Live Report – Télérama Dub Festival vol.13 – Docks de Paris (93)

Si l’été a ses nombreux festivals Reggae, l’hiver a son Télérama Dub Festival, avec en point d’orgue la soirée parisienne déplacée aux Docks à Saint-Denis depuis l’an dernier, véritable rituel pour Culture Dub. Retour sur cette magnifique soirée, apothéose d’une treizième édition de haute volée !

Télérama Dub Festival vol.13

Télérama Dub Festival vol.13

 

Dans ce contexte difficile où les salles parisiennes enregistrent en moyenne une chute des ventes de billets de l’ordre de 80% depuis les tragiques évènements du 13 novembre, il aurait été dans la norme de voir les Docks de Paris désertés pour le Télérama Dub Festival, et ce seulement 8 jours après le drame…  Il n’en fût rien.

Ce 21 novembre 2015, plus de 4 000 massives se sont rassemblés aux Docks de St Denis, comme pour continuer à battre les records d’affluence de cette treizième édition, comme si rien ne pouvait nous empêcher de faire la fête, de danser, bref, de vivre ! C’était beau, c’était fort, et Culture Dub avait la chance d’être aux premières loges.

Un privilège même, puisque c’est le live/sound de Culture Dub Sound & Sista Bethsabée qui a l’honneur d’ouvrir cette belle et longue soirée dans le Panda Dub Hall. « Bien plus qu’un simple warm up » selon les dires de Frédéric Péguillan (directeur artistique du festival), confirmés par les nombreux spectateurs présents si tôt et déjà bien motivés sur le dancefloor sonorisé par le superbe et puissant Sound System de Manchester : Dub Smugglers ! Dès les premiers titres c’est la danse assurée… Il faudra tenir jusqu’à 5h du matin, oulala !!!

Avant la suite du récit, plongez au coeur de l’ambiance avec l’aftermovie de Culture Dub :

vignette

Video YouTube:

Télérama Dub Festival Vol.13 – Aftermovie – © Culture Dub

publié par

Malgré une configuration de salle assez étrange – arène sound system dans la fosse de la grande scène – ce Panda Dub Hall a fière allure, décoré par les projections colorées de Kazy et Diazzo, à l’instar de son vis-à-vis, le Stand High Hall, où nous nous dirigeons ensuite. Après une introduction de DJ Sondar et de l’habituel Roots Atao, ce sont les Roots Raid qui lancent réellement la soirée de ce coté ci. Natty Bass et Bongo Ben sont au contrôle des opérations de ce raid de bonnes vibes, bien épaulés par Mighty Cricket et Shanti D au micro, ainsi qu’Art-X au mélodica. Un superbe live Roots to Stepper, ina Rubadub style, qui plait au public !

Dans une veine plus Digitale, c’est Tour de Force qui sévit au même moment sur le sound system des Dub Smugglers. En formation Live Band, peut-être auraient-ils mérités la grande scène, bien qu’au final entendre les new-yorkais sur une sono puissante et de qualité nous ravit.  Suite à leur excellente prestation l’an passé, le Télérama Dub Festival les a convié à nouveau, à Lyon (lire le live report) puis à Paris, dans une configuration inédite avec deux cuivres, un batteur et le légendaire Ranking Joe, excusez du peu ! En résulte un show dynamique, l’un des meilleurs de cette treizième édition ! Les deux chanteurs Jay Speaker et Ranking Joe se répondent à merveille, chacun dans son propre style, et partagent tout le meilleur de leur voix avec un public qui ne s’y trompe pas, c’est simplement bondé !

Ranking Joe

Ranking Joe

 

Retour au Stand High Hall, où The Suns Of Dub ont pris le relai : Ras Jammy derrière les platines, Jah Bami au micro et au steel drum, et Addis Pablo au mélodica bien sûr ! Bien que la sélection Dub Roots soit bonne, avec notamment le classique mais toujours efficace ‘Victory’ de Dubkasm, le mix des instruments et du mélodica est un peu brouillon… On attendait mieux, mais après tout ce n’était que leur première date française en formation complète.

Restons dans cette salle de plus en plus chaude au moment où Ishan Sound entre en piste. En multi-pistes même, car le jeune anglais nous propose un live Stepper sur console. Nous adorions ses prods ruff aux confins de la Bass Music sorties sur le label Peng Sound notamment, et bien son set est encore plus warrior ! Le lever de genoux est obligatoire… Steppa, Steppa !

Alors qu’ils partageaient la scène la veille à Lille (lire le live report), Ishan Sound et The Bug sont ce soir opposés. Sur la scène du Panda Dub Hall, Kevin Martin est accompagné de Manga et Flowdan. On entre dans un délire musical puissant qui entraine le Dub dans des contrées plus mystiques, plus sombres mais toutes aussi entrainantes et remplies d’émotion… Les deux chanteurs / toasters que sont Manga et Flowdan transmettent leur fougue et leur énergie au public à travers des envolées de Bass Music puissantes et sans concession dont The Bug a le secret  ! Un puissant live qui ne laisse surtout pas indifférent et qui plait aussi bien aux plus jeunes qu’aux initiés !  À voir, à écouter, à ressentir, big up The Bug !

Après ce moment à tendance plus « dark », on change de style avec Atili Bandalero, en mode Sound Sytem, et avec de nombreux invités. Le premier était annoncé, il s’agit de Prendy, grand chanteur par la taille et la voix, également membre du label tourangeau qui monte : Brigante Records. Ils termineront d’ailleurs par leur big tune ‘Tomorrow’, sur laquelle viendra se poser en live le mélodica d’Art-X. Avant cela, nous avons eu droit à une avalanche de dubplates et de versions Dub & Digital, et deux guests au micro : Jay Spaker de Tour de Force, et la pétillante Sara Lugo, actuellement en tournée avec Supa Mana, une autre « Brigante » !

Pupajim (Stand High)

Pupajim (Stand High)

 

Pour clôturer le second hall, place aux artistes Stand High Records, avec dans un premier temps Step-Art et Marina P. Un DJ Set bien emmené par le duo, avec une bonne dose de Dubadub style, parfait pour introduire le Stand High en mode full crew, très attendu à Paris. Pour leur dernière date sur cette treizième édition, les bretons auront régalés les milliers de massives toujours présents jusqu’au bout de la nuit.

Mais pour notre part, nous optons pour une fin de soirée en compagnie des résidents de la plus grande salle. Sur scène, la création live band de Panda Dub est désormais bien rodée avec un show visuel  au top. Le public ne s’y est d’ailleurs pas trompé, et réservera à Panda et ses deux acolytes Mayd Hubb et Bruno le plus bel accueil du festival. Efficace dans la rythmique, sans évasion musicale mais avec un don pour le groove et la boucle originale, nous avons le droit à une superbe prestation qui se termine en beauté avec un remix du titre ‘Bad Weather’ de High Tone… Bien plus qu’un hommage, la relève du Live Dub à la française est assurée, et vous retrouverez le Panda Dub Live Band en 2016, c’est certain !

Depuis le début de soirée qu’ils attendent patiemment leur tour, les Dub Smugglers sont désormais surmotivés pour achever les massives parisiens ! Le crew de Manchester en Angleterre opère sur sa propre sono, soit 3 stacks de 3 scoops de haute qualité. Aux platines, les 3 sélecteurs se relaient régulièrement, à la manière de Mungo’s Hi Fi. Le style aussi est proche de celui de leurs homologues écossais, entre Reggae, Digital, Dub, Bass Music et même un peu Dancehall… Une déferlante de dubplates et de bonnes vibes qui achève avec brio cette soirée mémorable !

A l’heure où nous écrivons ces lignes, le Télérama Dub Festival 2015 vient de se terminer. Cette treizième édition, couronnée de succès avec 11 dates « sold-out », aura assurément marquée l’histoire du Dub, à l’image de cette soirée Parisienne, éclectique et inoubliable. Rendez-vous l’an prochain, du 28 octobre au 26 novembre 2016 pour le quatorzième volume !

Merci à Fred Péguillan, Morgan et toute l’équipe Bi-Pole pour l’accueil et l’organisation. Big up à tous les artistes et massives croisés aux Docks de Paris !

Live Report : Loob et AlexDub
Photos : Loob et Amnexia (lien vers la page facebook)
Vidéos : Loob et Nico / Montage : LNA