Live Report – Rototom Sunsplash 2017 – Benicassim (ES) – Part.2

Le Rototom Sunsplash célébrait sa 24ème édition du 12 au 19 août 2017 à Benicassim en Espagne. Au programme, 8 jours de vacances au rythme du Reggae, avec comme toujours une programmation impressionnante qui aura réuni des milliers de festivaliers venus du monde entier ! Découvrez la seconde partie du live report signé Johann pour Culture Dub !

Rototom Sunsplash 2017

Rototom Sunsplash 2017

 

Pour lire ou relire la première partie du live report cliquez ici ! 

Jour 5 :

Après une journée détente à la plage pour se reposer de cette première moitié de festival, on attaque ce cinquième jour avec un concert Dancehall. C’est en effet Beenie Man qui va débuter les concerts sur la Main Stage ce soir. Bien que le Dancehall ne soit pas forcément mon style préféré, son concert fût très bon. Il aura notamment chanté ses tubes  ‘Come Again’‘Who Am I’‘Bookshelf’‘Hmm Hmm’ ou encore ‘Unstoppable’ tiré de son dernier album du même nom.

Beenie Man

Beenie Man

Je reste ensuite sur la Main Stage pour le concert de Raging Fyah. Ce groupe de la scène Reggae Revival est un des meilleurs en Jamaïque actuellement, il ne fallait pas les rater ! Le groupe nous a joué ses big tunes ‘Nah Look Back’‘Step Outta Babylon’‘Everlasting’, ou encore le superbe ‘Jah Glory’. Le chanteur du groupe possède une belle voix claire, on en aura encore un aperçu avec une reprose de ‘No Woman No Cry’ de Bob Marley‘Judgment Day’ ou encore ‘Barriers’. Superbe concert de ce groupe que j’attendais aussi depuis quelques temps de voir enfin en live !

Je change ensuite d’ambiance et me dirige vers la Dub Academy, pour d’abord voir la fin du set de Murray Man. Je l’aurai malheureusement très peu vu, dommage car il y avait avec lui Mark IrationMacky Banton et Charlie P, mais on ne peut pas tout voir, ce sera pour une prochaine fois pour le voir plus longtemps j’espère.

Nucleus Roots prend ensuite le relai. Ils vont notamment jouer un morceau de Michael Rose, je connais assez peu ce crew je découvrais donc la sélection, mais ce fût une bonne session d’un crew assez rarement programmé en festival, il fallait donc aussi aller les voir !

Retour ensuite sur la Main Stage pour voir le concert d’une des grandes figures de la musique africaine, Youssou Ndour. Le chanteur sénégalais aura fait honneur à l’Afrique et l’aura représenté dignement avec un superbe concert, entre musique africaine, Reggae, ainsi que son célèbre morceau ‘Seven Seconds’. Même si ce n’est pas un artiste Reggae (bien qu’il ait sorti un album entièrement Reggae), sa présence au Rototom était totalement justifiée et ne nous aura pas déçu !

Une fois encore je vais finir ma soirée à la Dub Academy, en retrouvant d’abord Blackboard Jungle, accompagné cette fois de la chanteuse Daba Makourejah. Elle va nous interpréter de sa superbe voix ses tunes ‘We Are The Generation’ qu’Oliva a mixé récemment sur le 7″ sorti par le label Yi Mas Gan Records, puis son tout nouveau morceau ‘Don’t Leave Me Alone’, sorti sur le label Amoul Bayi Records, que je vous recommande fortement ! Elle va aussi chanter son titre ‘Bamba’ qui va conclure son set, puis Nico et Oliva vont continuer à jouer une bonne heure. Ils joueront notamment une dubplate de Weeding Dub et Dixie Peach, un morceau de Nish Wadada, un autre de Earl 16 ou encore l’énorme ‘Brixton’ de Violinbwoy, avant de laisser la place à Mungo’s HiFi pour la fin de la soirée.

Les écossais jouaient aussi plus tôt dans la soirée sur la Lion Stage en compagnie de YTCharlie PEva Lazarus et Solo Banton. J’ai pour ma part préféré attendre leur passage sur la Dub Academy. Le crew va jouer ‘Songs Of Zion’ de Ras Charmer, avec Charlie P qui va venir chanter sur la version, un mix du titre ‘Police’ de Alborosie’16 Tons Of Pressure’ de Charlie P sur un autre riddim, ainsi qu’un remix de ‘Skylarking’ d’Horace Andy. Le crew jouera aussi ‘The Model’ de Prince Fatty, une dubplate de Pupajim qui reprend les lyrics de ‘Amplifier’‘Worries In The Dance’ de Dixie Peach‘Raggamuffin’ de Daddy Freddy, ou  encore ‘Wait A Minute’ de Aisha. Les deux derniers morceaux seront deux tunes de Johnny Clarke, le terrible ‘Roots Natty Congo’, puis la dernière release du label de Mungo’s HiFiScoth Bonnet Records‘Rain Keeps Falling’. On ne s’attendait cependant pas à ce que ce soit la last tune, le son a été coupé un peu brutalement ce soir, on serait bien resté encore un peu, mais il faut respecter les horaires, ça sera donc tout pour ce soir !

 

Black Roots

Black Roots

 

Jour 6 :

Comme d’habitude, j’attaque les concerts par la Main Stage, et c’est ce soir le groupe de Roots UK Black Roots qui ouvrait la soirée. Le crew va jouer quelques superbes morceaux comme ‘Poor Old Mama’‘On The Ground’, ainsi que ‘Africa’. D’autres titres m’ont paru moins convaincant, mais dans l’ensemble ce fû tout de même un bon concert, conclut par ‘Lonely Journey’ et la last tune ‘Landscape’.

Hempress Sativa

Hempress Sativa

C’est ensuite la chanteuse jamaïcaine Hempress Sativa qui va se présenter devant le public. La chanteuse commence à sérieusement faire parler d’elle, et aura assuré une courte mais solide prestation, avec des titres comme ‘Marching Out Of Babylon’‘Boom’ ou ‘Rock It Ina Dance’ entre autres, une artiste à suivre !

Mellow Mood va ensuite prendre le relai. Les frères jumeaux venus d’Italie sont des habitués du Rototom, on peut les voir jouer ici très régulièrement. Ils auront cette année encore mis une belle ambiance, avec notamment leurs big tunes ‘Criminal’‘Inna Jamaica’‘Inna Jamaica part 2′ ou encore ‘Dance Inna Babylon’. On les voit souvent, mais c’est efficace !

Juste le temps d’aller faire un petit tour à la Dub Academy pour voir la fin de set de Stereotone, et je reviens sur la Main Stage assister au concert des Wailers. Il y a toujours quelques pointures parmi le band, notamment Aston Barret et Junior Marvin entre autres. Le groupe va évidemment jouer les plus grandes chansons de Bob Marley & The Wailers, parmi lesquelles ‘Natural Mystic’‘Rastaman Vibration’‘Buffalo Soldiers’‘Three Little Birds’‘One Love’… on se surprend à imaginer ce qu’aurait pu donner ce concert avec Bob Marley parmi nous ! Le groupe jouera encore ‘Jamming’‘No Woman No Cry’‘Roots Rock Reggae’‘I Shot The Sheriff’ ou encore ‘Lively Up Yourself’. Bien sûr on connaît tous ces chansons par cœur, mais ça fait toujours plaisir de les entendre en live !

Je vais ensuite à la Dub Academy voir la fin de session de Roberto Sanchez avec le MC Echo Ranks. Le talentueux dubmaker espagnol aura joué ‘From Creation’ d’Alpheus, du Johnny OsbourneEarl 16 et bien d’autres, ses talents de producteurs ne sont plus à démontrer !

Puis je me dirige ensuite pour la première fois du festival sur la scène Dancehall, puisque se produisait ce soir un artiste que je voulais voir, le jamaïcain Bugle. Malheureusement, je ne sais pas si le son était mal réglé où si c’est moi qui n’était pas bien placé, mais j’ai trouvé le son assez médiocre, au final j’aurai donc très peu entendu réellement Bugle. Sa première tune ‘Anointed’ est calme donc là ça allait, mais dès que le rythme augmentait j’entendais très peu la voix de Bugle. Je ne suis donc pas resté très longtemps et suis parti un peu frustré de ne pas avoir réellement pu l’entendre.

Du coup je suis retourné à la Dub Academy, où se produisait pour la fin de soirée Aba Shanti I, la frustration a été vite évacuée ! J’ai vu le début et la fin de son set, étant donné que je savais que j’allais le revoir les jours suivants je ne me suis pas trop concentré ce soir sur sa sélection. Je retiens tout de même qu’Aba Shanti a eu le bon goût (comme beaucoup d’autres artistes d’ailleurs) d’avoir un mot en hommage aux victimes de l’attentat de Barcelone qui s’est passé pendant le festival, big up aux artistes qui y ont pensé !

Pendant la session d’Aba Shanti je suis allé faire un tour sur la Lion Stage, où se produisait Lutan Fyah. L’artiste jamaïcain aura livré un énorme set New Roots. J’aime beaucoup cet artiste, il aurait d’ailleurs pour moi mérité de jouer sur la Main Stage, en tout cas il aura comme à son habitude mis le feu, alternant One Drop, Dancehall, New Roots, terrible, encore une belle soirée très chargée ce soir !

 

Iseo & Dodosound

Iseo & Dodosound

 

Jour 7 :

L’avant-dernier jour débute pour moi à la Reggae University, avec la projection du documentaire « More Than Twenty Reloaded », qui retrace l’histoire du Rototom Sunsplash depuis ses débuts.

Le soir sur la Main Stage, c’est à nouveau une découverte pour moi pour débuter la soirée, avec le concert de African Head Charge. Un groupe venu d’Angleterre et qui m’aura fait forte impression, avec leur mélange de musique africaine, de Reggae et de Dub. Je ne les connaissais pas et ce fût une des plus belles découvertes du festival pour moi !

Ce sont ensuite les espagnols Iseo & Dodosound qui vont venir jouer, avec les Mouse Hunters comme toujours. J’avais déjà pu les voir au Rototom, mais c’est la première fois qu’ils jouent sur la Main Stage, et ils étaient attendus ! Venus présenter leur album « Roots In The Air », le crew fait son entrée sur le riddim de ‘Roots & Culture’ de Mikey Dread, avant de jouer ‘Frozen Desert’‘My Microphone’‘Freedom’‘Roots In The Air’, le big ‘Flower Of The Desert’, ou encore ‘Digital Shoots’. Un parfait mélange entre titres anciens et récents donc, qui aura ravi le public !

Sur la Dub Academy, c’est King Earthquake qui va jouer lorsque j’arrive, pour une longue session de trois heures. Je vais donc alterner entre son set et les concerts qui restent sur la Main StageErrol Arawak débute son set par du Roots, notamment ‘Don’t Let Problems Get You Down’ d’Horace Andy ou ‘Looks Are Deceiving’ des Gladiators, puis alterne avec des séquences plus Warrior Style, avec une nouvelle tune terrible qui devrait sortir prochainement.

Retour sur la Main Stage après ce début de King Earthquake, puisqu’une des stars de la scène Reggae actuelle venait jouer, le talentueux Chronixx. Le chanteur va enchaîner ses big tunes, par exemple ‘Ain’t No Giving In’‘They Don’t Know’‘Capture Land’ ou le terrible ‘Who Knows’ qui était sorti avec ProtojeChronixx vient aussi nous présenter son nouvel album « Chronology », dont sont issus les titres ‘Skankin’ Sweet’‘Majesty’ ou ‘Smile Jamaica’ que le chanteur va prendre plaisir à nous chanter. Belle prestation pour ce chanteur qui devrait encore faire parler de lui très longtemps !

Je retourne ensuite sur la session de King Earthquake, où je pourrai entendre cette fois une dubplate de Linval Thompson‘Jahovia’ de Johnny Osbourne ou encore le ‘Kunta Kinte Riddim’. Puis une énorme fin de set Steppa nous attend avec notamment la tune d’Indica Dubs ‘Militant Dub’ et en last tune le classique ‘Horns Man’. Comme d’habitude avec King Earthquake c’est du très lourd bien que je n’aurais pas pu le voir en entier cette fois !

Le dernier concert sur la Main Stage ce soir est celui d’une des plus grandes figures du Reggae africain, Alpha Blondy. Après son entrée habituelle sur ‘Jerusalem’, le chanteur va interpréter ‘Coco De Rasta’‘Sweet Fanta Diallo’, puis alors qu’il s’apprêtait à chanter ‘Peace In Liberia’ il y a eu un problème de son. Visiblement agacé, Alpha Blondy a quitté la scène, et malgré les tentatives du public et des organisateurs il n’est pas revenu. Sa réaction est un peu dommage, d’autant plus pour une édition du festival dédiée à l’Afrique, on retrouvera certainement Alpha Blondy de meilleure humeur sur une prochaine date…

Je retourne donc plus tôt que prévu à la Dub Academy, où c’est Dub Files qui joue. Le crew mené par Paolo Baldini va jouer ‘In Jamaica’ de Mellow Mood‘Jah Jah Calling’ de Moa Anbessa, ainsi que ‘Jah A Di Best’ toujours de Moa Anbessa, avec un freestyle des MC’s présents avec Paolo Baldini ce soir.

C’est Blackboard Jungle qui va terminer la soirée, pour leur dernière session du festival sur la Dub Academy ! Nico et Oliva vont jouer une dubplate du ‘Guess Who’s Coming To Dinner’ de Black Uhuru, le terrible ‘Stop The Wars’ de Ras Teo, un titre de Nish Wadada et un autre de Robert Lee. On entendra aussi une reprise du ‘Cush’ d’Abakush par Daba Makourejah‘We Are The Ones’ de Jah Free, ou encore un remix de Steppa de ‘Rototom City’ avec Dada Yute en live. Big Up à Nico et Oliva, qui comme tous les ans assurent tous les soirs des superbes sessions à la Dub Academy, pourvu que ça dure !

 

OBF vs Green Light

OBF vs Green Light

 

Jour 8 :

Déjà le dernier jour, que le temps passe vite au Rototom ! Je décide de me promener sur le site du festival pendant l’après-midi, il faut dire qu’il y a de quoi faire ! On peut une dernière fois se rendre à l’African Village, aller voir une dernière conférence à la Reggae University ou assister à un débat au Foro Social, ou encore aller faire des derniers achats sur le grand marché où l’on trouve de tout, vêtements, chaussures, encens, vinyles… le choix est très large !

Big Youth

Big Youth

Les concerts sur la Main Stage vont commencer par une rencontre entre U-RoyBig YouthNadine Sutherland et les Robotiks, le tout mixé par le grand Mad Professor en live ! Honneur aux dames, c’est Nadine Sutherland qui va commencer. C’est la première fois qu’elle vient en Europe, et elle va assurer un très bon concert essentiellement Reggae. U-Roy va ensuite venir toaster sur les versions jouées par les Robotiks. Je le trouve plus à l’aise dans cette configuration concert comme ce soir que lors de la dernière fois que je l’avais vu au Dub Camp en Sound System. Il va notamment chanter ‘Get Up Stand Up’‘The Tide Is High’‘Wear You To The Ball’ ainsi que ’Soul Rebel’, avant de laisser la place à l’autre grande légende du style Deejay en Jamaïque, Big Youth. Celui-ci va également assurer un bon set, avec une improvisation sur le ‘Satta Massagana Riddim’, ou en chantant son classique ’Every Nigger Is A Star’. J’ai tout de même eu une préférence pour U-Roy, car Big Youth faisait un peu trop traîner en longueur certains de ses morceaux.

On change de style ensuite, avec la chanteuse espagnole Amparanoia. Aussi connue sous le nom de Amparo Sanchez, la chanteuse fait comme La Pegatina partie de la scène musicale barcelonaise et mélange les styles avec facilité. Je ne pensais pas rester très longtemps sur ce concert, mais finalement elle m’a totalement convaincu. Ceci grâce à une belle énergie et certains bons morceaux très festifs, que ce soit ‘Welcome To Tijuana’‘En La Noche’ ou encore ‘Que Te Den’, très bon concert de sa part !

C’est Luciano qui aura l’honneur de conclure le festival sur la Main Stage. Le Messenjah livrera comme à son habitude un concert rempli d’énergie et de spiritualité, avec des morceaux comme ‘Give Praise To Rastafari’ ou ‘I Was Made To Serve Jah’. L’artiste reprendra aussi le titre ‘Heal The World’ de Michael Jackson, pour finir ce Rototom Sunsplash sur la Main Stage par une note de douceur, mais la soirée n’est pas finie !

Je n’ai pas encore parlé de la Dub Academy, mais je m’y suis également rendu entre chaque concert sur la Main Stage. Il faut dire que pour cette soirée il y a un changement de taille. En effet, ce n’est pas le Sound System de Blackboard Jungle qui est installé ce soir, mais on va pouvoir assister à un meeting entre deux crews, les espagnols de Greenlight, avec MorodoSr Wilson et Macky Banton comme MC’s, qui rencontre OBF, venus avec Charlie P et Shanti D ! Chacun a installé 3 stacks,de chaque côté de la scène, et ils vont jouer toute la soirée. J’y serai donc passé entre chaque concert sur la Main Stage, puis j’aurai assisté aux dernières heures de la session après le concert de Luciano.

OBF aura joué entre autres ‘Slave Driver’ de Dennis Brown, ’Cush’ d’Abakush, ainsi que ‘Faith Can Move Mountains’ des Twinkle Brothers, puis Greenlight prendra le relai avec ‘Praise His Name’ de Barrington Levy.  OBF jouera ensuite ‘Dub Controler’ avec Charlie P‘Soundman Session’ avec Sr Wilson puis de nouveau Charlie P, une dubplate de Pupajim avec les lyrics de ‘No Matter How Long It Takes’, ou une nouvelle tune de Charlie P sur l’album à sortir prochainement de celui-ci produit par OBF. Plus tard dans la soirée Charlie P chantera encore ‘Culture Mi Culture’, puis Greenlight va jouer quelques big dubplate. On pense notamment à ‘Ganja Smuggling’ d’Eek A Mouse‘Badder Dan Dem’ de Burro Banton ou ‘Kingston Town’ d’Alborosie, avec des interventions énormes de Morodo et Macky Banton. La session se poursuit avec OBF qui joue ’16 Tons Of Pressure’ de Charlie P, l’énorme ‘Wicked Haffi Run’, ainsi que ‘Dangerous’ avec Shanti D sur lequel Charlie P chantera les lyrics de sa nouvelle tune ‘In Time’. Greenlight jouera encore deux terribles dubplate, l’une de ‘Jah A Di Best’ de Moa Anbessa, l’autre de ‘Jahovah’ de Danny RedOBF jouera en fin de session une tune avec Iration SteppasGreenlight jouera également un titre d’OBF et Iration Steppas, puis la last tune d’OBF sera un énorme son Warrior, et Greenlight terminera sur une autre dubplate, de Pupajim cette fois avec les lyrics de ‘Rub-A-Dub Anthem’, avec une énième énorme apparition de Macky Banton. Cette rencontre entre les deux crews marque donc la fin de la Dub Academy pour cette semaine, une fois de plus la programmation aura été énorme sur ces 8 jours, big up à la Dub Academy !

On  a pas envie de quitter le festival tout de suite, alors on continue de se balader une dernière fois sur le site, pour finir sur la Lion Stage avec le dernier concert qui réunissait David Lion aka Lion DRaphael et Jah Sun. Mention pour ma part à Lion D qui à plus de 6 heures du matin était toujours en grande forme, il est plus de 7 heures du matin quand cette fois il est temps de quitter le festival, cette année encore le Rototom Sunsplash aura été énorme !

Pour lire ou relire la première partie du live report cliquez ici ! 

Vous l’aurez compris, le Rototom Sunsplash 2017 aura une fois de plus été à la hauteur de mes attentes, entre découvertes musicales, superbes concerts d’artistes confirmés et sessions énormes à la Dub Academy. Évidemment il est difficile de vous faire ressentir par écrit ce qu’est vraiment ce festival, puisque l’ambiance qui règne entre tous est indescriptible, ce sont plus de 220 000 festivaliers venus de 98 pays différents qui étaient présents cette année, je ne peux donc que vous conseiller de tenter l’expérience l’année prochaine !

L’édition 2018 du Rototom Sunsplash a déjà été confirmé pour le mois d’août et toujours à Benicassim, ce sera les 25 ans du festival pour l’occasion, on peut donc s’attendre à du très lourd niveau programmation !

Big Up à Sylia, à tous les organisateurs du Rototom Sunsplash et à tous les artistes présents sur cette édition 2017, rendez-vous l’année prochaine !

Live Report : Johann
Photos : Johann et DR © Rototom Sunsplash 2017