Live Report – Wadada Festival #3 – Ploudalmézeau (29)

Le Wadada Festival organisait sa troisième édition les 8 et 9 juin 2019 du côté de Ploudalmézeau. Au programme, une belle affiche variée, qui accueillait entre autres Inna De Yard, Mo’ Kalamity, Ras Divarius, La Ruda, Weeding Dub, High Tone ou encore Kürün Positive Bassline Johann y était pour Culture Dub et vous raconte !

Wadada Festival

Wadada Festival

 

Le Wadada Festival continue son petit bonhomme de chemin, depuis sa première édition il y a deux ans (lire le report). Toujours installé au même superbe endroit, les dunes de Tréompan à Ploudalmézeau dans le nord Finistère, le beau temps aura en plus été de la partie cette année, ce qui fait les affaires des festivaliers présents au camping, où tout simplement installés à la plage, puisqu’elle se situe à quelques minutes à pieds du festival !

La configuration du festival reste la même, avec 2 jours de musique, répartis sur 2 scènes, la scène principale où se produisent têtes d’affiches ou découvertes plus World Music, et la scène Sound System, sous un chapiteau plus grand que lors de la première édition à laquelle j’avais pu assister. Cette année, c’est Kürün Positive Bassline qui va sonoriser le chapiteau, alors que c’était Garden Master qui s’était occupé des deux premières éditions. Kürün est venu du Morbihan avec son Sound System complet, 8 scoops, répartis en 2 stacks de 2 scoops sur les côtés et un stack de 4 scoops face aux artistes, parfait pour bien sonoriser l’endroit.

Mo Kalamity

Mo Kalamity

C’est sous le chapiteau que je vais pour ma part démarrer ma journée, en arrivant pendant la prestation du Boboss Sound System. Le crew brestois est venu en voisin, et va livrer une bonne sélection pour se mettre en jambes! On entendra notamment un morceau de Gregory Isaacs, le classique ‘Hypocrites And Parasites’ de Winston McAnuff, un titre de Eek A Mouse ou encore ‘Stone’ de Prince Alla. Boboss va encore jouer des morceaux bien connus des amateurs de Reggae tels que ‘Jah See Dem A Come’ de Culture, ‘Steppin’ Out’ de Steel Pulse ainsi que ‘Reggae Ambassadors’ de Third World. Puis le crew va enchaîner va quelques artistes plus récents, en jouant des titres de General Levy, Jah Mason ou encore Capleton. Le crew terminera par un morceau de Kush McAnuff, avant de laisser la place à Kürun.

Je reste sur ce premier passage pendant de Kürun, pendant que The Fanatiks va jouer sur la grande scène. Eric est à la sélection, et va lui aussi commencer plutôt Roots, avec ‘The Gorgon’ de Cornell Campbell, un morceau de Gregory Isaacs, ou encore le classique ‘Sinsemilla’ de Black Uhuru. Il va ensuite passer des productions UK, notamment ‘Tear Down Babylon’ de Blood Shanti, ou encore une tune du label de Jah Tubbys. On entendra également quelques morceaux plus Digital, Eric était également accompagné d’un MC qui prendra le micro en fin de set, pour une première partie plutôt variée de la part de Kürün.

Deux superbes concerts vont ensuite se dérouler sur la grande scène. Tout d’abord, c’est la chanteuse Mo’ Kalamity qui vient enchanter le public. Accompagnée de ses fidèles musiciens les Wizards, Mo’ Kalamity va interpréter quelques uns de ses meilleurs morceaux, notamment ‘Kingdoms Of Africa’ , ‘Open Your Eyes’, ‘Moonlight’ ou encore ‘Struggle Of The Spirit’. Elle chantera aussi son superbe morceau en portugais ‘Cima Vento’, ainsi que la big tune ‘Jah Name’, comme d’habitude on est pas déçu avec les concerts de Mo’ Kalamity, une des valeurs sûres du Reggae !

Inna Di Yard

Inna Di Yard

Entre les deux concerts sur la grande scène je fais un bref détour par le chapiteau. Earl 16 aurait dû se produire ce soir, mais a malheureusement dû annuler sa présence, ce qui fait que le line up a quelque peu été modifié. C’est donc Hoarang qui est en train de jouer lorsque je repasse. Celui va jouer une sélection plutôt Steppa, et sera accompagné par Ras Divarius, que l’on retrouvera plus longuement le lendemain. J’aurais aussi eu le temps de voir Dougie Wardrop se mettre en place pour sa session aux côtés de Culture Freeman, mais je n’aurai pas pu y assister, ce n’est que partie remise puisque Dougie sera aussi présent au Dub Camp Festival, où j’aurai l’occasion de le revoir !

Inna Di Yard

Inna Di Yard

En effet, je retourne pour ma part sur la grande scène, pour l’un des moments forts du festival, avec la présence de la dream team Inna De Yard! Kush McAnuff lance le concert avec ‘Back To My Roots’, puis Kiddus I vient interpréter ‘Survive’. Derajah va ensuite chanter deux superbes morceaux, ‘Who Yeah Yah’, puis ‘Corner Stone’ avec l’arrivée de Winston McAnuff sur ce titre émouvant. Var va aussi chanter son joli ‘Live Good’, puis le mythique Ken Boothe va ensuite faire sa première apparition, avec ‘Speak Softly Love’. Winston McAnuff revient – en gilet jaune s’il vous plaît – chanter ‘Malcolm X’, et Kiddus I revient chanter le sublime ‘If You Love Me’. Ensuite Derajah chantera ‘Tribute To My Sista’, puis Cedric Myton prend le micro. L’infatigable chanteur des Congos va chanter ‘Rebellion In Heaven’, ‘Youthman’, ainsi que ‘Row Fisherman’. Ken Boothe revient ensuite pour un nouveau passage, et va chanter ses classiques ‘Everything I Own’ et ‘Let The Water Run Dry’, encore une fois on est conquis par Inna De Yard, voir tous ensemble tous ces artistes est toujours un moment spécial, magnifique concert !

Pour la fin de soirée, j’alterne entre les 2 scènes, avec Kürun sous le chapiteau, et Raavni sur la grande scène. Raavni va livrer un concert intéressant, en nous présentant son premier EP « Dub & Didg ». Accompagné de son didgeridoo, on entendra notamment ‘El Niño’, pour un concert qui nous fait voyager, un artiste que j’espère revoir prochainement! Quant à Kürün, la sélection est plus Steppa pour finir la soirée, on entendra notamment ‘World Cry’ de Arkaingelle ainsi que ‘Stop The War’ de Ras Teo, la soirée se poursuivra jusqu’à 2 heures du matin dans cette ambiance festive, avant que tout le monde n’aille se coucher et revenir demain!

Le soleil est bien présent pour ce deuxième jour, j’en profite donc pour aller passer l’après-midi à la plage, avant d’arriver pour la fin de session de Kürun sous la chapiteau, qui va passer le relai à Ras Divarius.

On a l’habitude de le voir jouer du violon sur beaucoup de festivals, mais c’est pour ma part la première fois que je le vois au violon bien sûr, mais aussi à la sélection. Ras Divarius va nous jouer quelques nouveaux morceaux, mais aussi ‘Le Prolo Dub’ avec Steppin Forward, ou encore un morceau avec Zulu Vibes. Ras Divarius lance les morceaux, puis n’hésite pas à aller se balader parmi le public, il y a encore assez peu de monde, dommage pour les retardataires! Ras Divarius jouera ensuite le superbe ‘Violin Step’ sorti sur le label Steppas Records, puis un titre intitulé ‘Love’, superbe moment tout en douceur en compagnie de Ras Divarius.

Ras Divarius

Ras Divarius

On change d’ambiance ensuite sous le chapiteau, avec le crew Betabass Soundz. Le crew, venu avec de nombreux MC’s, va jouer une sélection plus variée, on pourra notamment entendre ‘He Is So Great’ de Devon Morgan, ‘Digitally Stick’ de Lasai avec une nouvelle apparition de Ras Divarius ou encore une dubplate de Soom T et Brother Culture. Le crew jouera aussi un remix de ‘Call Pon Dem’ de Chezidek, ainsi qu’un autre remix de ‘Be Careful’ du regretté Matthew McAnuff, pour un set rempli d’énergie de Betabass.

High Tone

High Tone

Pendant le set de Betabass j’en profite aussi pour aller quelques morceaux sur le grande scène du groupe La Chiva Gantiva. Venus de Bruxelles, le groupe mêle dans sa musique divers styles de musiques, Rock, Rap, Cumbia entre autres, un groupe qui semblait intéressant également.

Je retourne ensuite sous le chapiteau, pour voir le début du set de Krak In Dub, Le français joue assez rarement en France, puisqu’il réside plus en Amérique Du Sud, c’était donc une bonne occasion de le voir ce soir! Krak In Dub va débuter par des remix de ‘Jah Jah City’ de Capleton, ou encore ‘Welcome To Jamrock’ de Damian Marley.

Puis je me dirige de nouveau brièvement vers la grande scène, pour voir le début du grand retour sur scène de La Ruda. Le groupe ne faisait en effet plus de tournées depuis 7 ans, c’était donc un petit évènement. Je les connais assez peu, j’ai donc écouté les 4 ou 5 premiers morceaux, un mélange de Ska, Rock, avec une importance donné au message dans les paroles du chanteur, ça partait bien, mais je préfère tout de même retourner voir Krak In Dub, malheureusement en festival il faut faire des choix !

Krak In Dub continue lui à envoyer des morceaux Drum & Bass, Jungle, en mixant des tunes d’artistes tels que Sr Wilson ou Skarra Mucci. Krak In Dub va aussi jouer son remix de ‘Mandela’ d’OBF, puis un morceau de Demolition Man. Il va ensuite jouer des remix de ‘Police In Helicopter’ de John Holt et ‘Police’ de Anthony B, avant de jouer une tune Ska de Jamalski, un artiste qui chante en espagnol et Troy Berkley, avant de conclure par une tune de ce même Troy Berkley, Krak In Dub aura livré un set qui nous a bien fait bouger !

C’est ensuite une des pointures du Dub Français qui vient jouer sous le chapiteau, Weeding Dub. Celui-ci va commencer par ‘Can’t Stop Rastafari’ de Dixie Peach, issu du dernier album de Weeding Dub « Another Night Another Day ». Puis on entendra un morceau en compagnie de Ras Divarius qui est toujours là pour jouer, puis ‘African Shrine’, avec une nouvelle apparition du viloniste sur la version. Weeding Dub jouera ensuite ‘When I Write’, ‘Another Night Another Day’, puis la big tune ‘Sound System DNA’. Il y a une grosse ambiance sous le chapiteau, le Dubber mixe en live ses morceaux, c’est un superbe set ! Weeding Dub jouera encore ‘Artikal Stepper’, ‘Gigpsy Dub’ avec Ras Divarius, ‘Judgment’, puis en last tune l’énorme ‘Can’t Understand’ de Shanti D, énorme session du Lillois !

On aura pas vu le temps passer sous le chapiteau, ce qui fait que je ne verrai pas beaucoup de morceaux du dernier concert sur la grande scène, et c’est bien dommage puisque c’est High Tone qui terminait la soirée. J’aurai tout de même le temps d’entendre ‘Rub-A-Dub Anthem’, ainsi que ‘Bad Weather’ et quelques autres morceaux de l’un des groupes pionnier du Dub Français, qui vient conclure ce Wadada Festival à merveille, 2 jours qui auront été un grand succès !

Le Wadada Festival continue de grandir, et attire de plus en plus de monde, et d’artistes reconnus. La programmation sur ces 2 jours était en effet très solide, variée, et aura ravi le public. On aura en plus eu la chance d’avoir eu du beau temps cette année, que demander de plus!

Big up à Papayo pour l’accueil, et à toute l’équipe du Wadada Festival pour ces superbes 2 jours !

Johann