoient dans les années 60, lorsque le Rocksteady et le Ska dominaient en Jamaïque. Ils interpréteront des morceaux comme ‘Chose A Colour’, leur hit ‘Fatty Fatty’ ou encore ‘Book Of Rules’. Un superbe concert du trio. Puis ce sont les Silvertones qui prennent la relève, backé par le même groupe que les Heptones. Je connais moins leur répertoire, mais ce fût aussi un très bon concert Rocksteady et Ska, une des plus belles périodes de la musique jamaïcaine !

Mahom

Mahom

Petit détour ensuite vers la Dub Academy, pour voir quelques morceaux de Dub Engine. Venus d’Italie, ça commençait fort avec du Steppa bien puissant, dommage qu’ils ne soient pas passés plus tard je les aurais bien écouté plus longtemps !

Sur la Main Stage, c’est maintenant Seun Kuti qui joue. Fils du légendaire Fela Kuti, l’artiste m’aura fait découvrir son univers musical, fait d’Afrobeat, de Jazz et de rythmes africains. Comme pour Nkulee Dube hier je ne connaissais que le père, il est temps que je m’intéresse aux enfants de ces grands artistes !

Retour ensuite à la Dub Academy, où Charlart 58 est maintenant au contrôle, avec une équipe 100% féminine de chanteuses pour l’accompagner, renommée « Women Soldiers ». Cette équipe est composée de Sista Awa, Matah, Emma Youth, Sista Mery Jane, Belén Natali et I-Leen, qui vont toutes se relayer au micro avec talent. Mention particulière tout de même pour Awa de mon point de vue, qui a littéralement enflammé une des versions qui lui a été proposé, terrible !

Shaggy venait conclure la soirée sur la Main Stage. C’est un artiste que l’on peut voir assez régulièrement au Rototom, aussi je ne m’y suis pas trop attardé, le temps d’entendre son tube ‘Angel’ et quelques tunes Dancehall, avant de retourner finir ma soirée à la Dub Academy.

Programme français pour ce soir, avec d’abord Ondubground. Le crew va jouer un remix Steppa du ‘Business Of War’ de Pupajim, ‘Inna Sky’ de Marcus Gad sorti sur le dernier album d’Ackboo, un titre de Brother Culture, ainsi qu’un nouveau remix, cette fois du titre ‘Back Again’ de Danakil, toujours en version Steppa, pour un très bon set d’Ondubground !

C’est ensuite Mahom qui va jouer, pour la première fois au Rototom, et ils n’auront pas été déçu ! Ils joueront plusieurs morceaux de leur dernier album « Fell In » (lire la chronique), notamment ‘Soul Fire’, le terrible ‘Nine Lives’, ‘Dub In Faluja’, tout en alternant avec des morceaux plus anciens comme ‘Trouble Of The World’ ou ‘Trickin Upon The Track’. On aura aussi la chance d’entendre un nouveau morceau de Joris et Toinou intitulé ‘Parfum D’été’, ainsi que les deux morceaux sortis sur le label Culture Dub Records ‘Bad Boy’ et ‘Big Bad Zoo’ (lire la chronique). La last tune sera ‘Deep In Your’, pour un nouveau set très réussi et rempli d’énergie de Mahom !

Blackboard Jungle se chargera de conclure la soirée. Ils ne disposaient que de trente minutes, et les ont parfaitement mises à profit en enchaînant les big tunes, notamment le riddim de ‘Roots & Culture’ de Mikey Dread, le terrible ‘Flatron’ de I-Tist et en last tune pour ce soir une production de Blackboard Jungle, l’énorme ‘Hiboo’ avec RDH, courte session mais intense pour Blackboard Jungle, qui vient terminer la soirée en beauté !

 

Inna De Yard

Inna De Yard

 

Jour 3 :

En ce troisième jour je vais passer mon après-midi sur le site du festival, et plus particulièrement à la Reggae University. Il y avait d’abord la projection du film « Rockers », sorti il y a 40 ans mais dont on ne se lasse pas de voir, puis il y avait ensuite une rencontre avec le groupe Inna De Yard qui venait nous parler de leur nouvel excellent album « The Soul Of Jamaica » (lire la chronique).

Ce sont ces mêmes Inna De Yard que l’on retrouve pour les débuts des concerts sur la Main Stage le soir. Le groupe est composé ce soir de Cedric ‘Congos’ Myton, Kiddus I, Winston McAnuff et son fils Kush, Var, Bopee, Wormbass et Robbie Lyn, excusez du peu ! Cette dream team va nous livrer un concert magique, avec des morceaux de leur nouvel album, notamment ‘Black To I Roots’ de Kush McAnuff, ‘Let The Water Run Dry’, chantée par Ken Boothe sur l’album et reprise ici par Var et Winston McAnuff, ‘Youthman’ de Cedric Myton, ‘Crime’ de Var, ou encore ‘Thanks And Praises’ de Bopee. Mais ils vont aussi interpréter d’autres morceaux, Winston McAnuff chantera par exemple ‘Malcolm X’ et reprendra ‘Rivers Of Babylon’, Kiddus I chantera lui son classique ‘Graduation In Zion’, quant à Cedric Myton il enchantera le public avec son énorme ‘Fisherman’. Le concert se terminera par un hommage à Matthew McAnuff qui faisait aussi partie de l’aventure Inna De Yard, rendu par Var et Kush McAnuff avec la reprise de son superbe ‘Be Careful’, magique ! Inna De Yard sera de nouveau en tournée en France au mois d’octobre, ne les ratez pas si vous n’avez pas pu les voir cet été !

Direction ensuite la Dub Academy, voir à nouveau Blackboard Jungle. Sélection plutôt Roots de Nico ce soir, avec des tunes de Dennis Brown, Barry Brown, ‘Chase The Devil’ de Max Romeo, une tune de Prince Far I, une autre de Hugh Mundell ou encore ‘The Same Song’ d’Israel Vibration.

Je retourne vers 23 heures sur la Main Stage, pour voir un autre artiste que j’attendais particulièrement, Don Carlos. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de le voir en live, voilà qui est enfin chose faite ! Il va chanter quelques uns de ses meilleurs titres, ‘Cool Johnny Cool’, le terrible ‘Hog And Goat’, ‘I Like It’, ‘Rootsman Party’, ou encore ‘Johnny Big Mouth’. Sa voix est restée très belle malgré le poids des années, il chantera encore ‘The Drifter’, le sublime ‘Everyday Is Just A Holiday’ ainsi que ‘Satta Massagana’, magnifique concert là encore !

Ce sont The Specials qui joueront les derniers sur la Main Stage ce soir. Le groupe phare de la scène Ska UK aura livré un concert agréable, avec leurs classiques ‘A Message To You Rudie’ ou ‘Monkey Man’, ainsi qu’une reprise de ‘Redemption Song’ de Bob Marley. Passer derrière Inna De Yard et Don Carlos n’est cependant pas chose aisée, ce qui fait que j’ai été moins convaincu par leur prestation.

Solo Banton & Dubkasm

Solo Banton & Dubkasm

Retour ensuite sur la Dub Academy, où il y a de nouveau un gros programme pour cette fin de soirée !
Ça commence avec Dubkasm, accompagné de Solo Banton au micro. Le set débute avec Digistep qui interprète au saxophone ‘Satta Massagana’ et ‘Promised Land’, avant que ne retentisse le big ‘Mount Zion Riddim’, sur lequel se succèdent Morgan Heritage, LMS, Capleton, Ras Shiloh ou encore Jah Cure. Le crew va ensuite jouer un morceau de YT sur lequel Solo Banton fera une apparition, un son avec Iration Steppas, une dubplate avec Ashanti Selah, ou encore l’énorme ‘Roots & Culture Riddim’ de Mikey Dread avec une version toute aussi énorme de Macka B dessus. Vers la fin de set ‘Jah Victory’ de Luciano va enflammer les massives, Dubkasm jouera aussi la version de Turbulence, puis l’anthem ‘Victory’, avec Digistep live, énorme ! On entendra aussi un morceau de leur nouveau maxi ‘Concrete & Steel’, un morceau avec OBF, et en last tune une énorme dubplate de Macka B. Une fois de plus session impeccable de Dubkasm, avec également Solo Banton en grande forme !

Je suis aussi allé pendant le set de Dubkasm faire un rapide saut vers la Lion Stage, puisque Turbulence justement se produisait sur cette scène. Le temps de voir 4 morceaux de cet artiste New Roots plein d’énergie que j’avais beaucoup aimé la dernière fois que je l’avais vu, mais j’ai tout de même préféré retourner à la Dub Academy rapidement pour cette fois.

Après Dubkasm c’est un autre crew très attendu qui va terminer la soirée, Moa Anbessa. Buriman est à la sélection, accompagné de Gialloman et Don Diego au micro. Le crew était déjà présent à l’International Dub Gathering mais jouait dans une salle trop petite pour accueillir tous les massives qui voulaient les voir, bonne initiative de la Dub Academy de les inviter à nouveau ici. Buriman va jouer un remix Steppa de ‘Them Belly Full’ de Bob Marley, une dubplate de Prince David intitulée ‘Poor Man Style’, le terrible ‘Jah A Di Best’ puis la version de Prince David ‘Everliving’, ainsi ‘Jah Jah Thank You’ avec Don Diego en live. On entendra aussi le nouveau morceau de Don Fe ‘Livity Vibes’ avec la version live de Gialloman ‘Heartikal Souljah’, puis c’est avec grand plaisir que l’on voit de nouveau Sista Awa prendre le micro le temps d’un titre. Buriman jouera encore ‘His Foundation’ de Prince David, puis deux remix Steppa, l’un du terrible ‘Rise & Shine’ de Bunny Wailer et l’autre de ‘Burnin’ And Lootin’ de Bob Marley. Je regrette un peu pour ma part le manque d’interaction de Buriman avec le public, qui à la différence d’autres selecteurs se « contente » de jouer sa musique sans un mot pour les massives… Cela dit niveau sélection rien à dire c’est du très lourd et c’est le principal !

 

Blackboard Jungle Sound System

Blackboard Jungle Sound System

 

Jour 4 :

Le quatrième jour débute par une légende sur la Main StageToots accompagné de ses fidèles Maytals. De retour sur scène après quelques années d’absence dû à un incident survenu lors d’un de ses concerts qui lui avait provoqué une blessure, Toots est enfin de retour pour notre plus grand plaisir ! Sa voix est toujours aussi impressionnante, il va enchaîner les tubes avec une facilité déconcertante ! Toots chantera notamment ‘Pressure Drop’‘Sweet & Dandy’‘Funky Kingston’ ainsi que ‘Bam Bam’. Sa carrière est immense, il n’a donc aucun mal à nous régaler avec de nombreux classiques. Toots chantera aussi le sublime ‘Take Me Home Country Roads’, le très dansant ‘Monkey Man’, avant de finir par son plus gros classique ’54-46′ repris avec le public. Quel retour de Toots & The Maytals, on l’a attendu et il ne nous a pas déçu !

Il fallait ensuite se diriger sur la Dub Academy, pour là aussi un set très attendu, celui de Kebra Ethiopia. Une édition dédiée à l’Afrique ne pouvait pas se dérouler sans la présence de Doc Inity, qui représente la scène Dub africaine avec brio ! Doc Inity va jouer ‘Chant Down Babylon’ de The Defenders, le big ‘Jah Say The Time Has Come’ de Hugh Mundell‘Africa Unite’ de Bob Marley ou encore un morceau de Sizzla. On remarque que la danse dans le public lors des sessions de Kebra Ethiopia habituellement se met moins en place cette fois, il faut tout de même noter que Doc Inity jouait également sur la plage dans l’après-midi, je n’ai pas pu y assister, peut-être que là c’était différent. Doc Inity jouera encore le terrible ‘Reparation’ de Keety Roots‘Marching To Zion’ d’Indica Dubs, sa big dubplate ‘Follow Kebra Ethiopia’ de Talking Dog ainsi que ‘Free Africa’ des Twinkle Brothers. Comme toujours avec Kebra Ethiopia on passe un bon moment !

J’ai ensuite le temps de voir le début de Unlisted Fanatic avec Moonshine Horns et MC Saimn-I. Le crew jouera une tune Ska pour commencer, puis ‘Do Right’ de Micah Shemaiah avec un terrible freestyle de Saimn-I. C’est malheureusement les seuls titres que je pourrai entendre d’eux, puisque je retourne ensuite sur la Main Stage voir une partie du dernier concert de la soirée, la rencontre entre Gentleman et Ky-Mani Marley.

Les deux artistes ont récemment sorti un album en commun, « Conversations », qu’ils viennent présenter ce soir, en alternant avec leurs propres morceaux. Ky-Mani Marley chantera notamment le terrible ‘Working All Day’‘Rasta Love’ qui était sorti avec Protoje, ainsi qu’une reprise de ‘No Woman No Cry’ de son père. Quant à Gentleman, il interprétera ‘Different Places’‘Changes’‘Intoxication’ ou encore ‘To The Top’, qui sera la last tune pour moi de ce concert.

La programmation de la Main Stage ce soir m’a d’ailleurs semblé être la plus faible malgré la présence de Toots & The Maytals… Cela dit sur la Dub Academy c’est certainement ce soir où la soirée est le plus chargé, je retourne donc là bas finir la soirée. C’est aussi ça le Rototom, il y a forcément une scène sur le festival où quelque chose vous plaira !

Sur la Dub Academy, c’est donc maintenant l’heure de la rencontre entre YT et Solo Banton, pour une session Vocal & Version. On avait déjà pu voir cette rencontre entre les deux MC’s lors de l’International Dub Gathering, et cela avait été un grand succès ! On les retrouve donc ce soir se relayant au micro puis à la sélection, YT va chanter ‘Going In’, puis Solo Banton ‘Music Addict’ sur le riddim de ‘Murderer’ de Barrington Levy, repris ensuite par YT qui reprendra ses lyrics de sa big tune ‘No Wata Down Ting’. On entendra ensuite ‘Kung Fu Master’ de Solo Banton, puis les deux MC’s improviser sur le riddim de ‘Jacqueline’ de Hugh MundellYT chantera encore ‘Boom Sound’ et son nouveau titre ‘Plant More’. Une fois de plus la rencontre entre ces deux artistes aura été à la hauteur de nos attentes !

Iration Steppas va se charger de terminer la soirée. Le légendaire Mark Iration est accompagné de Murray Man et Macky Banton au micro. Il va jouer de nombreuses dubplates, notamment une reprise de ‘Tenement Yard’ de Jacob Miller, avant de jouer le terrible ‘Sweet Dreams’ de Charlie P, sur lequel Murray Man et Macky Banton viendront poser leur voix. Mark jouera aussi une énorme dubplate de Blackout JA, une autre qui reprend ‘Plastic Smile’ de Black Uhuru‘Mistry Babylon’ de UK Principal et ‘Rastafari Army’ de Barry Issac. Il enchaine avec l’énorme dubplate ‘Killamanjaro’ qu’il joue depuis quelque temps, avant de jouer le terrible ‘Babylon Is Falling’ de Joseph Lalibela qu’OBF devrait sortir prochainement on espère, peut-être sur l’album en commun qui se prépare avec Iration Steppas qui sait ? La last tune sera une dubplate sur le ‘Rig Veda’ de Dub Dynasty, ce fût une courte session comme l’a dit Mark, mais tout de même intense qui vient conclure cette quatrième soirée.

Live Report : Johann
Photos : Johann et Guillem Chesa © Rototom 2017

Suite et fin du live report très prochainement sur Culture Dub !