Live Report – Télérama Dub Festival 2018 – Les Docks, Paris (93)

Samedi 24 Novembre 2018 avait lieu la 16ème édition du Télérama Dub Festival 2018 aux Docks de Paris à Saint-Denis (93). Et encore une fois, la programmation est à tomber, mixant artistes actuels et légendes, allant du pur dub à des styles plus hétéroclites, pour le plaisir de tous ! De Horace Andy à Biga*Ranx & Atili, en passant par Adrian Sherwood, Sly & Robbie, Mungo’s Hifi, Chill Bump & Ondubground, O.B.F feat Charlie P & Sr. Wilson & Shanti D, BisouTi Kaya et Kevin On The Roots y étaient pour Culture Dub et vous proposent de revivre avec eux cette superbe soirée !

OBF feat Charlie P, Shanti D, Sr Wilson

OBF feat Charlie P, Shanti D, Sr Wilson

 

Les Docks ouvrent les portes à 19h pour accueillir les festivaliers sur le site réparti comme d’habitude en 3 salles : le Main Hall avec une vraie scène et une sono de salle, l’immense Sinai Hall sonorisé par Sinai Sound System puis la RDH Area sous tente sonorisée donc par RDH Hi-Fi, le tout sous les superbes animations lumières par Diazzo et Kazy. Pas moins de 17 sets ce soir seront donc répartis dans ces 3 lieux et les festivaliers auront le plaisir de pouvoir alterner les styles et les ambiances jusqu’à 5h du matin !

Sinai Sound System

Sinai Sound System

Nous commençons par le Sinai HallSinai Sound System ouvre le bal sur son propre mur avec un son vraiment propre et de qualité. C’est un début en douceur, en mode roots, pour accueillir les premiers festivaliers et se mettre petit à petit dans l’ambiance.

Puis, nous allons jeter un oeil à la RDH Area où l’ambiance chapiteau fait plus conviviale et effet dub corner. RDH Hi-Fi jouent aussi leurs premiers titres dont une tune avec une superbe mélodie au saxophone signée Guru Pope bien sûr !

Avant d’inaugurer la grande scène du Main Hall, Adrian Sherwood propose un DJ Set depuis la régie pour une meilleure proximité. Le compositeur nous joue une sélection CD puissante et variée avec du dub oriental, du digital, du roots, de la jungle, du hip-hop… Une mention spéciale pour son remix de ‘War’ de Bob Marley avec les magnifiques chants de Neyssatou, tiré de la compilation « Dub No Frontiers » dédiée aux femmes du reggae.

Feminine Hifi

Feminine Hifi

Sur le sound system de RDH, le crew Feminine Hi-Fi a pris le contrôle des platines, venu tout droit du Brésil pour défendre la place des femmes dans le milieu du dub et des sound systems. Un grand big up à elles, car il faut l’admettre les soirées dub ont des programmations quasi exclusivement masculines… Le public est au rendez-vous et les 4 jeunes femmes avec leur sélection purement vinyle, leurs sourires et leur énergie, transmettent une vague d’ondes positives au public totalement sous le charme !

Nous continuons notre marathon et prenons la direction du Sinai Hall où le grand King Kong et sa voix puissante interprète ses titres phares ainsi que les titres de son dernier album sorti en début d’année intitulé « Repatriation » (lire la chronique) et produit par Irie Ites. Il met l’ambiance dans la salle sur des tunes rub-a-dub bien mad jouées par un membre du crew Irie Ites, lui aussi passionné et à fond. Les basses font vibrer le sol mais surtout les festivaliers de plus en plus nombreux !

Retour au Main Hall où les légendaires Sly & Robbie inaugurent la grande scène. Le groupe, composé exclusivement de musiciens renommés et de talent propose un live décalé et expérimental, s’inspirant de divers styles musicaux avec tout de même une base nettement dub. Le batteur Sly Dunbar, le bassiste Robbie Shakespeare, le guitariste, et le machiniste s’allient au trompettiste Nils Petter Molvaer pour apporter chacun leur touche personnelle et leur univers créant ainsi une atmosphère singulière.

Juste en face, Miniman prend le relai sur le sound system de Sinai, plein d’énergie ! Avec des tunes steppas puissantes et des basses bien profondes, il fait jumper le public bien nombreux et continue à faire monter l’ambiance. On entendra la fameuse dubplate ‘R.A.S.T.A.F.A.R.I’ de Professor Natty avec Vibronics que l’on entend un peu partout, mais cette fois-ci avec l’épellation « M.I.N.I.M.A.N », et elle fait toujours son effet !

Miniman

Miniman

Tandis que Feminine Hi-Fi continue de mettre le feu à la RDH Area, nous retournons face à la grande scène sur laquelle Don Letts se retrouve en solo pour une sélection de tunes dub aux basses puissantes à sentir vibrer nos tympans ! Son ancienneté et sa renommée dans le milieu lui permettent de passer des pépites issues de différents univers. Le set manquera tout de même un peu d’énergie à notre goût comparé aux autres sets se déroulant en même temps, ce qui explique la salle à moitié remplie…

Retour en face au Sinai Hall pour assister au set de Mungo’s Hi-Fi accompagné de Marina P et Kenny Knots. Sur les tunes dub puissantes où l’on reconnait clairement la patte de Mungo’s,  la talentueuse et rayonnante Marina P pose sa voix soul jazz si particulière et que l’on adore (mention spéciale pour le titre ‘China Town’ dont on ne se lasse pas). Kenny Knots quant à lui apporte un côté plus reggae / ragga avec une belle énergie. Le trio continue dans la lancée de ses prédécesseurs en maintenant une ambiance de folie et une salle bien remplie !

Nous nous empressons d’aller à la RDH Area bien remplie pour pouvoir voir la fin du set de Bisou. Nous n’avions jamais eu l’occasion de le voir mais nous en avions beaucoup entendu parler notamment avec ses deux albums sortis sous le label ODG Prod, et je dois dire que nous n’avons pas été déçus. Le jeune montpelliérain a mis une ambiance de folie sous le chapiteau avec ses propres productions dub électro rythmées, modernes voir même futuriste ! Il n’hésite pas à motiver le public à jumper et joue d’ailleurs beaucoup avec l’alternance des moments musicaux calmes qui deviennent tout à coup explosifs… Un petit génie totalement dans l’ère du temps avec un style se rapprochant de grands artistes actuels mélangeant dub et électro tels que Panda Dub, Ondubground, Atili

Du côté du Main Hall, Horace Andy a pris place accompagné d’Adrian Sherwood aux machines et du Dub Asante Band feat Matic Horns au trombone. Son expérience vocale et scénique qui fait de lui une légende du reggae se fait ressentir, ainsi que celles des musiciens et de l’incroyable Adrian Sherwood ! Plein d’énergie et de vives positives, il propose un reggae purement jamaïcain et dansant, interprétant ses titres cultes tel que ‘Every Tongue Shall Tell’ que l’on adore face à un public nombreux et réceptif.

Suite du marathon dub avec Christine de Alpha & Omega qui se produit à la RDH Area accompagnée de Jane Warriah au chant avec sa superbe voix. L’ambiance est au dub roots, les festivaliers sont présents en grand nombre pour cette femme emblématique dans le milieu du dub, que l’on connait également en tant que bassiste accompagnée de son neveu Alpha Steppa formant tous deux Dub Dynasty.

Biga Ranx, Atili Bandalero, Prendy

Biga Ranx, Atili Bandalero, Prendy

Sur la grande scène, c’est parti pour le concert du tant attendu Biga*Ranx, nous arrivons tout juste au début. Atili, son frère, prend le contrôle des machines et introduit le set avec ses productions dub digitales frôlant l’électro, un style caractéristique du dubmaker et dont on ne se lasse pas ! Biga arrive ensuite, sous les cris des fans qui ont désormais rempli la salle. Il interprète bien sûr des titres de son dernier album « 1988 » (lire la chronique) avec entre autres l’incontournable ‘My Face’ ainsi que des titres plus anciens comme ‘Paris is a Bitch’ qu’il transforme pour l’occasion en « Paris is a Beach » (attention on est tout de même dans la capitale !). Plus le set avance, plus l’ambiance monte, et après un featuring avec Prendy présent ce soir sur ‘Long Time’ extrait de l’album « Bridge over Troubled Dreams » d’Atili, Biga*Ranx (lire la chronique) fait venir sur scène tout son crew Brigante, ainsi que Biffty à côté de qui il interprètera ‘Petit Boze’… En clair, c’est totalement la folie dans la salle, et ça aura été le concert le plus crazy de cette soirée !!!

Nous profitons du changement de scène pour passer à la RDH Area pour voir une partie du set d’Ist3p. Venu jouer à Poitiers (86) pour le Plan Dub Weekender organisé par Culture Dub à l’occasion de l’inauguration de leur sound system, nous avions été scotché devant le set de ce jeune parisien, du dub steppa aux basses surpuissantes et aux rythmiques entrainantes… Et ce soir, la magie est toujours présente !

Ondubground

Ondubground

C’est reparti pour le Main Hall avec une création spécialement faite pour le Télérama Dub Festival 2018 et que nous étions impatients de découvrir puisque nous adorions déjà les 2 groupes tourangeaux : l’alliance Ondubground et Chill Bump. Ensemble, ils ont récemment sorti un album intitulé « Ondubground X Chill Bump » que nous avions beaucoup aimé, et il faut le dire, le live était même au delà de nos attentes…Une tuerie ! Avec Olo aux machines, Art-X au clavier et mélodica, Natty à la basse et Guillaume aux percussions d’un côté, puis Pierre Miscellaneous au micro et Alban au mix d’un autre, le dub électro bien singulier et d’une grande qualité d’Ondubgroud se mêle à merveille au hip-hop en mode american style de Chill Bump… et BOUUUM !!! Explosif, puissant, moderne, transcendant les styles musicaux et toutes les barrières… Que dire à part qu’on espère vraiment de tout coeur que la magie du combo opèrera de nouveau par la suite !

Pour clôturer la soirée dans le Main Hall, place à un autre combo qui va tout déchirer : O.B.F accompagné de ses 3 MC Charlie P, Sr Wilson et Shanti D. Nous avons eu plusieurs fois l’occasion de voir cette formation de O.B.F avec ces trois chanteurs notamment lors de la Dubquake X Top Ranking du 21 septembre dernier (lire le live report), mais cette fois-ci on sent vraiment qu’ils ont travaillé le set pour une grande scène, l’énergie est différente et juste incroyable. Charlie P, Sr Wilson et Shanti D se relaient le micro, et chacun envoie du lourd sur les sons de Rico tout aussi puissants, en dansant et ambiançant les festivaliers comme jamais malgré l’heure tardive ! Bref, vraiment dur à décrire, il fallait être là pour le vivre, tout ce que je peux dire c’est… Qu’est ce que c’était bon !!!

Malheureusement, parmi ce programme bien chargé réparti en 3 lieux, nous avons essayé de faire de notre mieux mais nous n’avons pas eu l’occasion de voir les sets de E3 et Equiknoxx feat Shanique Marie dans le Sinai Hall que nous espérons avoir l’occasion de revoir prochainement…

Cette édition parisienne Télérama Dub Festival 2018 était encore une fois vraiment à la hauteur de nos espérance ! Une 16ème édition avec une programmation de folie, mixant les générations, les styles et influences, les origines, permettant aux festivaliers de voir des artistes qu’ils connaissent et apprécient mais également d’en découvrir de nouveaux. Une soirée de totale déconnection sous le signe du partage et de la positivité qui ne peut que faire du bien.

Comme toujours, l’accueil qui nous a été réservé était au top et nous remercions toute l’organisation du Télérama Dub Festival pour leur implication et leur bienveillance. C’est avec impatience que nous attendons le volume 17 !

Retrouvez toutes les photos de la soirée sur la page Facebook On The Roots, ainsi qu’une vidéo aftermovie en cliquant ici !!!

Big up,
Ti Kaya

© Photos : Kevin B. On The Roots